IMG_0113

Pendant quelques jours, j’ai eu l’occasion d’essayer la nouvelle livrée de la GT Cox, la version au look sportif de la Coccinelle de Volkswagen. Équipée du moteur 1,4 TSI 150 en boite DSG7, cette GT Cox n’a pas pour vocation de passer inaperçue…

Passer d’une Jaguar à une Coccinelle, il est clair qu’on change de taille d’animal me direz-vous. Il est vrai. Cependant, cette new GT Cox, avec ses autocollants orange (oui, vous ne rêvez pas, chez VW, ils mettent des autocollants !), ses grosses jantes alu, son becquet, son toit noir (ha zut, la mienne est noire donc on ne le voit pas !), on la remarque. Hé oui, les têtes se tournent sur son passage.

Il y a sans doute un effet Choupette mais il faut avouer qu’elle a une bonne bouille cette Cox ! VW a réussi à moderniser ses lignes pour les faire entrer dans les codes actuels tout en conservant cet éternel profil qui lui aura valu tant de sympathie auprès des gens.

Je dis gens car, de 5 à 90 ans, tout le monde connaît la coccinelle. Elle fait partie de ces voitures qui traversent les années et qui gardent un capital coup de coeur.

Gardons quand même à l’idée que, de nos jours, la Cox s’est sacrément embourgeoisée. A tel point que, le jour où j’en prends possession, lorsque je m’assois derrière le volant sport, j’oublie vite que je suis dans la digne descendante de LA coccinelle. On se croirait dans une Golf 7. Ha oui, les ingénieurs nous ont quand même pondu une ceinture de sécurité inatteignable de manière conventionnelle. Il faut s’adonner à des contorsions du bras (ce qui met en valeur mon avantageuse musculature du bras je le reconnais…) pour l’attraper !

IMG_0123
Alors oui, bien entendu, le gros compteur central avec l’affichage de l’ordinateur de bord, les trois petits cylindres au centre du tableau de bord (température d’huile, chronomètre et pression de turbo), on sent que VW a voulu faire autrement mais n’empêche : l’austérité est de mise, bon nombre de pièces sont semblables aux autres véhicules de la marque et… le poids ! On sent que la caisse est lourde, boudiou !

Les premiers tours de roues confirment cette impression. Mais à vrai dire, cela n’est pas pénalisant et même si j’aurai préféré le 2,0 TSI 220, le 1,4 TSI se montre volontaire, le bruit est sympa et on aime jouer des tours. Sur le papier, l’association avec la boite DSG7 semble prometteuse. Dans les faits, j’ai été très déçu. Alors soit je suis tombé sur un mauvais numéro, soit ce n’est pas le bon couple à prendre. Il y a une latence très désagréable entre le moment où on appuie sur l’accélérateur. Jugez plutôt :

(Honte à moi, j’ai appelé le moteur TFSI au lieu de TSI, je me croyais dans une Audi sans doute…)

Alors on s’y fait. Mais cela peut s’avérer dangereux quand, par exemple, on repart d’un stop et qu’on doit se magner le train sous peine d’avoir la sensation de couper la route à la voiture qui a la priorité… Du coup, il faut anticiper, ou prendre vraiment son temps ! Au choix.

Mis à part cela, la GT Cox est une bonne voiture. La finition est impeccable, pas de bruit de plastique (bon les autocollants vous l’aurez compris, je ne suis pas fan…), on est super bien assis et l’équipement de cette version est au top !

Gros progrès de l’interface de l’autoradio, moi qui ai connu la version de 2011 sur une Polo, c’est bien plus sympa ! Le rappel au centre du compteur est aussi un vrai plus. La caméra de recul permet de se garer tranquille car il faut avouer que la visibilité arrière n’est pas top. Le GPS fonctionne très bien, le démarrage sans clé devient vite indispensable.

Niveau confort, la fermeté est de mise mais les jantes 18 pouces n’aggravent pas la chose. On est très bien maintenu dans les sièges sports en cuir. Au terme de l’essai, la conso semble raisonnable, environ 7,5l/100.

Parlons maintenant de la douloureuse.. le prix… A 32 500 euros (Peinture noir intense nacrée, Keyless Access, Caméra de recul, Sellerie en cuir ‘Vienna’ noir avec sièges chauffants avants et MirrorLink représentant 3200€ d’options), la GT Cox n’est pas donnée. Mais son look est vraiment réussi et pour quelqu’un qui recherche une voiture originale qui fera tourner les têtes, c’est une piste à ne pas négliger !

Un grand merci à VW France pour le prêt et à Marie Declerq de GroupM pour sa disponibilité et sa gentillesse.