72.2 millions d’euros, c’est ce qu’aura perdu au premier trimestre 2011.

9.674 voitures, c’est le nombre de voitures que Saab a livré durant le premier trimestre 2011.

Deux éléments objectifs qui n’incitent pas à l’optimisme sur le devenir du constructeur en tant que constructeur indépendant.

Saab a donc perdu beaucoup d’argent en trois mois et si l’on aligne les même chiffres pour une année, cela fait quasiment 290 millions d’euros de pertes ( 428 millions de dollars ) ce qui est intenable pour une si petite structure et malgré le coup de main financier de Vladimir Antonov, cela ne sera de toute évidence pas suffisant au delà que quelques semaines ou quelques mois au mieux ! La production n’ d’ailleurs toujours pas repris et nous nous dirigeons tranquillement vers un mois complet d’arrêt de la production à Trollhättan ce qui est beeaucoup.

Ainsi, on peut objectivement oublier les 80.000 autos vendues en 2011 comme prévu au budget du constructeur suédois. Avec 9674 voitures livrées entre janvier et mars 2011, on est sur un rythme de 36.000 à 40.000 voitures mises à la route en 2011. Et si le constructeur redémarre ( ce qui n’est pas garanti ), avec au moins un mois de perte de production, les 35.000-37.000 autos livrées en 2011 serait un résultat sensé. Même aux USA la sauce Saab « new gen » semble avoir du mal à prendre puisque même la très réussie ( mais trop cher ) 9-5 ne perce pas et se vend à des niveaux ridiculement bas pour le grand marché US. Et que dire des marchés européens où l’on ne se rue pas chez les concessionnaires pour acheter une 9-3 Griffin ou une 9-5 ! Même les saabistes qui manifestaient l’an passé sont aux abonnés absents en matière de commerce et la situation actuelle connue de beaucoup d’acheteurs potentiels ne va pas aider à ce que les clients aient confiance en Saab pour un achat de voiture. Le constructeur suédois est entré dans la spirale infernale et il va être vraiment difficile pour lui d’en sortir sans l’aide d’un partenaire solide financièrement. L’adoubement de V.Antonov par l’Office suédois de la dette et la BEI ne sera pas suffisant et Bloomberg nous a appris hier que J.A Jonsson et V.Muller étaient partis hier en avion en direction de l’empire du milieu pour essayer de trouver un riche et fiable partenaire. Il est d’ailleurs fort probable que les deux hommes rencontrent les dirigeants de BAIC ( le repreneur des anciennes chaines de production des 9-3 et 9-5 qui dévoilait à Shanghai sa Beijing Auto T60 sur base de 9-3 ) mais aussi ceux de quelques autres constructeurs chinois asez fortunés mais à la recherche d’une crédibilité mondiale.

Cette affaire chinoise prendre tout son sens quand on sait que que monsieur Liu Yu, directeur adjoint des ventes de BAIC expliquait que le gros problème de BAIC ( comme ça l’a été pour Geely et SAIC ) était de ne pas disposer d’une vitrine et d’un nom connu pour exister suffisamment en Chine et à l’exportation. Et d’ajouter que cette situation aurait probablement une solution dans les semaines ou les mois à venir… vous me suivez !

Voilà où nous en sommes actuellement, et les propos véhéments de P. van der Meulen il y a quelques semaines sur le site ne semblent aujourd’hui être que ce qu’on appelle dans le langage politique de la langue de bois tant nos inquiétudes étaient réelles et nos arguments comme nos craintes fondés ! Pas sur que les clients se bousculent dans les prochaines semaines chez les distributeurs et en tout cas pas avant le 9 mai prochain date à laquelle nous devrions en apprendre un peu plus sur le devenir de Saab dans le terrible monde l’automobile !

Puisque nous sommes du coté de la Chine, je vous propose quelques photos de la Beijing Auto T60 Sport Phantom ou la Saab 9-3 revue et modifiée par BAIC. Le résultat n’est pas désagréable sauf pour la calandre qui est trop Volvo et hypertrophiée. Motorisation Saab 2.0 Turbo 200 ch et 250 ch. Commercialisation en Chine en 2012 ).

 

Via AutomotiveNews, Bloomberg, ChinaCarTimes.

Credits photos : MSN China.