L’affaire avait commencé mardi dernier dans le sud de la France lors de la présentation officielle du nouvel Outlander. Jean Claude Debard, connu et reconnu pour son franc parler, parfois pour son absence de tact qui est aussi le patron de Mitsubishi France rencontrait la presse pour parler du nouveau SUV mais aussi de la situation du marché automobile en France et en Europe. Au fil de la discussion le président exécutif d’Emil Frey, l’importateur et distributeur de Mitsubishi en France, aurait vivement critiqué le ministre du Redressement productif sur ses positions sur l’actualité automobile, le bonus malus et bien sur les voitures coréennes. Ainsi JC Debard n’aurait pas hésité à qualifier le ministre « d’abruti mental ». Le site LaProvence.com révèle les propos et en quelques heures des propos peu aimables et respectueux à l’égard du ministre deviennent une quasi affaire diplomatique et d’état d’autant que chez Mitsubishi, on préfère la discrétion au feu des projecteurs.
Mercredi, par l’intermédiaire d’un communiqué JC Devard tente de désamorcer l’affaire qui monte et il  affirme ne pas avoir tenu les propos qui lui étaient prêtés.  Il dit n’avoir en aucun cas attaqué directement ou personnellement Arnaud Montebourg. Il explique qu’il n’a pas tenu les propos cités et affirme que c’est le malus de 6000€ qui est débile, pas Arnaud Montebourg, aussi il s’excuse pour une confusion d’information ! Hélas, le mal est fait et l’affaire remonte très vite chez Emil Frey mais aussi et surtout chez Mitsubishi Motors où l’on ne goutte guère à la vulgarité et aux dérapages verbaux. Le constructeur japonais fait alors paraitre un communiqué qui dit : » Mitsubishi Motors Corporation a été profondément choqué par les commentaires attribués au représentant de son importateur indépendant en France, tels que rapportés par la presse française ». L’entreprise nippone souhaite par principe présenter ses excuses à monsieur le ministre Montebourg ainsi qu’au gouvernement français pour les conséquences que ces propos ont pu avoir sur leur réputation et leur honneur ». Par ailleurs, Mitsu précise bien que Mitsubishi n’exprime et n’exprimera en aucun une opinion politique.

Aussi ce jour on a appris que Jean Claude Debard avait démissionné de tous ses mandats au sein du groupe suisse Emil Frey. L’ex patron de Mitsubishi mais aussi Subaru, Ssangyong, Daihatsu et Fisker France fait savoir qu’il s’en va pour des raisons personnelles. La décision prenait immédiatement effet. Mitsubishi ayant  rapidement désavoué le directeur français, la position de Jean-Claude Debard était insupportable  et il en a donc tiré immédiatement les conséquences.

Au delà de l’affaire, de la bonne ou de la mauvaise retranscription des propos tenus par JC Debard, on sera tout de même déçu de voir cet homme d’expérience laisser en plan les cinq marques qui avaient vraiment besoin d’un manager qui les booste sur les marché français. Souhaitons qu’Emil Frey lui trouve rapidement un bon et performant successeur sous peine de voir les marques concernées jouer les kamikazes sur le marché hexagonal !

Via AFP, Mediapart, LaProvence.com.