GT-R - 05

Mise à jour assez importante pour la Nissan GT-R : plus puissante, plus luxueuse, et une petite évolution de style.

GT-R - 08

GT-R - 09

Nissan le laissait entendre récemment (lire la news de Thomas ici), Godzilla aura un restylage au Salon de New York. Voici donc le nouveau modèle, qui apporte un peu plus que des simples modifications cosmétiques. Une fois n’est pas coutume, commençons par le moteur (c’est une GT-R, c’est quand même l’endroit le plus important). La puissance du V6 3,8 l biturbo passe donc à 570 ch (20 de plus que précédemment), pour un couple de 637 Nm. Des ajustements ont été réalisés sur les turbos tandis que l’injection peut dorénavant être réglée plus finement, par cylindre. L’échappement en titane a également été modifié pour améliorer le son du moteur (point éminemment important sur une GT-R) par le biais de clapets actifs. La boîte séquentielle à 6 vitesses et la transmission intégrale restent inchangés, mais Nissan affirme avoir modifié quelques réglages pour fluidifier les passages de rapport. Il en est de même pour les réglages de suspension censé améliorer la tenue de route et le confort. Nissan peaufine, affine et améliore encore la voiture qui fait son image.

Refermons le capot (qui est nouveau), pour admirer la nouvelle calandre, le nouveau bouclier avant, les nouveaux bas de caisse et le nouveau bouclier arrière. Rien de bien révolutionnaire, juste des ajustements plutôt bienvenus et qui redonnent un coup de jeune et d’agressivité à une voiture qui arrive doucement en fin de carrière (la relève R36 est attendue pour 2020 au mieux). La couleur Orange Mécanique des photos presse est par contre superbe (et quel nom ! où vont-ils donc chercher tout ça ?).

GT-R - 12

Sautons dans l’habitacle de la GT-R qui s’est rigidifié. Nissan affirme avoir également fait des efforts d’isolation phonique (nouveau pare-brise, système actif d’isolation), ce qui est à mettre en regard de la nouvelle ligne d’échappement à valves actives. Plus de bruit, mais pas dans l’habitacle ! Celui-ci fait un pas de plus vers le luxe. Le cuir Nappa y est omniprésent : tableau de bord, nouveaux sièges baquets plus enveloppants, volant, etc… On en oublierait presque que l’on est à bord d’une voiture de sport assez pointue et reine du Nordschleife. Retouches aussi sur la planche de bord avec l’arrivée d’un nouvel écran plus grand regroupant enfin radio et GPS. Premier avantage : moins de boutons (11 contre 27, bravo l’effet Biactol), sans compter une lisibilité supérieure.

Disponibilité dès cet été, pour un tarif encore inconnu. Cette version 2016/2017 sera certainement la dernière pour la R35 jusqu’à l’arrivée de la relève.

Crédits photos : Nissan