Après sa première sortie en 1996, l’Audi A3, désormais dénommée Sportback, se renouvelle pour apparaitre dans sa quatrième itération. Les maîtres-mots seront, comme ses concurrentes, digitalisation et connectivité.

Un design plus sportif

En premier lieu, le design gagne en sportivité et s’affirme. Nous perdons le coté bourgeois et plus discret de la troisième génération. Ceci ce traduit par de larges entrées d’air et une importante calandre. Egalement, la sportivité est soulignée par le relief du capot, les creux dessinés dans les portes et ou encore l’important béquet. On a la nette impression de retrouver quelques codes stylistiques de l’Audi RS3. Enfin, Audi oblige, une toute nouvelle signature lumineuse devrait pouvoir la différencier du reste de la gamme. Il nous tarde de la découvrir en action.

Un système multimédia au niveau de la concurrence

Tout d’abord, au centre de la planche de bord, on retrouve les écrans déjà présents sur les grands frères de la gamme à savoir le 10,1 pouces tactile au centre de la planche de bord. Dans les yeux du conducteur, il s’agira de l’Audi virtual cockpit de 12,3 pouces. Il s’opère par les boutons du volant et inclus la navigation. De plus, le MMI, système multimédia de Audi, en est à sa troisième génération. Il est 10 fois plus rapide que la précédente. En outre, il intègre ici un point Wi-Fi et permet de stocker jusqu’à six profils de conducteurs différents : réglage du siège, préférence de ventilation, destinations fréquentes etc.

Une gamme moteur à étoffer

Au lancement, seulement trois moteurs seront disponibles : un essence et deux diesel. Un 1.5 TFSI avec 150 CV, consommation mixte entre 4.8 et 5.1 l/100 km et des émissions entre 111 et 116g/km. Un 2.0 TDI de 116 CV qui consomme entre 3.5 et 3.6 l/100km et entre 92 et 96 g/km ou en version 150 CV qui consomme entre 3.7 et 3.9l /100 km et entre 98 et 103 g/km. Les valeurs dépendant des options choisies comme les jantes. A noter que cette gamme moteur est proposée aussi bien avec la boite manuelle que la boite automatique S-tronic. Cependant, seules les versions tractions ont pour le moment été dévoilées. Puis, une offre plus importante arrive avec les versions Quattro mais surtout, les versions électrifiées. On pense notamment à la micro-hybridation comme son homologue, la Golf.

Un design nouveau dans un gabarit similaire

La nouvelle Audi A3 Sportback mesure 4,34m de long soit seulement 3cm de plus que la précédente génération. Sa largeur s’établit à 1,82m (+3,5cm) et le coffre contient entre 380 et 1200 litres selon la configuration des sièges. Enfin, les valeurs d’empattement et la hauteur demeurent inchangés.

Prix, commandes et premières livraisons

Vous pourrez commander la quatrième génération de l’Audi A3 Sportback à partir de mars et on attend les premières livraisons pour début mai. Le prix du 1.5l avec 150 CV démarre à 28 900 Euros. Qui plus est, il bénéficiera d’un modèle de lancement avec les caractéristiques suivantes : jante 18 pouces, inserts en aluminium, feux Matrix LED, S-Line intérieur avec les sièges sports et le pédalier en aluminium. A vos commandes !

L’avis de l’auteur

L’Audi A3 Sportback perd son coté discret et bourgeois. Pour autant, il faudra voir si des versions moins sportives dans l’apparence arrivent par la suite. Mais cela ne semble pas être la volonté d’Audi pour cet opus. Malgré tout, cela n’empêche pas que, personnellement, je trouve ce design très réussi. L’Audi A3 Sportback prend ici un petit coté break, légèrement influencé par l’Audi A4 Avant ce qui n’est pas pour me déplaire. Néanmoins, je trouve également qu’Audi réussit à s’éloigner, un peu, de la standardisation de ces compacts 3 portes qui tendent à toutes se ressembler de plus en plus. C’est une bonne surprise même si quelque peu déçu par la volonté résolument sportive prise par Audi.