Pas de répit pour la nouvelle Clio ! Révélée au mondial 2012 et déjà déclinée en version break Estate, la muse de Renault est à nouveau à l’essai, tout juste sortie d’un bain de sorcellerie infligée par les ingénieurs passionnés de chez Renault Sport.

CLIO ESTATE RS 149

 

Avec cette nouvelle déclinaison sportive il existe désormais une Clio pour presque tout le monde et elle se plie à la plupart des usages. Cette nouvelle version marque un changement important avec un moteur turbo 1.6L et une boite à double embrayage. Est-elle toujours la bombinette « GTI » qui faisait tourner les têtes et chavirer les coeurs ?

 

Une Clio séduisante ?

110

 

 

Première surprise, aéroport de Grenade-Espagne. Une flottille rutilante de Clio RS attend l’arrivée d’essayeurs prêts à faire vrombir les 200 cheveaux de l’engin. Dans sa robe Rouge Flamme – la même que celle du break Estate essayé la semaine dernière, la nouvelle Clio RS déçoit par une plastique trop discrète. Rare point positif, les leds décriés sur la version standard ont migré dans la partie basse du pare chocs, au niveau des anti-brouillard. La lame F1 déjà vue sur l’opus précédent et sur les Twingo et Mégane made in Dieppe est bien là, mais elle peine à faire de l’effet tant la Clio « basique » est déjà exubérante. Pas d’ailes élargies malgré des voies plus importantes, pas de grille de calandre hypertrophiée non plus. La partie arrière est plus conforme au logo RS avec un joli becquet et un imposant diffuseur qui intègre deux belles sorties d’échappement. De profil, hormis la taille imposante des jantes ( 17 ou 18 pouces) et le bandeau-vague de bas de caisse couleur carrosserie, rien ne différencie la nouvelle Clio RS du reste de la gamme. Pas même le nombre d’ouvrants. C’est une première, cette Clio de sport est une 5 portes !

A l’intérieur le changement est également timoré. Le volant, les sièges ou le pédalier spécifiques peinent à démarquer cette version exclusive d’une Clio standard qui là aussi en met déjà plein la vue !

Alors, séduit ? Pour ma part, non. Le plaisir des yeux n’y est pas. Au niveau inférieur, la Twingo RS bénéficie de plus d’éléments distinctifs exclusifs. Extérieurement, la nouvelle Clio Dieppoise apparaît comme une sportive  » de crise ».

-Note statique : 4/10.

 

CLIO ESTATE RS 119

 

Une Clio pour jouer ?

 

Timide en apparence, et à priori moins radicale avec un moteur 1.6L turbo exclusivement associé à une transmission à double embrayage, comment se comporte cette RS sur circuit? Verdict à Guadix avec un changement de bolide. Arrivés en chassis sport au circuit, les équipes d’essayeurs embarquent dans une flotte de Clio RS Jaune Sirius châssis Cup aux jantes 18 pouces et étriers de freins rouges.

Dès le tour de chauffe, je prends pleinement conscience de mon manque d’expérience en pilotage. La safety car est encore devant moi mais je sais déjà que je n’aurai ni l’audace et encore moins le savoir faire de mes confrères blogueurs pour apprécier pleinement les 200 cheveaux que délivre le petit moteur à injection directe. Leurs impressions de conduite me seront très précieuses pour évaluer avec honnêteté les capacités de la voiture en usage ultra sportif.

On quitte enfin le paddock. Cette fois la voie est libre, la safety car n’est plus de la course. Démarrage spectaculaire. Le Launch Control assure le show ! La Clio RS tressaute sur elle même,  fait hurler et fumer ses pneus jusqu’au top départ qui la fait bondir violemment sur la piste dans un râle mécanique impressionnant. Finie la discrétion, la Clio RS 200 EDC offre son lot de sensations aux pilotes les plus aguerris. Si les grandes palettes au volant nécessitent un maniement franc et puissant, elles autorisent des changements de rapports en seulement 150 millisecondes. La boîte EDC ( Efficient Double Clutch) à double embrayage assure confort, rapidité, et même plaisir si on arrive à changer de rapport avant qu’un signal sonore des plus strident ne vienne vous rappeler à votre devoir. Plus classique, le levier au plancher permet de monter ou descendre les vitesses presque « à l’ancienne ». Le « set up » que la voiture a subi pour devenir une RS a permis d’optimiser tous ses paramètres dynamiques pour coller aux exigences d’un usage sportif. Les petits et grands réglages mitonnés par les ingénieurs de Renault Sport pimentent et affinent le châssis, les suspensions et la boîte de vitesse.

