Ferrari fête Montezemolo

… Certains grogneront une fois encore mais force est de reconnaitre que pour ce moment important pour le constructeur de Maranello, il y avait un grand absent, je veux parler de l’administrateur délégué du groupe Fiat, Sergio Marchionne qui, pourtant, lui succède (pour 4 ans…) à la tête de la prestigieuse firme automobile italienne.

Après un dernier tour d’honneur et une ultime sortie officielle au Mondial de l’Automobile pour le lancement de la Ferrari 458 Speciale Aperta, Luca di Montezemolo s’en est allé après 23 ans à la tête du constructeur de Maranello.

C’est en 1973, à l’âge de 26 ans que Montezemolo arrive chez Ferrari comme assistant du Commendatore et responsable de la Scuderia Ferrari. C’est sous sa baguette qu’en 1975, N.Lauda décroche le titre mondial qui permet à Ferrari de renouer avec les titres mondiaux après onze années de disette.
Au fil des ans il évolue au sin du groupe Fiat et en 1977, il devient responsable des relations extérieures du groupe et administrateur délégué d’Itedi, la filiale édition du groupe turinois. D’année en année, il occupera différentes fonctions au sein de l’entreprise ou en dehors ( Cinzano, l’Azzura Challenge et la Coupe de l’America, la Juv’ et la coupe du monde 1990 mais le foot n’est pas truc) mais il est toujours lié professionnellement avec le groupe Fiat ou la holding des Agnelli, Ifi.

L’année 1991 voit son arrivée à la tête de Ferrari mais la Scuderia n’est toujours pas au mieux et en 1993, il est celui qui va chercher Jean Todt qui brille chez Peugeot. L’année 1997 fait de Montezemolo le président de Maserati et mêrme son administrateur délégué. 1999, c’est le début de l’ère Ferrari en F1 puisque l’écurie va enchaîner les titres avec le trio Todt-Brawn-Schumacher. Les succès se suivent malgré quelques déboires et quelques envies politiques qui n’iront finalement pas loin. Lorsqu’Umberto Agnelli meurt il accède à la présidence du groupe Fiat qui vit dans les turbulences économiques mais aussi politiques, syndicales et il succède à Giuseppe Morchio, l’administrateur délégué qui avait conduit le redressement du groupe, qui est démissionnaire. En 2004, Montezemolo dirige plusieurs entreprises du groupe Fiat, préside le patronat italien (Cofindustria) et il siège dans plusieurs conseils d’administration d’entreprises européeennes. En cette année 2004, Sergio Marchionne est déjà dans la place puisqu’il arrive chez Fiat juste avant l’été.

Nous connaissons l’homme ses projets, ses réussites commerciales, financières et sportives mais aussi quelques déconvenues en F1 qui ont été le prétexte à pousser le toujours très élégant homme de Bologne à démissionner en septembre dernier. Il faut aussi reconnaitre que la cohabitation avec l’administrateur délégué n’était pas des plus facile; les deux hommes étant des communicants à la forte personnalité et ne s’appréciant guère, il risquait d’y avoir de la casse et ce fut le cas.

Il part en laissant Ferrari au mieux financièrement et commercialement, un peu moins bien sportivement mais il a fait énormément pour l’entreprise d’Emilie Romagne et à ce titre, il restera l’homme le plus important de Ferrari après son fondateur bien évidemment.
Il a donc quitté l’entreprise lors d’une grande et émouvante cérémonie qui regroupait plus de 2.000 personnes de l’entreprise et en mettant sur le marché deux belles nouveauté que sont les 458 Sepciale A et F60 America.

Pour retrouver la vidéo  de la cérémonie, c’est par là

Ce lundi 13 octobre 2014, voit l’entrée en fonction du nouveau président de Ferrari, Sergio Marchionne… A suivre ou pas !

montezemolo et Ferrari enzo

Via Ferrari, Youtube.