CNSR

… mais rien au sujet de l’apprentissage de la conduite, du taux d’alcoolémie, de la détection des médicaments et autres produits stupéfiants, de l’utilisation des portables au volant et encore moins au sujet de la sécurité de nos amis motards !
Par contre le fameux Conseil National de la Sécurité Routière par la voix de son délégué interministériel Frédéric Péchenard annonce que le CNSR travaille d’arrache pied sur des sujets et projets destinés à abaisser les nombres des morts et des blessés sur les routes françaises. Pour cela, le Conseil National fait savoir sur des pistes très sérieuses qui visent à atteindre l’objectif annoncé par le ministre de l’Intérieur E.Valls, c’est à dire moins de 2000 tués par an sur la route en France en 2020.

Première piste très sérieuse envisagée par le conseil, la diminution de la vitesse maximale autorisée sur les ex nationales et départementales françaises. La Vmax passerait donc de 90 km/h à 80 km/h. La Vmax autorisée sur les autoroutes resterait à 130 km/h et certains bruits (non confirmés) disent aussi que le CNSR réfléchirait à une baisse de la vitesse en agglomération. Pour justifier sa prise de position le comité s’appuie sur une étude qui montre que l’abaissement de 1% de la vitesse moyenne sur une route permet l’abaissement d’au moins 4% du nombre de tués et de blessés sur les routes (soit 130-150 vies gagnées chaque année).

Reste toutefois le problème du contrôle de cette Vmax notamment en dehors des grands axes car aujourd’hui il n’y a quasiment aucun contrôle sur les routes du réseaux secondaires. Alors quid de l’impact d’une telle mesure sauf à faire tourner les moteurs plus longtemps sur une même trajet !

Seconde piste sur laquelle travaille le CNSR, le fameux LAVIA cher à notre amie Chantal Perrichon. Pour rappel, le Limitateur Automatique adapté à la Vitesse Autorisée. Il est équipé d’un GPS dernière génération, d’une cartographie générale des routes et il a en mémoire (théoriquement) toutes les limitations. Anis paramétré le Lavia adapte automatiquement la vitesse maximale des véhicules au lieu où ils se trouvent. Le système est testé depuis le 2005 mais rien ne valide vraiment son intéret réel en matière de sécurité routière puisqu’on doute de la réalité des mise à jour quotidienne, de la connaissance de toutes les limitations instaurées sur nos routes et on sait qu’il devra être désactivable, donc pas plus intéressant que l’actuel régulateur/limiteur de vitesse que nous connaissons sur nos autos. Par ailleurs on sait tous que ce LAVIA by Perrichon & Got ne prend pas en compte les modifications du climat comme la pluie, la neige ou le brouillard ou l’état du trafic routier.
Par ailleurs ce système a un coût qui devrait être répercuté sur le prix de vente des autos, les constructeurs qui ne sont pas français (qui ne veulent pas du système) n’auront aucune obligation ou contrainte pour monter le LAVIA alors que l’état pourrait l’imposer à Renault et PSA. Dans ce dernier cas, les constructeurs hexagonaux seraient pénalisés et dans la conjoncture actuelle, je doute qu’ils soient très réceptif à ce système quasi déresponsabilisant, cher, inutile. Sur ce coup, comme sur d’autres C.Perrichon ferait bien d’oublier son affaire pour se consacrer à d’autres activités comme le crochet ou la fabrication de macarons à la confiture !

Ces premiers avis seront présentés à nos dirigeants (!!) dans les prochaines semaines pour faire avancer le sujet de la Sécurité Routière avant une prochaine réunion du CNSR qui se teindra fin juin 2013. C’est après cette ultime réunion sur la sujet que nous saurons de quoi notre avenir sur les routes sera fait !

Via CNSR, LeFigaro.