Depuis que la voie est libre sans l’ouverture de bal de la safety car, l’essai a réellement commencé. Le compteur digital ( bof) dépasse les 170 km/h, les virages s ‘enchaînent avec vitesse et précipitation. Le grip est excellent. En dépit d’une direction à assistance électrique, la Clio RS tourne avec une grande précision, sur-virage ou sous-virage étant plus des erreurs de pilotage que des défaillances de l’auto.

N’en déplaise aux plus grincheux des puristes, les évolutions du modèle vers plus de confort et d’assistance à la conduite n’empêchent pas les pilotes expérimentés d’attaquer l’asphalte et de flirter avec les vibreurs ou les bacs à gravier. L’ennui n’a pas sa place. Les tours qui s’enchaînent permettent de gagner en assurance et donc en vitesse. Le RS Drive propose de varier les perceptions de conduite à travers trois modes ( Normal, Sport et Race) qui agissent sur la cartographie boîte et moteur, ou la sensibilité de l’ESP et de la pédale d’accélérateur. En mode Race sur circuit, l’ESP est déconnecté, le bruit du moteur est plus présent dans l’habitacle et le châssis révèle toutes ses qualités avec, notamment, un train arrière plus joueur. Par rapport au châssis sport, la direction est, ici, plus incisive.

-Note dynamique : 8/10 . La nouvelle Clio RS 200 EDC pourra paraître aseptisée à certains puristes mais elle n’a peur de rien. Développeur de  produits pourdifférents programmes sportifs ( endurance, Formule 1 ou tourisme) , Renault Sport n’est pas un nouveau venu et son savoir faire est bien réel !

 

Une Clio pour tous les jours ?

CLIO ESTATE RS 010

 

Avec son enveloppe à cinq portes presque « passe-partout », Renault peut prétendre banaliser l’usage de ce bolide RS aux simples amateurs de belles voitures et ne plus le restreindre aux pilotes les plus exigeants. Avec une consommation moyenne autour des 9L/1OO, la nouvelle Clio RS 200 EDC est une offre intéressante pour qui aime la distinction de la griffe RS sans avoir à vider son porte monnaie à chaque escapade. Grâce au turbo le malus n’est plus que de 300€ contre 1300 auparavant. Le prix élevé de 25 000€  pour une « petite » auto se justifie si l’on considère la double offre de la Clio RS 200 : une vraie voiture très facile à conduire au quotidien et une vraie sportive aux qualités dynamiques impressionnantes. Par rapport à la puissance développée, le bruit du moteur est discret ( voire quelconque …) et les longs trajets autoroutiers s’envisagent avec sérénité, tous comme les petits trajets urbains où la maniabilité de la Clio reste appréciable. Comme sur le reste de la gamme, le R-Link propose l’application R-Sound pour faire passer votre Clio pour une Nissan GT-R, une Reinastella 8 cylindres des années 30 ou une … soucoupe volante ! Ludique sur un break alimenté au diesel, cette fonction est ici de très mauvais goût; franchement, quel possesseur d’une RS a envie de travestir la sonorité de sa mécanique ?

Affichée à 24 990€, la nouvelle Clio RS assure l’essentiel niveau équipement ( GPS, radar de recul, démarrage sans clé, régulateur-limitateur de vitesse ..) et fait payer cher certains raffinements comme la sellerie cuir. L’option coûte 1000€ et ne couvre que les sièges. Rien sur les contre-portes, encore moins sur la planche de bord, qui en avaient pourtant besoin, vue la qualité des plastiques.

Hormis ses grandes qualités routières en conditions extrêmes, ses performances et son haut niveau de sécurité, la Clio RS 200 n’oublie rien des qualités intrinsèques de l’ADN Clio. Qui peut le plus, peut le moins, cette nouvelle petite RS ratisse donc très large !

-Polyvalence : 8/10.

 

CLIO ESTATE RS 154

 

Une Clio pour … passionné uniquement !

Passée la déception de sa ligne timide et trop proche du modèle standard, la nouvelle Clio RS 200 EDC est quand même une voiture intéressante. Le très bon ( sportivité réelle et efficace, sécurité) côtoie le moins réussi ( qualité de fabrication moyenne, style trop discret) pour un produit exclusif et onéreux que seuls des passionnés amateurs de chronos et de tours de piste pourront assumer. Bien sûr, pas de hat trick pour moi sur le circuit de Guadix. Mon inexpérience et mon goût très mesuré pour la conduite extrême ne pouvaient m’assurer une victoire pas plus qu’un gros coup de coeur sur cet essai. Forfait total, la Clio RS 200 EDC est trop forte pour moi ! Reste que je suis le client idéal pour la future Clio GT : un style sportif ( un peu),  des performances ( pas trop) et un prix plus serré que la RS. Quand je vous disais qu’il y avait une Clio pour tout le monde …

 

 

CLIO ESTATE RS 148

 

 

CLIO ESTATE RS 140

 

Photos : Philippe Kerleroux / Illustrations techniques : Renault média.