Ou plus clairement de la traction et système Quattro à la propulsion !

Depuis fort longtemps les Audi sont des tractions, depuis le début des années 80, elles sont aussi équipées de l’excellente transmission Quattro ou plus récemment du système Haldex sur les modèles équipés d’un moteur transversal, il n’y a pas de propulsion chez Audi mais cela pourrait changer dans les prochaines années notamment sur les grandes Audi (A8, A7 et pourquoi pas A6).

A l’heure où BMW va passer à la traction sur certains de ces futurs modèles, Audi s’apprête à faire le chemin inverse avec notamment la future A8 qui sera développée puis construite sur la plateforme MSB actuellement en développement chez Porche afin de mutualiser et d’abaisser le budget de R&D (une même base pour 3 marques). Cette nouvelle plateforme modulaire destinée au Haut de Gamme et aux voitures puissantes du groupe Volkswagen servira notamment à la prochaine génération de Panamera, de Bentley Continental et elle permet l’installation des transmissions à 2 ou 4 roues motrices. Nous pourrions ainsi avoir plusieurs offres sur l’Audi A8 en fonction des motorisations et du niveau de finition.

A l’heure où les conducteurs de BMW ne savent pas si leur voiture est une traction ou une propulsion, l’idée est étonnante mais pas sotte et conforme au positionnement HDG d’Audi. Par ailleurs, la future Audi A8 devrait délaisser sa structure “tout Alu” pour une nouvelle en dite en aluminium hybride c’est à dire composée d’un mix entre des matériaux composites, de l’aluminium et du métal haute résistance. Cette nouvelle structure a deux objectifs, le premier de réduire un peu les coûts et le second de diminuer le poids de l’auto qui est désormais de près de 2.2 tonnes sur une version à moteur W12.

Attendons encore un peu avant d’en apprendre un peu plus au sujet de cette prochaine voiture de luxe, par contre je peux vous dire que l’an prochain l’A8 actuelle née il y a trois ans bénéficiera d’un restylage de mi vie et d’une évolution des motorisations.

Via Car&Driver.