Peugeot présente au Salon de Francfort le concept-car 208 HYbrid FE : il s’agit de l’aboutissement d’un programme commencé il y a plus d’un an avec Total et que nous avions pu découvrir en exclusivité dans les moindres détails au mois de juin dernier.

Après le chic (XY), le sport (GTi), voici ce que pourrait être une déclinaison ultra écolo de la 208 sans renier le plaisir de conduire. La mission des ingénieurs du Lion et du Pétrolier ? « 49-8  » , soit des émissions de 49 grammes de CO2/km, contre un 0 à 100 km/h abattu en 8 secondes. Au bout du projet, une consommation de seulement 2,1 l/100 km.

Pour ce démonstrateur technologique, Peugeot et Total ont puisé leurs innovations dans la compétition : l’usage massif de fibre de carbone et de matériaux composites permettent de réduire de 20 % la masse par rapport au modèle de série. L’adoption d’un fond plat, d’un extracteur d’air, et la suppression des rétroviseurs par des rétro-caméras (à l’image de la VW XL1) améliorent la traînée aérodynamique. Ainsi, de 3/4 arrière, cette 208 est totalement inédite, avec une partie volontairement laissée en noire pour mettre en avant la greffe : le travail esthétique a mobilisé 15 designers, sous le contrôle de l’auteur de la 208, Sylvain Henry ; elle évoque à la fois le concept Onyx et la Prométhée de 2000, tout en conservant les griffes dans les feux.

Toute la partie moteur est inédite sur la 208 : le nouveau bloc trois cylindres 1,2 l développe 68 chevaux et ne fonctionne qu’avec un lubrifiant spécial ; lui est adjoint un moteur électrique et une batterie, qui auraient dû être ceux de la 908 HYbrid4 d’Endurance, d’une puissance de 136 ch (100 Kw). Les pneus sont spécifiques à ce concept, d’une taille de 19″ mais d’une très faible largeur, conçus par Michelin.

Après la maquette révélée à Genève en mars dernier, Peugeot révèle l’aboutissement de son projet dans un concept-car roulant exposé à Francfort. Au total, 30 ingénieurs auront été mobilisés et 72 000 heures consacrées à ce projet, qui certes ne connaîtra aucun développement direct en série, mais qui permet d’entrevoir les technologies à la disposition de Peugeot pour ses prochains modèles. C’est pour cela qu’une deuxième 208 HYbrid FE a été assemblée en plus du concept-car, qui contrairement à sa soeur ne connaîtra pas les feux de la rampe mais la piste des circuits d’essais où elle étalonnera toutes ces innovations. De quoi espérer un jour trouver une concurrence française à la non-moins « Made in France » Toyota Yaris HSD.

Via Peugeot, WS, Challenges
Retrouvez à ce lien le website dédié, Mission 49-8, dont nous reparlerons bientôt