Quelques mots sur la « nouvelle » Daihatsu européenne, la Charade ( modèle et appellation oh combien emblématique pour le plus ancien des constructeurs japonais ). Je ne vous referais pas la présentation détaillée de cette auto que nous avons découvert au printemps dernier lors du salon de Genève qui n’est rien d’autre qu’une Yaris rebadgée et sera toujours fabriquée en France dans le Nord.

La Charade arrive en concession au moment où Toyota met en place le pré-lancement de la Yaris III via une newsletter et un teaser accessible sur le site Toyota.fr. Pour cette Daihatsu la vie pourrait bien être un peu rude durant les 18 prochains mois avant le retrait du constructeur japonais du marché européen sauf si elle avance un prix hyper concurrentiel face aux anciennes ou aux autos « low cost ». Effectivement, il faudra un prix car la Charade arrive sur le marché uniquement  en 1.33 L VVT-I  ( 100 ch, 132 Nm, 175 km/h, 5.1 L/100 km et 125 g de CO2/km ).

 

Pas encore de tarification française définitive mais si l’on se réfère à ce qui est annoncé au Benelux et en Allemagne, la Daihatsu Charade devrait être proposée 2000-2500€ moins cher que l’actuelle Yaris équivalente. Pas une mauvaise opération financière, pas une mauvaise auto mais hélas une marque qui n’a jamais de visibilité commerciale en France bien que sa gamme de mini voitures mérite attention. Les amateurs de  petites autos citadines peu polluantes regretteront l’absence de volonté de perdurer et surtout la non venue en Europe de la très sympa Daihatsu E:S …

 

Pas sur enfin que cette Charade fasse la carrière d’une 206+ ou d’une Clio Campus…..

 

Via Daihatsu.