En 2012, BMW lance une étrange grande berline « coupée » pour concurrencer les CLS et A7 sportback, la série 6 gran coupé. Avec l’arrivée de la Série 3 en 2011, la marque bavaroise décline sa « 3 » sous toutes les coutures. De la version berline à la version Touring en passant par la version Grand Turismo. Elle continue encore aujourd’hui avec la Gran Coupé.

En début d’année, la série 4 est arrivée sur nos routes.  Aujourd’hui BMW présente la Série 4 Gran coupé dans le pays basque. ( Je crois que je vous ai déjà perdu avec toutes ces déclinaisons). La marque allemande a choisi de l’appeler « 4 » et non « 3 » car elle se rapproche plus du coupé que de la berline.

Capture1

  Avec toutes ces gammes, le client est sûr de  trouver sa bonne série 3.  De devant, la ligne 4 Gran coupé est exactement la même que celle du coupé. C’est en regardant de profil, que les portes arrière apparaissent. La 4 Gran coupé reprend le principe de sa grande sœur la Série 6 Gran coupé. C’est-à-dire mi coupé mi berline soit plus sportive avec un design athlétique et une position de conduite abaissée donc tout le contraire de la Gran Turismo qui est plus axée sur le confort et l’ habilité avec une position de conduite semi-haute. Vous allez me dire que vous ne voyez toujours pas l’intérêt de cette auto ?

Capture2

Je continue. Avec une longueur de 4,63 m une largeur de 1,82 m et un empattement de 2,81 m elle est exactement identique au coupé alors qu’elle dispose de 2 portes en plus. Pas mal, non ? A titre d’information,  c’est 14 mm de moins en largeur et longueur qu’une série 3 berline. Le coffre est, quant à lui, de 480 litres, donc identique à celui de la berline et dispose de 35 litres de plus que le coupé.

Capture3

Mais l’atout de cette voiture, c’est son accessibilité au coffre grâce à son hayon électrique de série. Vous devez déjà vous dire :«  les places arrières sont sacrifiées ». Perdu ! Les sièges sont descendus plus près du sol. Avec mon 1 mètre 84, je ne touche pas le toit; j’ai vraiment été agréablement surpris.

IMG_9173

Mais attention! Sur la carte grise, il est noté que cette Allemande est une 5 places alors qu’elle n’est en fait qu’une 4+1, la place du milieu étant sacrifiée. Si vous avez  deux grands ados à la maison, vous pourrez essayer de les sortir sans aucun souci.La banquette est rabattable en 60/40 de série ou en 40/20/40 en option. Madame  pourra transporter des tringles à rideaux sans aucun souci. Vous l’aurez compris, ce mi coupé mi berline reprend les qualités des deux et sans ajouter leurs défauts.

Passons à la partie qui nous intéresse le plus dans une BMW, à savoir son moteur. La 4 Gran coupé est disponible avec 6 motorisations différentes. Deux moteurs essence : le 428i de 245 chevaux en boîte manuelle ou automatique (avec les 4 roues motrices) et le gros moteur de la 435i disposant de 306 chevaux; précisons que cette dernière est disponible aussi en automatique. Ce dernier mode dispose d’une boîte à 8 rapports que je trouve excellente. Elle permet de réduire la consommation ainsi que le niveau sonore tout en offrant sportivité et dynamisme. Elle est loin d’être monotone. Pour la partie diesel, le gran coupé dispose du moteur à entrée de gamme 418 d de 143 chevaux, disponible qu’en manuel, 420 d de 184 chevaux disponible en manuel et Xdrive. Et enfin le 6 cylindres de la 430 d de 258 chevaux. Le summum étant le 435 d allant jusqu’à313 chevaux. A noter : le malus maximal est de 2.200 € (435 i) et  le malus du diesel (435d) ne monte qu’à 900 €. Les moteurs sont à la norme EU6. A titre de comparaison, l’Audi A5 sportback avec un  moteur de 245 ch rejette 152 g/km et a un malus de 900 € alors que la  430 d ne rejette que 134 g/km et un malus de 150€.

Capture4

  Les gros des ventes pour la France seront bien évidemment les 420 d et 430 d en terme de puissance et pour le meilleur rapport qualité/prix. On retrouve aujourd’hui sur beaucoup de voitures  des sélecteurs de mode de conduite qui permettent d’adapter l’auto selon vos envies de conduite. Le sélecteur de mode de conduite permet de choisir entre le mode Confort, qui présente les réglages standards du moteur et de la boîte de vitesses, le mode ECO PRO, axé sur l’efficience, et le mode Sport, qui permet une conduite encore plus dynamique. Le mode sport +,  quant à lui, désactive partiellement l’ESP. Le mode ECO PRO adapte de manière intelligente les lois de l’accélérateur et de la boîte de vitesses ainsi que la stratégie de chauffage et de climatisation afin de minimiser la consommation. Il faut avouer que ces différents modes de conduites changent vraiment le comportement de la voiture.

