Ou quand fabriquer des autos sportives de qualité en Allemagne ne suffit plus ! Ainsi après Artega en début du juillet, Melkus mi août c’est au tour de Gumpert d’être en grosse difficulté financière.

Face à la baisse notable des ventes sur l’ensemble des marchés et notamment le marché chinois sur lequel Gumpert fondait beaucoup d’espoir pour l’Apollo et peut être la “future” Tornante. Le constructeur d’Altenbourg vient de se placer en procédure d’insolvabilité financière afin de se donner un peu d’air et de temps pour sortir de cette mauvaise passe et/ou trouver une solution avec des investisseurs ou de nouveaux partenaires industriels. Ce période transitoire avant un possible dépôt de bilan permet de stopper toutes les procédures mises en places par les créanciers afin de trouver soit de l’aide, soit rééchelonnement de la dette pour garder l’entreprise en vie.

Mais chez Gumpert, on avait connu pareille situation en 2009-2010 et l’entreprise avait redémarré mais en cette année 2012, les choses pourraient être bien plus difficile pour ce constructeur automobile qui fête cette année ses onze ans d’existence. Une affaire à suivre mais là encore rien de très bon à attendre surtout quand on sait que la crise durable commence à s’installer outre Rhin !

Je finirais avec une remarque, depuis 5-6 ans, nous avons vu des dizaines de supercars ou sportives de luxe être lancées par des constructeurs qui n’ont bien souvent de constructeur que le nom et une voiture qui doit leur faire exploser le marché des supercars mais au bout du compte combien sont elles à avoir vu le jour ou à exister en dehors de beaux dessins 3D, de maquettes de salon ou d’un proto roulant pour les photos et vidéos destinées à attirer le chaland. On peut même se poser la question pour la très réussie Rimac électrique qui ne se montre plus guère ces derniers mois et dont l’usine n’est toujours pas sortie de terre malgré les “nombreux” investisseurs. Je n’ouvrirais pas là le débat sur les riches, les pauvres et la situation du monde mais quand on voit la difficile situation de ces petits constructeurs qui fabriquent de très bonnes autos, on ne peut que sourire en voyant les pseudo fabriquant de supercars de très grand luxe…

Via Gumpert.