vw_tdi

Suite à une enquête indépendante menée aux Etats-Unis, des accusations graves de fraude aux émissions polluantes ont été portées contre Volkswagen. Dans la journée du 21 septembre, le groupe allemand a, par la voix de son Président du Directoire Martin Winkertorn, officiellement reconnu les faits et demandé une enquête approfondie.

Martin-Winterkorn-VW

L’affaire fait grand bruit et vient considérablement ternir la réputation de sérieux et de qualité du groupe VAG. Pour s’en tenir strictement aux faits, voici ce que l’on sait à l’heure actuelle, de manière synthétique :

  • l’Agence Américaine de Protection de l’Environnement (EPA) et une agence californienne d’analyse de l’air ont conclu que certains moteurs TDI vendus par Audi et Volkswagen aux Etats-Unis ne respectaient pas les normes antipollution en usage normal. Il s’agit des moteurs 2.0 l TDI
  • Bien plus grave, et c’est là que portent les plus graves accusations, les logiciels de ces mêmes moteurs sont, d’après les agences gouvernementales, capables de déterminer s’ils sont en phase de « test pollution » ou en utilisation normale
  • En phase de test, les émissions polluantes sont réduites par biais logiciel afin de rester en deçà des seuils de pollution
  • En utilisation normale, le moteur émet plus de gaz polluant et les taux de NOx pourraient par exemple être 40 fois plus importants que la norme américaine
  • Le Président du Directoire de Volkswagen a transmis un communiqué officiel dans la journée, reconnaissant officiellement qu’il y a eu faute et tricherie. Une enquête externe est demandée, tandis que le constructeur assure coopérer pleinement avec les autorités.
  • Plusieurs enquêtes sont en cours, d’abord aux Etats-Unis bien sûr, ensuite en Allemagne où le parquet de Braunschweig, dont dépend Wolfsburg, est actuellement en train d’examiner les faits. Avant peut être d’autres enquêtes au niveau européen
  • A l’heure actuelle, nous ne savons pas si d’autres moteurs sont concernés et si la situation est la même pour les moteurs vendus en Europe
  • En cas de condamnation de VW aux Etats-Unis, l’amende pourrait atteindre 37 500 US$ par voiture vendue depuis 2009, soit 18 milliards d’US$ pour 482 000 véhicules !
  • Sans surprise, le titre Volkswagen a plongé de 19,23% en bourse aujourd’hui
  • Tous les véhicules équipés du moteur incriminé sont retirés de la vente aux Etats-Unis immédiatement

Toute cette affaire ne pouvait pas arriver au pire moment : en plein salon de Francfort, au moment où VAG vient de devenir premier constructeur mondial. De plus, Martin Winkertorn doit voir son mandat être renouvelé le 25 septembre. Ou plutôt devait, car de nombreuses voix s’élèvent pour réclamer sa démission. Pour l’image de VAG, et également pour toute l’industrie allemande, il s’agit d’une catastrophe aux conséquences pour l’instant incalculables, et qui iront bien au delà des milliards de dollars que la justice américaine pourrait réclamer.

L’histoire ne faut que commencer et en attendant… « Let the Police do the job »

Mise à jour au 22.09.15

Exceptionnellement, nous allons faire quelques mises à jour sur cette affaire, ce « Dieselgate » sans précédent, en restant toujours factuels

  • Volkswagen a reconnu aujourd’hui que ce sont au total plus de 11 millions de voitures qui seraient concernées par cette affaire. Il s’agit des voitures équipées du moteur diesel de type EA189, 4 cylindres, en 1.6 et 2.0 litres de cylindrées, « compatible » avec les normes EURO 5. Sont potentiellement concernés des modèles Volkswagen, Audi, Seat, Skoda. Pas de V6, ni de V8.
  • Martin Winterkorn a à nouveau présenté des excuses, sous forme d’une vidéo. Il n’envisage pas de démissionner. Rappelons que son mandat actuel court jusqu’au vendredi 25 septembre
  • VAG a provisionné dans ses comptes la somme de 6,5 milliards d’Euros pour faire face à d’éventuelles sanctions financières. Le cours boursier de VAG a encore perdu près de 20% aujourd’hui
  • D’un point de vue judiciaire, plusieurs actions sont en cours aux Etat-Unis, en Italie, en Corée du Sud et en Allemagne. En France, une information judiciaire a été ouverte. Aux Etats-Unis, une procédure pénale serait en cours d’examen (non confirmé), différente de la simple plainte pour fraude.
  • Volkswagen travaillerait à un correctif pour les moteurs.

Voilà pour les faits. Du côté des autres constructeurs, le silence est assez assourdissant. A ma connaissance, seul Renault a publié un communiqué affirmant que ses modèles respectaient les normes en vigueur. La communication est cependant passée par l’intermédiaire du CCFA (Comité des Constructeurs Français d’Automobiles) qui soutient l’organisation d’une enquête européenne sur le sujet. Du côté de l’UE, pas de réaction pour l’instant, mais la machine est toujours lente à se mettre en route. Une enquête ne devrait cependant vraisemblablement pas tarder.

Mise à jour au 23.09.15

  • Sans surprise, Martin Winterkorn a présenté aujourd’hui sa démission de son poste de Président du Directoire de Volkswagen. Il s’est dit « choqué par les événements » et « médusé qu’une fraude d’une telle ampleur puisse exister », plaidant ainsi l’ignorance des faits
  • Le nouveau Président sera désigné vendredi 25 septembre par le Conseil de Surveillance de Volkswagen. Les rumeurs donnent pour l’instant Matthias Müller, PDG de Porsche, comme favori
  • D’un point de vue judiciaire, les choses s’organisent aux Etats-Unis. Une « Class Action » de consommateurs est en cours de constitution, menée par des client s’estimant trompés. Volkswagen a de son côté désigné le cabinet d’avocats chargé de le défendre. Les actions isolées en Europe n’ont pas évolué. Pas de réaction du côté de l’UE non plus, pour l’instant…
  • Notre confrère belge Le Moniteur Automobile affirme de son côté que le gouvernement fédéral allemand avait été informé par les députés du parti Vert d’agissements suspects dès le mois de juillet 2015. La réponse du gouvernement et du ministre des transports avait été sans réel rapport avec le sujet.
  • De manière anecdotique, le cours des actions de VAG est remonté de 5% aujourd’hui, après deux chutes consécutives de près de 20% ! En voilà une bonne nouvelle !

Mise à jour au 27.09.15

  • vendredi 25 septembre, Matthias Müller, PDG de Porsche a été nommé à la tête de Volkswagen. C’est le début d’un grand mouvement de nouvelles nominations et remplacements qui s’amorce dans tout le groupe. M. Müller reste PDG de Porsche jusqu’à nomination de son remplaçant
  • Les autorités américaines lancent également des tests sur les moteurs TDI V6 3.0, qui n’avaient pas été cités jusqu’à présent. Cela élargirait le cercle des constructeurs concernés car ce moteur équipe aussi Porsche pour le Cayenne notamment.
  • dimanche 27 septembre. Selon le journal allemand Bild, l’équipementier Bosch aurait fourni le logiciel de gestion moteur frauduleux à Volkswagen. Bosch aurait livré ce logiciel « à de pures fins de tests » et aurait précisé à son client qu’il était illégal de l’utiliser en conditions de conduite normales. J’espère que Bosch a bien conservé tous les écrits rédigés à ce moment !

Affaire à suivre

Crédits photos : VAG