Après le Citroën Berlingo et l’Opel Combo, c’est au tour de Peugeot d’officialiser son nouveau ludospace. Avec une petite surprise : il change de nom ! Alors on dit adieu au Partner et on part découvrir ce Rifter.

Le troisième membre de la famille des ludospace PSA se dévoile donc aujourd’hui et, hormis son nom, peu de surprises sont à noter : on a affaire à une Peugeot pure et dure. D’extérieur évidemment, où la calandre verticale ornée d’un généreux lion ne trompe personne. L’arrière suit la même veine, avec les trois guides de lumière dans les optiques, typiques des dernières productions de la, marque. Seules les phares, avec cette barre de LED en plein milieu, innove un peu. On remarque également un côté baroudeur nettement plus marqué que sur le Berlingo ou le Combo, avec des protections de carrosserie un peu partout et des sabots sur les pare-chocs. L’ensemble est trapu, bien posé sur ses roues, qualitatif : ça change et ça fait du bien !

C’est à l’intérieur que le Rifter fait fort et se rattache encore plus à la gamme Peugeot. Car oui, vous n’avez pas rêvé : le ludospace embarque le i-Cockpit ! Tout y est : le petit volant, le combiné en hauteur (même s’il faut se contenter de “simples” compteur à aiguilles) et le grand écran 8″. Impressionnant. Le reste de l’habitacle est nettement plus traditionnel et en lien avec la catégorie de la voiture : de l’espace et de la lumière ! Le rang 2 embarque trois sièges indépendants et rabattables en plancher plat. Une version longue (4.75 m vs 4.40 m) peut même disposer d’un troisième rang, permettant d’accueillir sept personnes. Le coffre promet d’engloutir toutes vos envies, avec un volume compris entre 775 litres (sous tablette, version courte) à 4000 (!) litres pour la version longue avec les sièges rabattus. Le siège passager peut également se mettre en portefeuille pour les planches de surf ou les cartons Ikea. Pour illuminer tout ce beau monde, le Rifter peut compter sur son toit vitré Zénith avec capucine et arche compartimentée pour cacher encore plus de doudous.

Niveau équipements, le Rifter fait fort avec toute une flopée d’aides à la conduite : régulateur adaptatif, alerte de franchissement de ligne avec correction de cap, accès et démarrage mains-libres, freinage d’urgence automatique, surveillance d’angle morts etc… L’écran 8″ reçoit également la navigation connectée et supporte Android Auto & Apple CarPlay. Côté baroudeur oblige, le Peugeot reçoit l’Advanced Grip Control et peut même, en passant par Dangel, proposer une vraie transmission intégrale. Enfin, on note l’apparition d’une version GT Line pour soigner son look et se débarrasser définitivement de l’image d’utilitaire à peine modifié. Le message est passé : le Rifter est une vraie voiture et une vraie Peugeot, s’intégrant sans honte dans la séduisante gamme actuelle.

Pas beaucoup de surprises en termes de motorisation, avec des diesel BlueHDi 75, 100 et 130 ch et des essence PureTech 110 et 130 ch -à noter que les versions 130 ch peuvent être accompagnées de l’excellente BVA8. Le Rifter sera présenté à Genève le mois prochain et arrivera en concession en septembre. On devrait connaitre les tarifs d’ici-là !

Les trois ludospace PSA sont donc officiels, et il est agréable de constater à quel point chaque proposition est unique : à Citroën le bien-être et le fun, à Opel la rigueur, à Peugeot un côté plus haut de gamme. Chacun en a pour son compte ! Vous partez avec laquelle ?

Via Peugeot.

EDIT : à peine le temps de publier que Peugeot dévoile un concept illustrant la fameuse option 4 roues motrices by Dangel. Bienvenue au Rifter 4×4 Concept ! On vous met la galerie complète :