La Gran coupé peut aussi disposer (en option) du  BMW EFFICIENT DYNAMICS.  Elle reprend le même principe que  la technologie de Mercedes. La voiture peut lire certains panneaux , affiche les limitations de vitesses, et, donc en mode éco, peut anticiper la décélération à l’approche d’une limitation de vitesse. Elle peut aussi activer un mode roue libre. J’ai vraiment apprécié ce système. On peut aujourd’hui rouler tranquillement et s’il nous arrive de manquer un panneau, la voiture saura vous le rappeler. Bien entendu, la Série 4 peut disposer (et oui encore en option) du BMW CONNECTED DRIVE. Un vrai système d’affiche tête haute avec les panneaux affichés, le GPS avec trafic live, Bluetooth , et le mode SOS en cas d’accident. Pour les Geeks,  il est possible d’avoir avec le GPS un disque dur de 20 GO. Un autre atout de la Gran coupé, les feux  Xénon et directionnels de série. Disponibles dès la finition M Sport ou en option, les feux et projecteurs 100% à LED  (full led) et anti-éblouissement (  feux de route permanents) sont très innovants. Pour les plus exigeants, BMW met à disposition le service BMW INDIVIDUAL qui permet de personnaliser sa voiture. BMW propose 5 finitions  sur cette Gran coupé :  Lounge, Modern, Sport, Luxury et M Sport.

Bref,  tout ça  c’est bien c’est du virtuel mais en vrai elle est comment cette BMW ?

Nous avons pu essayer la 420d M Sport : lorsque qu’on la regarde de face, elle est identique au coupé. Le toit est 12 mn plus haut que celui du coupé.

Un détail que j’adore c’est l’absence de montant sur les portes : élégance et sportivité ! Le Pan Hofmeinster est mis en valeur grâce à une épaisse barre qui permet de dynamiser l’ensemble. Le coffre avec le hayon est une excellente idée… Sauf pour les grands. En effet, du haut de mon 1.83 mètre, je suis obligé de légèrement me pencher afin de ne pas me taper la tête dans le hayon. Un petit détail visuel m’a déçu :  les pots d’échappements, ils sont identiques sur la 418d comme sur les 435i.  J’aurais préféré des pots au look plus sport sur cette dernière.

Vie à bord : La BMW Serie 4 reprend la planche de bord habituelle. Les utilisateurs de BMW ne seront pas perdus.   Ce plastique de la planche de bord ne me paraît pas à la hauteur des attentes (l’alcantara aurait été bienvenu malgré un prix plus élevé). L’intérieur de notre M Sport  est d’une ambiance sportive. J’aime bien les rappels de bleu sur la planche de bord. Un point de plus pour avoir pensé à  un emplacement pour le smartphone dans la boîte de rangement central.

Les sièges ne sont pas électriques ( en option) sur cette version. Les places arrières étant rabaissées, les grands gabarits comme moi ne toucheront pas le plafond. BMW n’a pas adopté de GPS tactile;  point positif pour éviter les traces de doigts, mais lorsque l’on rentre en ville via le idrive, on perd du temps.Si Madame  emprunte la voiture pour aller faire des courses, elle appréciera le système Smart Opener.

IMG_9169

Il suffit de passer le pied sous le coffre et ce dernier s’ouvre. Bien entendu le système Top view est vraiment agréable. Grâce aux multitudes de caméras placées sur la voiture,  plus besoin de stresser lors des manœuvres. D’ailleurs je n’ai pas vraiment trouvé d’angle mort sur cette série 4. Certains apprécieront de  retrouver un frein à main à levier sur cette dernière Série 4, d’autres comme moi préfèreraient un électrique.IMG_9197

A son volant : BMW plaisir de conduite même en version diesel ?

Lorsque l’on se retrouve à son volant, la position de conduite est basse, ce qui est plutôt un plus et rappelle qu’on est à bord d’un coupé.  L’intérêt des sièges en Alcantara permet d’avoir un excellent maintient et de ne pas glisser contrairement au cuir. En mode confort, la voiture est confortable mais à mon goût un poil trop ferme ( ceci dit vous n’aviez qu’à choisir une Gran Turismo). En mode sport, on s’amuse et l’on retrouve les sensations du coupé. Le châssis est équilibré mais dès qu’on augmente la cadence, il engendre quelques rebonds;  la direction demeure précise. Les 184 chevaux suffisent pour un usage quotidien. En ville, la voiture fait preuve de  douceur; sur autoroute, l’insonorisation est correcte.  La boite de vitesse est parfaite, rapide, efficace et réactive.

Nous avons pu essayer quelques minutes le moteur 435 i, plus rien à voir avec le diesel précédent.Fort de 306 chevaux, les puristes de la marque seront ravis. La sonorité est sympa et la voiture ne demande qu’à jouer. A 50 km/H, on évolue en 6 ème à 1500 Tr/mn.   Cette voiture vous permet  de rouler dans un confort appréciable, de vous amuser sur les routes à virages ou encore doubler deux camions sur une nationale sans mettre en danger votre petite famille.

Je suis intéressé mais combien cela coûte-t-il ?

Le modèle d’entrée de gamme la 418D Lounge de 143 chevaux s’affiche à partir de 37.700€. Le moteur le plus intéressant pour la France reste le 184 chevaux de la 420 d disponible à partir de 40.700€. La finition la plus chère,,  la 435 d en M Sport de 313 chevaux se vend  à 62.900€. Ces prix restent « raisonnables » ; sa concurrente la plus proche, l’A5 sportback pratique les mêmes prix.

Au final, cette Série 4 Gran Coupé est une excellente alternative à l’Audi A5 SportBack. Il s’agit d’une voiture agréable à conduire, sympa de design, mais qui ne possède que 4 places + 1 ( fausse 5 places). Elle reprend les atouts de la série 3 berline et de la série 4 coupé. Reste à faire comprendre au public pourquoi autant de déclinaisons de la série 3.

Remerciements à Patrick Lucas de BMW France et à Charles Richer de l’agence Isobar pour l’invitation à l’essai.

Photos : Flavien Jaouen pour Blogautomobile.fr