BYD vend des taxis à Bruxelles

Si nous en connaissons un qui doit être vert de rage, à moins que ce ne soit bleu ciel de colère, il s’agit bien de Carlos Ghosn. Le patron de Nissan devait être sur le coup et il devait espérer emporter le marché de 50 véhicules électriques destinés à la ville de Bruxelles, hélas c’est le constructeur chinois BYD (Buid Your Dreams), grand spécialiste des batteries (fournisseur de Nokia et Samsung) qui a remporté l’appel d’offre.

Donc pas de Nissan e-Evalia Taxi mais des BYD e6. La totalité des autos n’est pas encore livrée mais ce sont déjà 34 véhicules électriques qui vont être mis à la disposition de la clientèle (+ 1 destiné à la promotion non encore immatriculé). Ces taxis chinois ont été achetés avec l’aide de la Région bruxelloise. Si l’on croit les propos de Pascal Smet, ministre de la mobilité et des travaux publics de la région bruxelloise, ces taxis électriques vont permettre d’engager le développement du réseau de chargeurs sur la région de la capitale belge.
Effectivement, si les chauffeurs de taxis disposent de VE pour exercer leur activité, ils ne disposent pas de suffisamment de bornes de recharge sur la voie publique ce qui risque de très vite poser des problèmes de fonctionnement.

Après la ville de Shenzhen (Chine), siège de BYD, où circulent plus de 850 taxis et de 750 véhicules de police électriques, le constructeur s’est implanté à Hong Kong, à Londres, Rotterdam et à Copenhague aussi bien avec des e6 qu’avec des bus électriques. Cette nouvelle implantation laisse à penser que la marque chinoise ne va pas s’arrêter là. D’autres grandes métropoles européennes seraient dans le collimateur du constructeur pour les prochains mois.

On apprend aussi que la région bruxelloise a dépensé la somme de 46.000€ HT pour chacun des 50 véhicules électriques ce qui parait quand même cher pour un véhicule qui hésite entre crossover et monospace long de 4.56 m pas forcément à la pointe de la nouveauté (gabarit équivalent à celui d’un 5008), toutefois BYD semble savoir bien le vendre notamment grâce à son expérience dans le domaine des batteries, le recul sur les 200 millions de km parcourus par les véhicules électriques BYD en Chine et une autonomie théorique de 300 km (l’autonomie réelle semble plus proche des 220-240 km).
Si l’on en croit les termes de l’accord ces e6 sont garanties 5 ans et 300.000 km par le constructeur et si des batterie venaient à perdre plus d’un cinquième de leurs capacités avant les 5 années de la garantie, elles seraient changées sans frais pour l’acheteur.

Pour ceux qui auraient oublié la BYD e6, revoici quelques éléments :

L : 4.560 m
l : 1.822 m
h : 1.645 m
Emp : 2.83 m

Poids : 2.380 kg
Roues & pneumatiques : Jantes alu en 16 pouces chaussées en 235/65 R 16
Système de freinage : Disques ventilés à l’avant / Disques pleins à l’arrière
ABS, ABD, ESP, Park Assist et 6 airbags

Puissance (difficile à connaitre car les documents du constructeur annoncent deux puissances) :
75 kW : 102 ch ou 90 kW : 122 ch
Couple : 450 Nm
Batteries : Phosphate de fer
Capacité des batteries : 48 kWh ou 60 kWh (?)

Vmax : 140 km/h
0 à 100 km/h : ~16.0 secondes
Autonomie théorique : 300 km
Temps de charge sur borne dédiée BYD :  ~2h00
Temps de charge sur prise domestique : ~8h00

 

Ces premières 34 BYD e6 entrent en service ces jours ci et les 15 dernières prévues dans le marché devraient arriver avant la fin de l’année dans l’agglomération bruxelloise.

Via BYD, LMA.