Carlos Ghosn l’a annoncé à plusieurs reprises depuis de longs mois, il veut emmener l’Alliance dans le top trois mondial des groupes automobiles et même si les compétiteurs sont des costauds (VW Group, Toyota, GM), le patron du puissant groupe automobile franco-japonais y croit et se donne en tout cas les moyens pour y parvenir en rachetant et en nouant des alliances ou des partenariats économico-industriels. C’est un peu cela qui s’est passé il y a quelques jours.

logo Alliance Renault Nissan

Tout d’abord l’Alliance Renault-Nissan et son solide partenaire Daimler ont annoncé la création d’une nouvelle co-entreprise (capital réparti à 50/50) qui aura la charge de superviser la construction et l’exploitation de la future usine commune qui sera installée à Aguascalientes au Mexique.
Située à proximité immédiate de l’actuelle usine Nissan, cette nouvelle unité de fabrication aura une capacité de l’ordre de 300.000 unités/an. Le démarrage de la production aura lieu dans le courant du premier semestre  2017 pour les modèles de la division luxe de Nissan, Infiniti et en 2018 pour les voitures de marque Mercedes-Benz. Daimler et Nissan assumeront ensemble le coût global des investissements d’un montant d’environ 1 milliard d’euros. Ce projet qui se matérialisera d’abord par la mise sur le marché d’une berline compacte devrait se traduire par la création de près de 5.700 nouveaux emplois dans les secteurs de l’ingénierie, de la production et des fonctions supports comme l’administration et la logisitique. Ce chiffre de 5700 personnes sera atteint en 2020 ou 2021  lorsque l’usine atteindra sa pleine capacité industrielle.

Après le Mexique, direction la Russie en fin de semaine où le 27 juin l’Alliance Renault-Nissan a finalisé l’accord lui donnant le contrôle d’AvtoVAZ, qui est le premier constructeur automobile russe et le propriétaire de la marque Lada.
Un porte-parole de Renault a précisé que la transaction, dont le principe était acquis depuis 2012, avait été définitivement conclue administrativement et en accord avec la loi russe le 18 juin. L’entité Renault-Nissan détient désormais 67.1 % des parts de la société holding qui contrôle AvtoVAZ. Cette holding, dont le solde appartient au conglomérat public russe Rostec, contrôle à son tour 74,5 % d’AvtoVAZ. C’est à cette occasion que Lada a présenté aux actionnaires et dirigeants de l’entreprise les 6 prochaines nouveautés que la marque va mettre sur le marché. 

Via AP, LesEchos, Alliance Renault-Nissan, DaimlerAG.