C’est au salon de Pékin que Bugatti dévoile le cinquième opus de sa série en six parties «Les Légendes de Bugatti». Si la base est toujours la même et reste la Veyron 16.4 Grand Sport Vitesse, cette « Black Bess » n’honore pas un pilote ou un homme mais plutôt un modèle de la gamme Bugatti, la Type 18 dite « Black Bess ». 

bugatti-vitesse-legend-black-bess-18

La carrosserie en fibre de carbone de la Vitesse Légende «Black Bess» est entièrement peinte en noir, comme son illustre prédécesseure. Les touches dorées distinctives de la Type 18 sont réinterprétées de la façon la plus luxueuse sur une Bugatti moderne. Ainsi pour la première fois, des éléments de la carrosserie d’une Bugatti sont plaqués avec de l’or 24 carats. Sur la grille de calandre entièrement peinte en noir, le fer à cheval caractéristique de Bugatti est lui aussi recouvert du précieux métal doré. Les bandes dorées s’étendent depuis le bas des projecteurs, parcourent les ailes avant, vont vers l’arrière sous forme de fines rayures et rétrécissent jusqu’à la terminaison des portes. 
L’or est également présent sur le logo EB à l’arrière du véhicule ainsi que les enjoliveurs de moyeu des jantes alu peintes en noir, qui portent également les initiales en noir du fondateur Ettore Bugatti. Le bouchon de réservoir et le bouchon d’huile sont eux aussi mis en évidence et signés en doré par le monogramme « Black Bess ».

Le cockpit de la Vitesse Légende «Black Bess» est intégralement habillé de cuir. Alors que le ciel de pavillon, le plancher, les sièges, le prolongement de la console centrale et la cloison arrière sont de couleur beige, le brun Havanna utilisé sur le tableau de bord, les garnitures de porte et la plage d’auvent donne un peu plus de « chaleur » à l’habitacle. Le volant revêtu de cuir rouge Carmesin est une référence directe à la Type 18 « Black Bess » historique. Ce rouge à l’ancienne est aussi présent dans les surpiqûres rouges qui ornent les parties latérales des sièges ainsi que les ceintures de sécurité. 

Comme sur les autres modèles de la série « Les Légendes de Bugatti », cette Veyron Black Bess propose des panneaux de portes en cuir brodé. Sur les autos, ces broderies représentent la Type 18 accompagné par l’avion de Roland Garros, un Morane Saulnier Type H. Chacune des trois voitures aura des broderies uniques puisque réalisées à la main. 

Comme tous les Bugatti « Légendes de Bugatti », la « Black Bess » est basée sur la Bugatti Veyron 16.4 Grand Sport Vitesse*). Son moteur reste le W16 8.0 L quadriturbo de 1200 ch à 6400 trs/min,  1500 Nm de 3000 à 5000 trs associé à la BV7 à double embrayage qui permet d’atteindre 410 km/h et de réaliser une accélération de 0 à 100 km/h en 2,6 secondes.
Les trois exemplaires de la série sont d’ores et déjà en vente sur le stand du constructeur présent au salon de Pékin. Pour cela il vous faudra débourser 2.15 millions d’euros, le prix de l’exclusivité !

Pour ceux qui veulent en savoir plus au sujet de la Bugatti Type 18, c’est par là :

La Type 18 « Black Bess » doit son nom à un cheval de course anglais. Elle a été l’une des Bugatti les plus importantes de l’avant première guerre mondiale, avec des caractéristiques techniques en avance sur son époque qui lui permettaient d’évoluer dans une catégorie à part. Son moteur, un L4 de 5.0 L développait une puissance de plus de 100 ch à 2800 trs/min et autorisait une Vmax assez incroyable pour l’époque de 160 km/h. Selon Bugatti, la Type 18 était une super voiture de sport et le véhicule routier le plus rapide de son temps, toute catégorie confondue ! 

La Bugatti Type 18 , appelée aussi « La Garros » a été fabriquée entre 1912 et 1914. Son moteur quatre cylindres en ligne de 5.0 L (alésage : 100 mm / course : 160 mm) disposait d’un vilebrequin monté sur trois paliers et d’un arbre à cames en tête qui actionnait trois soupapes par cylindre. Point inhabituel chez Bugatti à l’époque, cet ensemble était entraîné par une chaîne de distribution. Ce bloc moteur cubait exactement 5027 cm3.
La boîte de vitesses, petite et légère, possédait quatre rapports. L’empattement de 2.54 m, des voies de 1.25 m et un poids de seulement 1250 kg donnaient à ce véhicule, avec ses plus de 100 ch, une maniabilité extraordinaire, en particulier dans les courbes  et sur les routes sinueuses. Ces caractéristiques permirent à Ettore Bugatti de gagner la fameuse course du Mont Ventoux en 1912. Roland Garros fut l’acquéreur du chassis n°474 qu’il fit carrosser en Sport 2 places par Labourdette. 

Attention selon les nomenclatures, la Type 18 et la Type 16 sont parfois confondues notamment du fait des chassis n°471, 472 et 473 qui apparaissent sur les deux modèles et qui sont en provenance de chez Deutz AG quand E.Bugatti quitta l’entreprise.

Sachez enfin que tous les exemplaires des précédentes séries ont tous été vendus et qu’avant la fin de l’année nous découvrirons la sixième livraisons de triplées « Les legendes de Bugatti ». On parie sur une version Type 35, Type 54 ou Royale ?

Via Bugatti.