Rumpler Tropfenwagen

Rumpler Tropfenwagen : derrière ce nom imprononçable se cache une très ancienne voiture allemande aux caractéristiques étonnantes. En 1921, l’ingénieur autrichien Edmund Rumpler eut l’idée de ce qu’il appela la « voiture goutte » (Tropfen wagen) après qu’il eût abandonné la fabrication d’avions. Avec quelques dizaines d’années d’avance sur la Chrysler Airflow, il met l’aérodynamisme de sa voiture au centre de ses préoccupations. Ses innovations sont nombreuses: vitres incurvées, roues à suspension indépendante, moteur en position centrale… Ce dernier était initialement un W6 (6 cylindres en W), allant de 2310 à 2580 cm3, pour une puissance de 35 chevaux. Trop compliqué, il fut remplacé par un 4 cylindres en ligne Mercedes, de 2660 cm3 et 50 chevaux, permettant à la Tropfenwagen d’atteindre les 115 km/h, en 1924.

Les brevets déposés par Rumpler servirent à nombre de productions automobiles : ainsi, celui de la boîte-pont se retrouva sur l’Austin Mini, ainsi que sur les productions de la famille Porsche (Coccinelle pour Ferdinand, 356 et 911 pour Ferry). A la manière d’une McLaren F1, autre fille de l’air due à un génial ingénieur (Gordon Murray), le conducteur de la Tropfenwagen était au milieu du châssis, tandis qu’une banquette de deux places se trouvait derrière lui.

Rumpler Tropfenwagen

C’est surtout son coefficient de pénétration dans l’air qui reste le plus impressionnant : mesuré seulement en 1979 par Volkswagen en soufflerie, il révéla un Cx de 0,28, une valeur que la marque allemande n’atteint qu’en 1988 avec sa Passat ! La solution de la goutte d’eau est plus que rationnelle, et découle directement de la production aéronautique. Mais, trop en avance sur son temps, la Tropfenwagen fut un échec commercial : seule une centaine de modèles sortit d’usine.

Ses soucis étaient nombreux et rédhibitoires : outre une esthétique atypique surprenante, le refroidissement du moteur W6 Siemens était mal conçu, tandis que la direction déroutait les conducteurs ; faiblement capacitaire, la voiture ne pouvait prendre que très peu de bagages. Son unique marché devint alors la société de taxi de Berlin, où son plafond haut permettait d’y monter facilement. La production cessa en 1925.

Rumpler TropfenwagenPhotographie des essais en soufflerie Volkswagen (Source : CleanMPG.com).

La Tropfenwagen devint célèbre au cinéma grâce à Fritz Lang, où un modèle brûle dans le film Metropolis. A ce jour, seuls deux modèles ont survécu, tous deux exposés dans des musées: l’un au Verkehrszentrum du Deutsches Museum à Munich, et l’autre au Deutsches Technikmuseum Berlin. C’est de ce dernier, visité l’automne dernier, dont les clichés de cet article viennent.

Rumpler Tropfenwagen

N’est-il pas mignon, ce cyclope ?

Vous le retrouverez également en maquette dans la partie « Automobile » du Musée Technique de Berlin, situé dans un ancien corps de la gare de marchandises d’Anhalt :

Crédit photographique : François M.