Le printemps sera herméneutique ou ne sera pas. La Mercedes-Benz Gallery expose des étoiles de rêve, pour faire de beaux rêves étoilés. Sigmund, reviens ! il y a une CLK LM en vitrine !

Dream Stars : le nom de l’exposition de la Mercedes-Benz Gallery suffit à lui même. Sur fond rose, des Mercedes sportives grise, noir et blanches s’exposent aux regards des touristes de l’Avenue des Champs-Elysées. Et si la marque à l’Etoile avait voulu mettre le « paquet » pour attirer au maximum du public elle ne s’y serait pas prise autrement, puisque c’est l’impressionnante CLK LM qui est offerte aux yeux dès l’entrée !

Eh oui, l’exposition vaut essentiellement pour la découverte de cette rare supercar, fabriquée à 2 exemplaires, mais dont c’est là le dernier modèle encore existant ! Le premier a, très logiquement, fini dans un mur afin de satisfaire aux crash-tests, et celui-ci a été vendu à l’importateur japonais de Mercedes, par ailleurs grand collectionneur de voitures, qui l’a conservée jusqu’à cette année où elle a été acquise par deux propriétaires français qui ont proposé à la « Gallery » de l’y exposer pour la première fois au public ! Nous y revenons dans un autre article.

Avant la CLK LM, il y eut la CLK GTR (20 exemplaires en coupé, 6 en roadster), également une super-sportive. Pensez donc ! Nous sommes en 1997, Mercedes ambitionne de s’engager dans la catégorie GT1, mais doit pour homologuer sa candidature fabriquer 20 exemplaires de petite série. Deux modèles de plus, pour la compétition cette fois, sont assemblés, et engagés aux 24 Heures du Mans 1998. Mue par un V12 6,0 l de 612 chevaux pour 775 Nm de couple, et profilée de la façon la plus plate possible, la CLK GTR est (très) lointainement dérivée du coupé CLK, dont elle reprend les optiques et… les poignées de portière. Le reste est entièrement pensé par les contraintes aérodynamiques, qui lui permettent d’atteindre 323 km/h pour un 0 à 100 km/h effacé en 3,4 secondes !

Le prix d’un tel bolide était à l’époque prohibitif : elle était vendue 11 millions de Francs, soit 1,7 million d’Euros actuels. La cote de deux exemplaires vendus en 2009 s’établit respectivement à 825 000 $ pour un coupé et 974 000 $ pour un roadster. Une belle décote, mais qui ne devrait pas tarder à s’inverser pour ceux qui aiment voir danser les chiffres de façon spéculative. Cela n’a pas empêché la CLK GTR de détenir, pour un temps, le prix de a voiture la plus chère de toute l’histoire, avec un tarif de vente à 1 547 620 $ ! Et pour ce qui est de cette CLK-LM, ici présente, étant exemplaire unique, elle est quasi-inestimable…

Le drame de la CLK GTR, c’est que son engagement en FIA GT1 aura été de courte durée. Sitôt la saison 98 terminée, la catégorie est démantelée par la FIA pour 1999. Elle n’aura pu courir que deux ans. Mercedes s’acquitte cependant de l’assemblage des CLK GTR commandées, et c’est bien-sûr AMG dans ses ateliers d’Affalterbach qui effectua la tâche, de l’hiver 1998 à l’été 1999. Aucune concession au confort ne fut faite : Mercedes voulait proposer une véritable voiture de compétition, homologuée pour la route. Seules les assises baquet (recouvertes de cuir) et l’air conditionné équipent les CLK GTR, tandis qu’un contrôle de la conduite ESP était ajouté pour maîtriser un engin qui reconduit une solution mythique des Mercedes sportives : les portières papillon à ouverture par le toit. Quant au gigantesque aileron profilé, il est le seul détail esthétique qui diffère des prototypes de compétition.

Reste que la CLK GTR remporta les championnats pilote et constructeur en catégorie GT1 en 1997 et 1998. On en avait presque oublié qu’elle avait été créée pour cela…

Les autres « machines à rêves » de la Mercedes-Benz Gallery apparaissent tout de suite plus convenues, moins radicales (c’est le moins qu’on puisse dire), presque « banales ». Que sont des Classe A 45 AMG, des CLS 63 AMG des ML 63 AMG à côté de la CLK LM ? Bien peu de choses, mais aussi des véhicules plus modernes, plus réalistes, plus technologiques, et en un certain sens plus pratiques au quotidien. C’est aussi ça le rêve automobile : se déplacer sans souci. Et si vous voulez vous déplacer de façon encore plus discrète, la « Gallery » propose aussi une E350 Cabriolet « Bluetec ».

L’exposition « Dream Stars » se tient à la Mercedes-Benz Gallery jusqu’au 20 juin 2014 au 118 de l’avenue des Champs-Elysées (Paris VIIIè arr.).

Crédit photographique : François Mortier pour BlogAutomobile.fr