Dans sa logique d’internationalisation, le groupe PSA a décidé de distinguer Citroën de DS dans ses joint-ventures chinoises, la première étant historiquement menée avec Dongfeng (a.k.a. DPCA) et la seconde plus récente signée avec Changhan (devenant CAPSA). Pour cette nouvelle alliance dans l’Empire du Milieu, un lancement « DS » est attendu chaque année jusqu’en 2016. Si l’an prochain sera réservé à la « DS-X » issue du Concept Wild Rubis, cet automne pourrait bien être celui du dérivé tricorps de la DS4.

DS4 tricorps

Le projet B753 est le nom de code interne de cette future berline. Elle arrive sur un marché chinois friand de malles arrières mais déjà fortement occupé, que ce soit par la concurrence ou par PSA : on ne compte plus les dérivés de C4 et de 308 vendus sur place. L’arrivée de cette DS4 est néanmoins à surveiller : conformément à son statut de marque à part entière, le label DS devrait occuper la calandre à la place des Chevrons ; les optiques pourraient en profiter pour être restylées à la manière du concept Wild Rubis ; et la greffe de la malle serait l’occasion de voir les orientations esthétiques de DS, après les concepts Metropolis et Numéro 9.

La production de la DS4 Tricorps ne se fera pas dans la toute nouvelle usine Wuhan 3 mais sur un autre site de Changan, à Shenzen. La pré-production aurait commencé récemment, si l’on se réfère au cliché ci-dessus. Quant aux tests, ils ont pu être surpris via un prototype paré de mille scotchs mais sur lequel on distingue le prolongement du jonc chromé sur la custode arrière et la conservation de lignes marquées sur le profil de la carrosserie.

Il n’y a que des chances infimes que la DS4 Tricorps (qui sera peut-être nommée DS4-L, ou tout autrement) roule en Europe. En revanche, de son succès et du succès de DS en Chine dépend de beaucoup l’avenir de Citroën. Mais après deux adaptations de C4 en tricorps chevronnées réussies (C-Quatre et C4L), il n’y a pas de raison pour que l’apparence de cette nouvelle venue pose problème. Reste à voir si le marché chinois ne sature pas déjà de ce type de carrosserie, s’il ne réclame pas un format plus long et spacieux… ou s’il saura tout simplement goûter l’arrivée concrète sur ses routes du label « Di-Yishi » (DS, en Mandarin).

Sources : WorldScoop, Zest 7 ;
Illustration de teinte grise due à Tusman de C-Forum ;
Illustration de teinte cuivre due à Diphile de Zest 7.