Enfin une bonne nouvelle pour PSA et ses salariés ! Le groupe automobile français vient de confirmer qu’il allait continuer à exploiter le site de Sevelnord au delà de la fin de la coopération avec Fiat.

La direction du groupe français vient d’assurer qu’il y allait y avoir quelques 750 millions d’euros investi dans le site de de Valenciennes-Hordain. La direction de PSA vient de faire le choix de produire dans le valenciennois le futur VUL de milieu de gamme du groupe que l’on ne connait pour l’instant que sous son nom de projet « K1 ».

Sur les 750 millions d’euros investis dans le site, on apprend que plus de la moitié allait aller à la R&D, le reste étant destiné à la modernisation et à la mise en place des futures chaines de production. L’annonce faite ce matin est un soulagement pour les presque 2800 salariés du site mais aussi pour les sous traitants de l’usine automobile.

L’annonce de cette pérennisation du site doit pas beaucoup à deux évènements :

1) – La signature par 3 des 4 syndicats (FO, CFE-CGC,  SPI-GSEA mais pas la CGT) d’un accord sur la flexibilité du temps de travail et des RTT afin d’améliorer la productivité du site et l’absence de tout de licenciement par la direction du groupe durant les trois prochaines années (2013-2014-2015). C’est un peu le jeu du « win-win » mais c’est heureux pour les employés mais aussi pour l’entreprise qui peut voir un peu loin puisque du coté de PSA on dit que la vie du site est assuré au delà de 2020.

2) – L’accord signé avec Toyota le 23 juillet dernier qui assure à PSA l’achat d’une partie de la production par le puissant constructeur japonais (déjà partenaire de PSA sur le site TPCE).

La CGT a toutefois fait un petit geste en disant qu’elle était heureuse de cette décision mais qu’elle s’inquiétait tout de même de l’avenir d’une partie des salariés au delà de 2017.

Tout ne pouvait toutefois pas être rose chez PSA puisqu’on appris via Reuters que l’usine de Sochaux allait voir ses cadences de production diminuer durant les deux mois à venir afin de s’adapter à la demande du marché européen. Ainsi sur septembre et octobre il y aura au total 9 journées chômées sur le site sochalien.

Via Reuters, LeParisien.