C’est la triste et dure réalité mais tout ne se passe pas pour le mieux dans le monde d’Autolib’ puisque l’on apprend en ce début d’année qu’après moins d’un mois de mise en service les voitures électriques de la Mairie de Parie et du groupe Bolloré sont déjà mal en point.

Qu’est ce que cela sera alors dans deux ou trois ans ! Vandalismes divers et variés, dysfonctionnements multiples, gros problèmes de finition, accrochages, voilà la vie d’une Bluecar grise à Paris. Sur les 250 voitures actuellement en service, ce sont au moins une quarantaine qui sont en permanence à l’atelier de maintenance de Vaucresson pour des problèmes divers et variés.

On commencera par un câble d’alimentation mal isolé qui poserait des problèmes lors des jours de pluie abondante, on continuera par les feux ou phares cassés, les rétroviseurs et les essuies glaces arrachés, les portes enfoncées ou les vitres brisées. Bien sur dès le moindre pépin et en vertu du principe de précaution, toute voiture pas conforme est arrêtée et prends la direction de l’atelier. Mais là aussi il y a un hic car il apparait que les stocks de pièces détachées sont insuffisants pour palier à la demande et par conséquent il faut attendre que les pièces soient de nouveau disponibles pour pouvoir réparer puis remettre les autos en circulation.

Il arrive désormais que des stations soient désertées par les autos pendant un ou deux jours. On passera sur les ratés informatiques pour s’inscrire ou louer une Bluecar mais force est de constater qu’en plus d’une auto pas très solide, ni très fiable il faut faire avec une vraie incivilité des gens et le manque de respect du matériel par les locataires qui prêtent peu d’attention aux autos. Selon certaines sources, on parle de près d’un tiers du parc Autolib’ qui serait au “repos” forcé pour les raisons cités plus haut.

Pour ce qui est de la fiabilité, la vraie épreuve sera selon des responsables d’Autolib’, la vraie période hivernale avec le froid et des conditions climatiques difficiles. Une chose est sure, la fragilité apparente de l’Autolib’ se confirme et cela pourrait coûter très cher aux deux principaux partenaires du projet notamment si les abonnés ne sont pas là, si les gens se détournent de ce système par la faute de voitures absentes des stations, indisponibles pour des raisons mécaniques ou tout simplement saccagées par des malfaisants.

Une petite vidéo de complément.

Via LeTélégramme, BFMTV, MondialInfo, Youtube.

Crédit photo : Chrispit1955 on FlickR