Alors que ce jour, Chevrolet dévoilait officiellement la Volt dans la version que les américains peuvent désormais acquérir en concession, on apprenait que cette voiture qui devait être plus et mieux qu’une hybride ( un tâcle pour la Prius qui doit sourire ce soir ! ) est en fait une hybride quasiment comme les autres. Ainsi du coté de GM, on a vendu la Volt comme une auto dont le moteur/générateur thermique ne servait qu’à alimenter les batteries et finalement, patatra, on découvre le jour du lancement officiel que cette Volt qu’il a fallu des années et des années à développer, qui a couté une fortune en dollars utilise finalement son moteur thermique pour entrainer les roues motrices lors des périodes de recharge des batteries et au dessus de 112 km/h ( 70 mph ). Ainsi sous nos yeux ébahis on constate donc que cette Volt n’est ni plus ni moins qu’une version US d’une Toyota Prius….

Autre petit désagrément de la Volt lors de son utilisation quotidienne, c’est la necessité d’enclencher un mode « montagne » 10 ou 15 minutes avant d’arrivée dans la montée ceci afin de faire tourner le moteur thermique pour qu’il recharge à plein les batteries lithium-ion. En cas d’oubli de la part du conducteur, la voiture limite automatiquement la vitesse maximale à 64 km/h ( 40 mph ). Encore un désagrément caché jusqu’à maintenant.

Nous sommes donc surpris car GM jusqu’à cet été maintenait que la Volt n’utilisait jamais le moteur 1.4 L Ecotec pour entrainer les roues motrices.

Autre point de discorde, quoique moins important au pays des V8 5.8 L ou 6.2 L , cela concerne la consommation de la Volt qui bien qu’annoncée pour 1.02 L/100 km a augmenté d’un coup d’un seul de 80% pour atteindre 1.86 L/100km. Mais cela reste tout de même très bien et il semble que dérrière les différences se cache un problème de normes qui auraient changé depuis quelques temps. Accordons donc le bénéfice du doute à GM sur ce coup et attendons donc les premiers essais réalisés avec des autos « du commerce » et non des véhicules fournis par Chevrolet.

Reste un dernier problème important qu’il ne faut pas négliger au pays de la grande consommation automobile, celui du prix. Oui, la Volt est chère puisqu’elle annoncée au tarif de 41.000€ soit quasiment le prix de deux Camaro d’entrée de gamme mais on peut aussi déduire l’aide de 7.500$ ce qui met le prix de la Volt à 33.500€, ce qui n’est tout de même pas rien aux USA pour une voiture compacte forte de 149 ch avec seulement 4 places. Sur ce nouveau coup, ce n’est pas gagné pour Chevy ! Et d’ici à ce que d’ici 2 ans, nous découvrions une version de la Volt avec un seul moteur thermique Ecotec Turbo je suis sur qu’il n’y a pas très loin…

Et n’oubliez pas que l’an prochain nous aurons la même avec un logo Opel et le nom d’Ampera.

Via GM, Jalopnik, Autoblog, AutomobilesAméricaines, WSJ.