Alors que presque tous les constructeurs de la planète sont touchés par l’affaire des airbags défectueux Takata, on a appris il y a quelques jours qu’aux USA des sanctions, essentiellement financières allaient être imposées à l’entreprise.

takata_logo_

 

Les autorités américaines ont sommé l’équipementier japonais, mis en cause pour des airbags défectueux, de lancer un très vite un vaste rappel des véhicules sur l’ensemble du territoire américaine, sous peine d’une amende qui pourrait atteindre 35 millions de dollars.
Visé par plusieurs enquêtes aux Etats-Unis, Takata s’y est jusqu’ici opposé et n’a procédé qu’à des rappels dans quelques états humides (Floride, Hawaï notamment) car il semble que l’eau puisse avoir un rôle dans les problèmes d’airbags…
Toutefois cela est loin d’être suffisant pour les autorités et la NHTSA  donne à l’équipementier jusqu’à mardi prochain 2 décembre pour lui soumettre un « vrai »rapport détaillé et circonstancié sur les défauts de ses airbags. Toujours selon  les autorité américaine, ce dossier du fabricant japonais préfigurera un « big rappel » dans l’ensemble du pays. Si cette échéance n’est pas respectée, Takata s’expose à une amende pouvant aller jusqu’à 7.000$ par véhicule défectueux, ce qui ferait beaucoup si l’on en juge par les dizaines de millions de véhicules mis en circulation et équipés d’airbags Takata.

Avec cette décision, l’état américain veut mettre l’industriel devant ses responsabilités surtout que l’on sait maintenant que Takata était au courant du problème depuis bien longtemps mais qu’il a laissé en fabrication, puis en montage dans les autos des organes de sécurité défectueux ou même pas fonctionnel du tout !

Via AP, NHTSA, DN.