… et pour ceux qui ne sont pas encore en Chine c’est quasiment la fin d’un accès assez facile au grand marché automobile ! On pensera particulièrement à Renault, Fiat pour rester en Europe. La Chine avait prévenu et c’est à compter de ce jour que l’état chinois met fin à tous les aides qui permettait aux constructeurs non chinois de s’installer en Chine via les fameuses joint ventures qui rendaient obligatoires de s’associer avec un partenaire du cru pour pouvoir produire et vendre des autos en Chine.

Cette mesure se double d’une nouvelle mesure douanière qui signe la fin des faibles droits et taxes sur les matériaux et composants. Retour à des droits bien plus élevés afin de favoriser la production autochtone et les entreprises chinoises. Reste que certains vont pâtir de cette nouvelle situation qui pourrait par ailleurs renforcer la position de certains constructeurs présents en Chine depuis longtemps. On pense notamment à Volkswagen, PSA, GM, Honda, Toyota ou BMW qui sont implantés dans l’Empire du milieu depuis deux ou trois décennies et qui ont désormais les moyens de travailler de manière quasi autonome sur place.

Pour les autres, cela sera un peu plus difficile mais il y aura moyen de tirer son épingle du jeu mais pour ceux qui regardaient encore de loin la Chine, cela risque de devenir problématique voir impossible si l’état ne se montre pas un peu flexible et compréhensif et surtout il faudra se passer des millions de yuans pour construire des usines, ce qui n’est pas une mince affaire. Il fallait anticiper la situation car nous en parlons depuis l’été dernier et surement depuis un peu plus longtemps dans les milieux autorisés.

La publication de ce décret hier est faite pour favoriser les constructeurs nationaux explique la NDRC et elle a force de loi dès ce dernier jour du mois de janvier 2012. Reste qu’avec ce décret le gouvernement chinois veut aussi mieux gérer le marché automobile national tenu à 70% par les marques étrangères et tenter de repositionner tout le monde face à une croissance qui était de seulement 2.5% en 2011 alors qu’elle était de 32% en 2010 et 46% en 2009. Même si l’on s’attend à une augmentation similaire en 2012, certains pointent déjà l’idée d’un marché étal voir même à la baisse en 2013… A suivre.

Via AFP, LaTribune, Frenchbeijingreview.