C’est un petit peu la surprise de ce début de semaine, l’électromobilité et le fameux programme i de BMW serait vraiment sur la sellette et remis en cause par le directoire du groupe automobile bavarois.

Ainsi un grand nombre de médias (presse, web, radio) allemands mais aussi européens et américains ont fait le point sur la situation du programme i chez BMW et les questions que se posent les dirigeants du constructeur allemande sur le développement de la technologie et des motorisations entièrement électriques.

Cela commence par la mise au placard des projets i1 et i5, le report de plusieurs mois si ce n’est une année au moins des prochaines i3 et i8 montrent l’inportance du problèmes des VE. Ainsi on remarque chez BMW que malgré la communication importante, la mise en avant de la technologie et la promotion (greenwashing ??) des voitures électriques, la clientèle potentielle n’accroche pas au programme pour diverses raisons que nous connaissons tous depuis longtemps (prix, problème de la recharge, autonomie, revente, recyclage). Mais à cela s’ajoute, crise oblige, le désintérêt quasi général de la part des constructeurs pour la propulsion électrique et les infrastructures qui s’y rattachent. Pour revenir en France, combien de bornes de recharges dans vos villes ? Combien de places réservées dans les parkings privés ? Quels moyens sécurisés mis à la disposition des gens qui vivent en immeuble ? Je repondrais très peu ou pas du tout. Aussi BMW, comme les autres constructeurs allemands, fait l’amer constat que le soutien des états et la mise à disposition de moyens ne sont plus à l’ordre du jour; la crise s’est installée, le prix des carburants est reparti à la baisse (fin = niveau le moins élevé des prix depuis le début de l’année) et la sauvegarde des systèmes ou modèles politiques et économiques est devenue prioritaire, ce qui n’est pas le cas des VE.

Face à ce manque d’enthousiasme qui pourrait être encore plus marqué en fin d’année ou en 2013 si la fameuse prime à l’achat d’un VE disparait, les constructeurs se posent les questions logiques de la rentabilité de tels projets qu’il faut en plus adapter aux différents marchés visés. Ainsi les containtes européennes ne sont pas les mêmes que celles qui prévalent en Chine, en Russie ou aux USA et on voit assez mal comment absorber le surcoût de l’adaptation. Néanmoins BMW reste sur de son choix et de la viabilité de son programme i qui va toutefois nécessiter des aménagements notamment du coté de l’i3 que le constructeur de Munich espère vendre à 100.000 exemplaires par an. En fait le problème est essentiellement financier (quoiqu’aussi un peu technique notamment en matière d’autonomie !) et concerne la rentabilité et/ou le retour sur investissement de tels projets. Actuellement, le fameux point s’éloigne de plus en plus dans le temps ce qui n’incite pas les constructeur à se lancer dans de telles évolutions de gamme.

Chez BMW on aurait donc reporté la commercialisation des autos annoncées et les équipes de E&D travailleraient d’arrache pied sur la mise au point de voitures hybrides Plug-in. On semble d’ailleurs s’orienter vers une i3 avec range extender plutôt que vers une i3 100% électrique. Il semble toutefois que la i3 disposera, au moins pour son image d’une version 100% électricité qui ne devrait toutefois pas représenter la majorité des ventes. N’oublions pas que la i3 c’est une citadine forte de 125 kW, entièrement en fibre de carbone, qui sera vendu au prix d’une 320d au moins sans en proposer le volume, la polyvalence et les performances. Pas gagné !

Reste qu’à Munich on préfère sur ce coup, anticiper et gérer plutôt que d’avoir à subir les affres d’une grosse erreur industrielle et financière. Le traumastisme Rover est encore bien présent chez les gestionnaires et directeurs de l’entreprise qui cette fois prennent les devants quitte à s’adapter au marché dans les années à venir si la demande se fait sentir. Une chose apparait comme certaine, l’envol de la gamme i de BMW va se faire avec retard, plus doucement que prévu et peut être moins électriquement que prévu. J’ai même lu sur certains forums béhèmistes qu’une version à moteur thermique L3 pourrait voir le jour (??) afin de rentabiliser plus vite le programme i3.

Un peu de com’ verte BMW… (pour se souvenir du bon temps des autos nées électriques)

L’affaire concerne plus particulièrement BMW cette semaine mais selon certains médias allemands tous les constructeurs font le point sur la situation les l’avenir des VE 100% électrique (VW Group ? Daimler Benz ? Ford ?) et tout le monde de s’accorder sur le bien fondé des VE avec Prolongateur d’autonomie, les hybrides et les hybrides Plug-in qui tiennent le marché grâce à Toyota. La technologie GM est elle aussi intéressante si l’on en croit les informations mais est ce à dire que les VE purs n’ont pas ou peu d’avenir, c’est une possibilité qui n’est pas à exclure tant que la technologie ne permettra pas de proposer les même prestations et tarifs qu’une auto à moteur thermique ou hybride. Cette situation nouvelle, mais pas surprenante (je vous en parle depuis longtemps !) nous amène tout de même à nous poser quelques questions sur les choix faits par l’Alliance Renault-Nissan mais aussi par Tesla ! A suivre de près et à débattre.

Via AP, Autoblog, ZDZ.