Fin du teasing pour le nouveau Audi Q8 qui vient corriger une anomalie dans la gamme du constructeur d’Ingolstadt. Il en profite pour mettre à jour l’identité visuelle des SUV de la marque avec notamment une calandre assez agressive.

Cela peut sembler étrange, mais Audi était jusqu’à présent le dernier constructeur premium germanique à ne pas être présent sur le segment du SUV Coupé inventé par le BMW X6. Mais le développement du Q8 a été assez rapide, suivant la présentation du concept au Salon de Détroit de janvier 2017. Quant à la révélation du produit final, elle s’est faite en Chine à Shenzen, preuve supplémentaire que le centre de gravité automobile bouge et que le vieux continent n’est pas la priorité de ce type de véhicule.

Reposant sur la même base technique que le sage Q7, le Q8 se veut être sa déclinaison sportive. Place donc à des lignes tendues et ramassées, suggérant une impression de vitesse et de boule de nerf prête à bondir. Les apparences sont trompeuses car le Q8, bien que plus compact que le Q7, mesure quand même près de 5 m de long pour 2 m de large et 1,71 m de haut. Une belle bête, mais assez correctement proportionné, évitant certaines lourdeurs inhérentes au genre. S’agissant d’une Audi, le style évolue par petite touche, dans la volonté de ne pas surprendre l’acheteur. La plus grande évolution de ce Q8 est manifestement la calandre single frame.

Cette grand pièce de forme octogonale reçoit une très large bordure, grise ou noire selon les versions, avec 6 barrettes verticales rappelant (en plus discret) le concept de Détroit. Les phares LED jouxtent la calandre, mais reçoivent dans leur partie basse une sorte de cache noir dont l’effet esthétique n’est pas forcément des plus heureux. Cette nouvelle signature visuelle est appelée à se généraliser sur les autres modèles de la gamme Q. Dans l’esprit des dernières A8 et A6, les ailes et les hanches sont marquées d’un pli de tôle bien mis en valeur par la couleur Dragon Orange des photos presse.

La proue est assez dynamique (pour un SUV de 5 m) avec un discret spoiler dans le prolongement du pavillon et de discrets feux occupant toute la largeur. Le contraste avec la proue très agressive et d’ailleurs étonnant. Petit détail pour souligner la sportivité supposée : les vitres se passent d’entourage pour alléger un peu le profil.

Dans l’habitacle, il s’agit d’une transposition des dernières planches de bord vues sur les A6, A7 et A8 : deux grands écrans LCD couleur disposés sur un plan horizontal. L’instrumentation garde une séparation franche avec l’écran multifonction, contrairement à ce qui se fait chez Mercedes. Un troisième écran, disposé plus bas devant le sélecteur de boîte permet d’accéder aux commandes de l’écran central sans avoir à garder le bras en l’air. L’air de rien, c’est une évolution sympa (si si souvenez vous quand vous devez entrer une adresse sur votre gps intégré en tapant sur chaque petite touche, c’est long non ?).

Le dessin de l’habitacle est lui aussi sans surprise : c’est du Audi pur jus. Le Q8 offre 3 places arrières, une banquette coulissante sur 10 cm et un coffre d’un volume correct de 605 litres. La banquette est évidemment rabattable pour un volume total de 1755 litres. Une vraie familiale, mais pour père ou mère de famille assez pressé.

Les motorisations annoncées annoncent clairement la couleur : V6 ou V8 seulement. En diesel : V6 TDI de 286 et 231 ch, et en essence un V6 TFSI de 340 ch. Pour plus tard, un SQ8 diesel V8 de 435 ch semble probable. Quant à un éventuel RSQ8 essence, il aurait de quoi venir taquiner la cousine Lamborghini Urus dont il partage les soubassements, si tant est qu’il arrive un jour. L’hybridation douce est disponible sur toutes les motorisations, consistant en un alterno démarreur renforcé couplé à un circuit 48 V. La transmission intégrale Quattro est de série, ainsi que la boîte automatique 8 rapports Tiptronic. Une kyrielle d’options permettra d’obtenir un Q8 plus performant : roues arrières directrices, différentiel Quattro Sport avec torque vectoring ou encore suspensions actives pour les quelques rares fous furieux qui voudront faire du tout terrain à son bord.

Le Q8 sera commercialisé dès le mois de juillet en version 50 TDI de 286 ch, les autres versions suivant plus tard. Le tarif n’a pas encore été annoncé.

Crédits photos : Audi