Audi-R18-e-tron-quattro-6-Hours-of-Silverstone-2015-615x409

A l’approche des 24h du Mans, les trois grosses écuries, Audi, Porsche et Toyota se donnaient rendez-vous il y a 10 jours à Silverstone pour la première étape du championnat WEC.
Au bout de 6h de course, seulement 4 secondes séparaient l’équipage Audi composé de Fassler-Lotterer-Treluyer de la Porsche 919 de Jani-Lieb-Dumas.
La Toyota TS040 de Buemi-Davidson-Nakajima complétait le podium.
La Porsche 919 avait pourtant montré sa vitesse lors des essais au circuit Paul Ricard mais, une nouvelle fois, Audi a réussi à se hisser en haut du podium.

La Porsche n°17 de Mark Webber avait pourtant mené la course durant les 80 premières minutes, jusqu’à ce qu’un problème de transmission ne force l’Australien à rentrer au stand pour abandonner. La Porsche n°18 récupérait la première place. Plus rapide en ligne droite, la Porsche creusait l’écart, mais l’Audi R18 revenait dans les parties sinueuses du circuit.
Au 56e tour, Neel Jani (Porsche n°18) était en bagarre avec Marcel Fässler et son Audi, tandis que les deux Toyota d’Anthony Davidson et Mike Conway occupaient les troisième et quatrième positions, avec Davidson à seulement 3,8 secondes des voitures de tête.
Davidson passé au stand au 79e tour,  récupérait la tête de la course suivi par Conway dans la Toyota n°2 le tour suivant grâce à l’arrêt de  Fässler et Jani.
Lotterer, alors au volant de l’Audi n°7, rattrapait et dépassait la Toyota de Conway.
Il fallait attendre le 96e tour pour voir Lotterer tenter une attaque sur le leader.
Une fois en tête, ce dernier creusait un écart significatif. À 60 minutes de l’arrivée, Il passait au stand pour laisser le volant à Fässler pour la dernière partie de la course.
Le pilote suisse comptait une large avance sur la Porsche n°18 de Jani. Mais une pénalité sous forme de Stop-Go pour avoir abusé du franchissement des limites de la piste allait relancer la course. Il semblait pourtant que l’Audi n°7, avec 72 secondes d’avance, pouvait passer dans les stands et ressortir confortablement en tête. Lorsque Fässler entrait dans la pitlane pour ravitailler il s’obligeait à un nouvel arrêt au tour suivant pour effectuer sa pénalité. Tout le monde retenait son souffle jusqu’à ce que l’Audi n°7 ne reprenne la piste en tête avec huit secondes d’avance à moins de quinze minutes de l’arrivée.
La Porsche n°18 réduisait l’écart, mais le temps était insuffisant pour revenir sur l’Audi. L’Audi n°7 s’imposait pour 4,6 secondes devant la Porsche n°18. Sébastien Buemi terminait au troisième rang à seulement 5,6 secondes de la Porsche.
Ce qu’on dit les pilotes après la course :
Marcel Fassler – Audi Sport Team Joest
« Je dois dire que la bataille avec Jani a été l’un des plus beaux duels que j’ai eu à mener dans toute ma carrière. J’ai vraiment apprécié toute la course aujourd’hui. Neel a été fair-play en me laissant suffisamment de place. Je pense que l’on a fait une belle course ensemble. C’était assez gênant de le voir me dépasser de la sorte dans les lignes droites ! La course a été très belle et je pense que nous avons montré ce dont nous étions capables aujourd’hui. »
Anthony Davidson – Toyota Racing
« Je pense qu’il fallait doubler les relais avec les pneumatiques pour être dans la course aujourd’hui. Tous les autres y ont aussi été contraints. Une fois le carburant consommé, tout semblait à peu près pareil qu’à la fin du premier relais. Et mon second relais était plus rapide que le premier. Lorsque nous serons sur des circuits où l’usure des pneumatiques est plus critique qu’ici à Silverstone, je pense que nous serons en position de reprendre l’avantage. Dans l’ensemble, nous avons toujours eu du mal à Silverstone. »
Neel Jani – Porsche Team
« J’ai vraiment aimé cette course avec Marcel aujourd’hui. C’est d’autant plus vrai lorsque l’on sait que l’on peut avoir confiance dans le pilote avec lequel on roule côte à côte  sans se toucher. Evidemment, je ne pouvais m’empêcher de sourire dans les lignes droites à chaque fois que je le dépassais ! »
Voici le calendrier pour l’année 2015 :
En tous cas, cela laisse présager d’une belle bataille mancelle si la fiabilité est au rendez-vous.