Une des dernières carrosseries françaises, située en Normandie vient d’être placée ce lundi en redressement judiciaire avec une période d’observation allant jusqu’au 24 janvier 2014. Basé à Alençon (Orne) depuis 1962, Carrier emploie actuellement 179 salariés en CDI qui produisent annuellement aux environs de 375 et 400 cars et bus scolaires sur base Man et Mercedes Benz.

Faxt Concept Car & Carrier Carrosserie

Pour Sophie Le Merle, la patronne de la carrosserie normande le pire a été évité, la liquidation judiciaire et elle met en avant le fait que l’entreprise a déjà survécu à deux dépôts de bilan et que tout va être fait pour surmonter cette nouvelle épreuve liée à un endettement et des pertes qui s’élèvent à sept millions d’euros depuis deux ans. Toujours selon la direction de Carrier, la situation s’explique par le lancement de deux nouveaux modèles de bus depuis 2012 et cela a demandé des investissements conséquents, des changements dans l’organisation du travail et il semble que la société a du mal à tenir la cadence de production idéale de plus d’une dizaine de véhicules/semaine.

Reste que la carrosserie Carrier dont les racines sont à chercher aux environs de 1880 en région parisienne s’est installée à Alençon en 1962 et fut intégrée dans la société vendéenne Fast Concept Car (Le Poiré sur Vie) en 2000 compte sur la maison mère mette la main à la poche pour redresser l’entreprise et aider à la sauvegarde des 179 emplois directs et de la centaine indirectement liés à la production de petits bus et d’autocars.

Les syndicats s’inquiètent pour l’avenir du site et des employés car la direction du groupe ne semble pas bouger pour l’instant. Les représentants syndicaux d’expliquer : « Des efforts seront certainement demandés aux salariés. Mais il est hors de question pour la CGT, que les salariés soient rendus responsables et que ce soit eux qui paient d’éventuelles erreurs de gestion et d’organisation du travail. » Les syndicats poursuivent en se disant que l’entreprise est viable au delà de 8 bus fabriqués par semaine et qu’il y a seulement quelques mois 12 véhicules sortaient des chaînes chaque semaine.

La situation risque de devenir critique si le groupe Fast Concept Car ne bouge pas et après la disparition d’Heuliez il y a quelques jours, c’est celle de Carrier qui est à craindre dans l’ouest en début d’année 2014. A suivre.

Via LesEchos, OuestFrance.