Je ne reviendrais pas sur les déboires politico-industrialo-financiers de l’entreprise des Deux Sèvres qui aujourd’hui n’existe plus en tant que tel mais via une entreprise française et un consortium pharmaco-énergico-écolo qui veut produire 5.000 Mia par an dès l’année prochaine, puis 10.000/an et qui, en ce moment, pleure les aides françaises financières !

Encore quelques uns qui ont cru pouvoir se faire constructeur automobile parce qu’ils ont trouvé un nom, Mia Electric, parce qu’ils vendent du conseil en énergies nouvelles et qu’ils fabriquent des médicaments… Dérisoire et ridicule mais je préfère ne pas en dire plus, nous en avons suffisamment parlé ici et ailleurs !

Revenons à la fameuse Mia qui doit séduire par milliers les collectivités locales, les écologistes, les régions dirigées par les actionnaires de Mia Electric et quelques amateurs éclairés de VSP électrifiées … Voici donc la première prise en main de la Mia dans le centre de Nantes  sur les bords de Loire . Ca semble mal fini, ça vibre dans tous les sens, ça tressaute, le tachymètre indique la vitesse avec un retard extraordinaire, c’est étriqué et j’en passe … Une vraie VSP, genre Ligier, Aixam ou Belier est 10 fois mieux finie et aboutie. Qu’on ne nous fasse pas croire que cet engin va se vendre par milliers, ce projet risque surtout de coûter aux contribuables mais pas mieux puisque le FSI va finalement prêter de l’argent à une entreprise allemande ( cas pas prévu dans les attributions du FSI qui investit ou prête normalement qu’aux entreprises françaises )via une région française qui remboursera avec l’argent puisqu’elle sera la garante de ce fameux prêt de 10 millions d’euros.

Pour faire un petit tour en Mia, c’est par là.

C’était la prise en mains d’une Mia Electric … et ça ne vaut pas mieux !

Via AFP, LesEchos, LeParisien, LeBuzzAuto, Youtube.