Pastille verte

Non, ce n’est pas le retour de la « pastille verte  » a assuré la ministre de l’écologie Delphine Batho en faisant toutefois référence au fameux système lancé par le gouvernement socialiste à la fin des années 90. C’était en 1998 et le gouvernement de Lionel Jospin mettait en place la pastille verte autocollante qui permettait alors d’identifier les voitures autorisées à circuler lors des pics de pollution en agglomération. Mais suite aux efforts des constructeurs, la mesure avait disparu en 2003.
Nous avions cru la voir revenir il y a quelques années mais ce ne fut le cas et il faudra regarder vers l’année 2014 pour peut être voir revenir non pas la pastille en tant que telle mais le badge électronique vert qui est une des dispositions de plan en 38 points présenté hier par Delphine Batho, la ministre de l’écologie et de l’environnement. D’ici là le gouvernement va mettre en place une énième commission qui sera chargée d’étudier les modalités d’applications de ce « revival » pseudo écolo !

Le retour de cette « pastille verte » vise essentiellement à limiter l’accès des centres villes aux véhicules les plus anciens et/ou les plus émetteurs de CO2. Ce nouveau système serait imposé à tous via les cartes grises de nos autos et permettrait d’identifier les véhicules dits « écologiquement vertueux » et ceux qui le sont moins ou pas. Une méthode qui risque aussi de « stigmatiser » ceux qui roulent avec des voitures anciennes ou ceux qui n’ont pas les moyens financiers de changer d’autos.

En accompagnement de cette mesure, l’état va accéder à une des demandes de la Mairie de Paris, la réduction de la vitesse maximale autorisée sur le Périph’ qui devrait être portée d’ici à l’an prochain à 70 km/h au lieu de 80 km/h actuellement. Toujours au chapitre des propositions envisagées par le gouvernement, on note la possible création d’une prime pour ceux qui utilisent un vélo pour aller travailler ou qui font du co-voiturage.

Ces futures mesures sont envisagées sur à la menace de Bruxelles et de ses commissaires de sanctionner la France si elle ne fait rien pour améliorer la qualité de son air dans certaines régions. Je rappelle quand même qu’en matière d’émissions de CO2 liées à l’automobile, la France fait partie des très bon élève de l’Union Européenne. Pour revenir un instant sur ce plan Bathot, rien n’est annoncé pour le chauffage en ville ou les industries polluantes qui sont bien plus nocives que les autos et qui, eux aussi, participent très largement aux 40.000 décès annuels liés à la pollution de l’air.

Encore une mesure prise à la va vite, dans l’urgence sans prendre en compte la situation de la population et notamment celle des gens peu aisés qui est aujourd’hui très largement majoritaire dans le pays. Hop, un coup de plus sur la tête des automobilistes et pas sur qu’actuellement ce soit une priorité. Et la pollution dans la Ruhr, dans le bassin industriel de Londres ou dans le nord de l’Italie… Pas sur que la France soit si mauvaise que ça mais à une année d’élections importantes, surement faut-il flatter l’électeur d’EELV !

Via AP, LeParisien.