Sur le marché depuis maintenant 3 ans, la deuxième génération de l’Audi Q5 s’offre une petite cure de jouvence.

L’objectif clairement annoncé pour ce restylage est de rendre le SUV plus attractif aux yeux des clients. Pour cela, la face a été profondément revue avec plus d’agressivité. Calandre Singleframe affinée et en nid d’abeilles, signature lumineuse redessinée et “prises d’air” moins proéminentes sont au programme. A l’arrière, c’est plus léger, on remarque la baguette noire venant souligner plus franchement les nouveaux feux OLED et un diffuseur plus séduisant. Enfin, toujours pour améliorer son aspect statutaire, la garde au sol est légèrement rehaussée.

Pas de révolution à l’intérieur, si ce n’est l’apparition d’un gigantesque écran flottant de 10,1 pouces, tactile bien évidemment. Dans un habitacle encore très accueillant, le constructeur prône la qualité et la personnalisation pour se sentir comme à la maison. Le célèbre Virtual Cockpit est toujours de la partie, cela va de soi.

Sous le capot, la version de lancement proposera un 40 TDI largement remanié avec des pièces plus légères et des émissions d’oxyde d’azote fortement réduites grâce à un nouveau système de catalyseurs SCR à double dosage avec double injection d’AdBlue. Grâce également à la traditionnelle hybridation légère 12V, la consommation WLTP passe alors de 6,4 à 5,4 l/100 km et de 169 à 143 g/km pour les émissions de C0². De quoi faire pas mal d’économies à la pompe mais aussi à l’achat avec un malus réduit. Sinon, plusieurs autres moteurs seront disponibles. Il sera possible d’opter pour une variante en 2 roues motrices, mais aussi le V6 TDI, deux TFSI 2.0 ou deux niveaux puissances pour la transmission TFSI hybride rechargeable.

Ce nouveau millésime sera lancé en France dès l’autonome 2020 à des prix pour le moment inconnus. Actuellement, l’Audi Q5 débute à 46 020 € avec le 35 TDI S tronic de 163 ch.