Ce sont les termes officiels pour parler de cette petite évolution du style de grand et réputé monospace de Renault qui fait depuis quelques temps déjà quasiment office de modèle Haut de Gamme du constructeur français.

Parlons d’ailleurs plus de rafraichissement stylisque ou de remise à niveau de la face avant et du logo que de vrai restylage tant cette évolution  se limite à l’essentiel. C’est à dire qu’on découvre un nouveau pare choc redessiné avec une encoche faite pour laisser un peu de place à la nouvelle calandre et à l’intégration du grand logo Renault qui signe désormais toutes les autos de la marque au losange. Pour le reste il est fort probable qu’à l’image du restylage de la berline Laguna, rien ne change mais nous en verrons définitivement plus quand le monospace apparaitra sur le site officiel du constructeur ou quand il sera présenté dans les vidéos de com’ officielle.

Dans l’habitacle du grand monospace (toujours disponible en version normale et rallongée), peu de changement si ce n’est sur les versions Initiale un garnissage en cuir avec de belles surpiqures contrastées et une planche de bord qui se présente avec une finition intégrale en cuir de plus jolie qualité que sur les modèles actuels. Renault met d’ailleurs en avant une meilleure qualité perçue et une finition plus haut de gamme et surtout plus en rapport avec le tarif assez élevé de ce monospace qui vient tout de même de passer la décennie (présentation de l’Espace IV en mai 2002) de vie sans toutefois prendre un coup de vieux trop important face à la petite concurrence présente sur le segment (C8/807, Sharan/Alhambra, S-Max/Galaxy, Zafira Tourer, Voyager).

 

Renault, à défaut de vraies nouveautés sur cet Espace, met en avant des évolutions de l’équipement comme… la caméra de recul (si, si) et l’arrivée en série sur toutes les versions et niveaux de finition du système de navigation Carminat TomTom Live et du pack connectivité avec port USB, prise AUX et Bluethooth avec streaming audio (ça c’est d’la nouveauté !). L’Espace propose désormais des tissus traités au Teflon qui permettent une plus grande facilité de nettoyage et les parents qui ont des grignoteurs de chocs ou des mangeurs de Kréma apprécieront cette aide à l’entretien de l’habitacle et des sièges. Enfin, un système avec lecteur DVD « new gen » avec écrans arrières 7 pouces incrustés dans les appuies têtes est disponible sur toutes les versions. Plus « interessantes » sont les évolutions des moteurs 2.0 L dCi (M9R) et 2.0 L turbo essence (F4RT) ainsi les 2.0 L dCi (130 ch/320 Nm, 150 ch/340 Nm, 175 ch/360 Nm). On note le retour du moteur F4RT sans que l’on sache vraiment si c’est pour le marché français ou pour l’exportation puisqu’aujourd’hui ce bloc n’est plus au catalogue français limité aux moteurs diesels. Cette mise à niveau mécanique est obtenue grâce à quelques évolutions :

  • Evolutions à des moteurs diesel: introduction de la technologie ESM (récupération de l’énergie au freinage et à la décélération), une nouvelle pompe à huile à cylindrée variable, nouvelle gestion du refroidissement et boucle froide sur le système EGR (recirculation des gaz d’échappement) et direction assistée électro-hydraulique.
  • Châssis et trains roulants revus : amélioration de plus de 3% du Cx grâce à un soubassement recaréné, de nouveaux pneus à faible résistance au roulement.

Si tout cela ne change rien aux performances, ces évolutions permettent de voir les émissions de CO2 rester en dessous de 150 g/km pour toutes les motorisations diesel aussi bien avec la BVM qu’avec la BVA. Ainsi on obtient :

150 g de CO2 (soit une baisse de 27 g/km ) et 5.7L/km (-0.8 L/km) sur toutes les versions dCi avec BVM

169 g de CO2/km (soit une diminution de 20 g/km) et 6,4 L/100 km (-0,8 L/100 km) sur les versions équipées de la BVA

198 g/km (soit une économie de 6 g/km) et 8,5 L/100 km (-0,3 L/100 km) pour le 2.0 L Turbo essence

Voilà pour ces dernières évolutions du grand monospace qui poursuit une carrière très honorable tout en maintenant sa position de leader sur le segment notamment sur le marché français où  il s’est écoulé à 6.485 ex en 2011 devant le couple Ford S-Max/Galaxy (5221 ex). Et cette nouvelle petite évolution devrait permettre à l’Espace IV d’aller jusqu’en début 2015, date normalement avancée pour le lancement commercial de l’Espace V.

Via Renault.