Voici le nouveau Renault Captur ! Pour remplacer son petit SUV, la marque a appliqué le même traitement que pour sa petite sœur la Clio : un extérieur remis au goût du jour et un intérieur infiniment plus qualitatif. On fait le point ensemble.

1,2 millions dexemplaires en six ans, #1 dans sa catégorie en France et en Europe : dire que le premier Captur fut un échec serait mentir. Et, comme pour tout produit à succès, la question du renouvellement est un exercice diablement compliqué. Poursuivre sur la même lancée ou changer du tout au tout ?

Du point de vue du dessin extérieur, les chefs de projet ont manifestement opté pour la première solution : ce nouveau Captur ressemble quand même au précédent. Mais un Captur qui aurait mûri, qui aurait gagné confiance en lui : les écopes se font plus généreuses, la calandre élargie, les optiques semblent froncer des sourcils (tout en adoptant la signature lumineuse en C et la technologie 100% LED dès la premier niveau de finition). Pour rentrer dans les détails techniques, le petit SUV Renault…n’est plus si petit, avec 4,23 m de long (+11 cm !) pour 1,80 m de large. A l’arrière, les changements sont plus visibles, avec de très beaux phares tout en finesse (et qui me rappellent un peu l’ancienne Mégane break, non ?) et un ski en vrai plastique un peu plus proéminent. Seul détail qui me chagrine : le seuil de coffre m’a l’air bien haut perché…

Transition parfaite pour parler de l’habitacle. Côté planche de bord, très peu de surprises : il s’agit de celle de la dernière Clio à quelques détails près. Citons notamment une très jolie console centrale flottante, accueillant un levier de vitesse électronique (et réservé, vous l’aurez compris, aux BVA) ou encore un placage personnalisable en face du passager. Personnalisations, tiens ! Un des grands succès du premier Captur résidait dans sa myriade de couleurs de carrosserie, de toit et de tissus. La recette est évidemment reprise et le nouveau Captur peut se vêtir de 90 (!) combinaisons différentes à l’extérieur ; l’habitacle recevant lui 7 packs différents.

Toujours aussi personnalisable, donc, mais également plus connecté : la tablette de 7 (ou 9,3) pouces accueille une puce 4G le reliant au réseau internet, permettant entre autres la navigation connectée, des mises à jour automatiques ou l’accès à un large choix d’apps. Le combiné numérique fait également partie du package, avec un écran allant de 7,2 à 10,2 pouces. Sur la même lancée que la Clio, Renault annonce une avancée spectaculaire de la qualité perçue, avec des matériaux moussés et agréables aussi bien à l’œil qu’au toucher. Côté aspects pratiques, la banquette arrière reste coulissante sur 16 cm, le coffre peut évoluer entre 422 et 536 litres et la boîte à gants conserve son système d’ouverture en tiroir.

Mais une des plus grandes avancées de ce nouveau Captur est invisible à l’oeil nu, puisqu’il hérite de la nouvelle plateforme CMF-B étrennée par la Clio. Ce qui permet deux choses : (beaucoup) plus d’aides à la conduite et l’accès à l’hybridation. Concernant les ADAS, on peut citer pêle-mêle un freinage automatique d’urgence avec détection des piétons, une alerte angles morts, régulateur de vitesse adaptatif avec fonction Stop & Go dans les bouchons et maintien en voie, une reconnaissance des panneaux, une caméra 360° avec radars de proximité avant, latéraux et arrière, une alerte de trafic en marche arrière et, enfin, un assistant de stationnement Easy Park Assist. Tout est réuni, donc, pour viser les cinq étoiles aux tests Euro NCAP. L’hybridation, quant à elle, se diffère du système de la Clio : alors que la citadine fait appel à une petite batterie non rechargeable, le nouveau Captur embarque lui 9,8 kWh d’accus rechargeables sur prise secteur (les temps de chargements n’ont pas encore été donnés). Il rejoindra en 2020 des moteurs essence et diesel plus communs, reprenant la même grille que la Clio (100, 130 & 155 ch en essence, 90 & 115 ch en diesel).

Que vous dire de plus ? Le Captur sera disponible en fin d’année à des tarifs encore inconnus. On devrait vous en reparler lors des essais, qui auront lieu à la rentrée… Restez branchés, donc.

Via Renault.