… pour les jeunes conducteurs.

C’est dans les prochains jours que la commission de la réforme du permis de conduire doit rendre son rapport à Bernard Cazeneuve le nouveau ministre de l’intérieur. 

permis-de-conduire

Cette commission mise en place par Manuel Valls en septembre dernier était essentiellement chargée de travailler et de faire des propositions sur trois points :

1-Réduction des délais entre le passage du code et le début des heures de conduite.
2-Fiscalité.
3-Mise en place des mesures sur le long terme permettant de réduire les accidents impliquant des jeunes conducteurs.

1- Le rapport préconiserait des mesures d’urgence destinées à permettre à plus de candidats de passer le permis de conduire. On apprend ainsi que pour 1.2 million de candidats qui passent le permis chaque année, près de 500.000 échouent soit près de 42%. Et avant de pouvoir tenter de repasser l’examen, le délais moyen est compris entre 3 et 4 mois environ. On se rappelle qu’en fin d’année 2013 et pour tenter de réduire ce temps d’attente, l’ancien ministre de l’intérieur avait ajouté quelques 20.000 places d’examens supplémentaires du permis de conduire ce qui fait que 60.000 places annuelles à l’examen sont apparues récemment.
Reste que pour faire passer les épreuves aux candidats, il faudrait du monde en plus et actuellement seuls 1000 inspecteurs officient sur l’ensemble du territoire… avec un emploi du temps surchargé et une répartition de leur durée de travail qui se répartie à 50/50 entre le permis de conduire et la paperasserie administrative !
Manuel Valls a demandé aux inspecteurs à la retraite de reprendre un peu de service pour désengorger le système mais hélas depuis le début de l’année, aucun retraité n’aurait postulé pour un emploi… C’est donc assez mal engagé pour ce projet en particulier.

2- La commission du permis de conduire semble vouloir rendre le passage du permis de conduire payant ce qui permettrait de dégager un budget destiné à l’embauche de nouveaux inspecteurs du permis. Cela pourrait se faire soit par une augmentation des frais liés aux cours et leçons de conduite, soit via l’achat de timbres fiscaux. Aucune position définitive n’a été prise sur le sujet mais gageons que nous en saurons plus dans les prochains mois.

3- Le permis de conduire pourrait évoluer pour les jeunes conducteurs (< 2 ans de permis) avec une réforme assez importante des conditions d’utilisation du fameux « papier rose » ou plus exactement de la nouvelle carte normalisée et informatisée.
Nous savons tous que l’état se dit préoccupé par le fort taux de mortalité routière chez les jeunes et pour le faire diminuer il veut mettre en place un nouveau système de contrôle et de probation. Celui ci s’inspirera des modèles autrichiens et surtout finlandais qui ont, semble t-il, fait leurs preuves. On parle d’une baisse de la mortalité de l’ordre de 15%.
Se basant sur ces deux systèmes européens, la commission envisage  de ne donner définitivement le permis de conduire qu’au bout de deux ans et donc de le rendre valide uniquement si le conducteur débutant s’est rendu à trois rendez vous obligatoires de contrôle pédagogique (payants ?). Si l’on en croit les informations, ces trois sessions seront composées de :

1- une heure de conduite pour vérifier que les nouveaux conducteurs n’ont pas pris de mauvaises habitudes et respectent les bases de la conduite automobile.
2- trois heures (2 fois 90 minutes) de sensibilisation à l’alcool, aux sorties nocturnes, à la somnolence, aux drogues, aux médicaments et au bon usage du téléphone en voiture.

Si le conducteur novice ne se rend pas à un ou à tous ses entretiens, le permis de conduire ne sera pas enregistré et de fait il sera annulé. Par contre, si le conducteur se rend à ses trois convocations obligatoires, le permis sera validé pour la période prévue par la loi.

Ce sujet sera débattu par la réunion interministérielle sur la Sécurité Routière qui se tiendra dans le courant du mois de mai prochain. Reste à voir ce que restera de ces propositions et aussi de celles des autres commissions dont la conduite accompagnée dès 15 ans et le fameux projet de mettre toute la France (hors autoroutes, 4 voies à 110 km/h avec barrière de séparation et villes) à 80 km/h.

Un dossier à suivre ensemble dans les prochains mois.

Via LeTélégramme, Europe1.