C’est un peu avant de partir en vacances qu’Audi nous dévoile la deuxième génération de son petit SUV Q3. Pour la peine, il nous a été présenté dans un seyant bleu “Turbo blue” qui rappelle grandement la Méditerranée ou l’Atlantique, c’est à vous de voir. Tour d’horizon sur ce futur best-seller des petites familles.

Lancé en 2011, revu en 2014, le Q3 a vécu une belle vie, emplie de succès mais il était temps qu’il passe la main, la concurrence se faisant de plus en plus vivace sur le très (mais alors très très) dynamique segment des petits SUV de moins de 4,50 m : BMW X1, Mercedes GLA, Volvo XC40 pour le premium et Peugeot 3008 pour la catégorie en dessous mais qui a certaines velléités de putsch envers l’aristocratie.

Nous sommes chez Audi, il ne faut donc pas s’attendre à une révolution comparable au saut de génération entre les deux 3008 (encore lui) : la marque allemande fait évoluer tout en douceur son dessin, propose un intérieur revu et enrichi de multiples fonctions connectées et quelques moteurs. Oui, ça peut servir dans une voiture.

Commençons donc par le dessin. Le Q3 premier du nom était devenu un peu lisse avec le temps, cette époque est révolue. Le nouveau gagne des hanches et des épaules pour une personnalité nettement plus affirmée et virile. Les phares avants et arrières y débordent largement, participant à l’impression de largeur et de force tranquille de l’engin. 3 versions de phares sont d’ailleurs disponibles. Ils sont reliés par une ligne qui part de l’un vers l’autre et qui souligne agréablement le profil en répondant au faux marchepied largement creusé en bas des portes. L’avant se pare de la nouvelle calandre Singleframe, entourée d’un large jonc en métal et barrée de 8 lignes verticales qui renforcent le côté sportif vanté par Audi. L’arrière évolue nettement moins, se contentant de tendre quelques lignes de force plus marquées qu’auparavant. Les roues se parent de jantes bi-tons au dessin résolument sportif et pouvant, en option, monter à 20 pouces, comme un Scénic. En résumé, vous avez désormais devant vous un Q2 en plus gros (à l’avant) ou un Q5 en plus petit (profil et arrière). Les clients et amateurs Audi s’y retrouveront parfaitement et seront comblés.

Il en sera d’ailleurs de même à l’intérieur qui reprend le désormais traditionnel virtual cockpit : toutes les indications sont regroupées sur l’écran qui fait donc office de compteur, voyants, GPS, etc. C’est technologique à souhait, personnalisable à l’envie et parfaitement dans la tendance du moment, d’autres constructeurs s’y mettant également. 3 versions d’intérieur sont disponibles dont une incluant des touches d’Alcantara là ou d’habitude on retrouve du métal, du bois ou du cuir : on peut même choisir la couleur du tissu, dont un orange foncé qui s’agira de correctement marier au reste de l’auto. On ne appesantira pas sur la finition qui sera comme d’habitude de haute volée.

S’étant un peu lâché sur les hamburgers, le Q3 prend presque 10 cm en longueur, dont 7,7 cm rien que pour l’empattement et 2,5 cm en largeur. Le coffre offre entre 530 et 675 litres en fonction de l’avancement des sièges arrières. Audi vise les familles à 2 enfants en insistant sur l’espace gagné aux jambes et épaules, argument non négligeable lorsque l’on voyage.

C’est bien sûr dans son équipement multimédia et connecté que le nouveau Q3 en offre beaucoup plus. Les assistances se multiplient, le Q3 roulera presque pour vous en plus de se garer ou de se dévoiler sous toutes les coutures lorsque vous évoluez prudemment à moins de 10km/h. Une description de toutes ces fonctionnalité seraient un peu rébarbative. Contentons-nous de préciser que le Q3 est plus connecté que votre Freebox, qu’il est désormais capable de comprendre le langage courant mal articulé et qu’il embarque une bonne dose d’intelligence artificielle en plus de servir de relais géant à de nombreuses fonctions de votre smartphone lorsque vous conduisez. Pour la petite histoire, près de trois pages du communiqué de presse d’Audi sont consacrées à ces fonctions quant le moteur en occupe un petit paragraphe.

Parlons-en d’ailleurs des moteurs : ils seront 4 disponibles au lancement. 3 essences et 1 diesel dont la puissance s’échelonne de 150 à 230 chevaux, en attendant plus avec les SQ3 et RSQ3 qui ne devraient pas manquer d’arriver. Ce sont tous 4 des moteurs turbo dont la transmission est assurée par une boîte manuelle à 6 rapports ou S-Tronic à 7 rapports. Le Q3 sera disponible (heureusement) en 4 roues motrices mais aussi en simple traction pour les 99% d’acheteurs qui ne le mettront jamais sur les chemins poussiéreux.

Les premiers exemplaires seront livrés en novembre 2018. Une édition spéciale fortement pourvue en options marquera l’événement : suspension sport, jantes 20 pouces, Matrix LED, logos noirs et deux couleurs : Pulse Orange et Chronos Gray, sièges sport, … Rendez-vous en concession très prochainement.

Crédit photos : Audi