cityscootCa me démangeait depuis quelques temps et hier j’ai enfin pu le faire : essayer le service CityScoot, lancé récemment à Paris. Très intéressé par les alternatives à la « possession » pour la mobilité urbaine, CityScoot est un service de location libre service de scooters électriques avec la particularité suivant e: ils ne sont pas stationnés dans des emplacements dédiés comme c’est le cas avec Autolib. On trouve donc les CityScoots éparpillés partout dans Paris.

Pour commencer il faut s’inscrire sur le site de CityScoot , créer un compte qui sera ensuite activé peu après.

On installe l’application sur son smartphone, s’y connecte et hop voici la carte de la zone d’utilisation de CityScoot (pas encore tout Paris comme vous le verrez) et les emplacements des scooters :

cityscoot-gonzague-1

Actuellement il y a 150 scooters dans Paris et Cityscoot en prévoit 1000 d’ici 2017 (!!). Motorisés en 50cc, ils sont bridés à 45km/h et sont accessibles à toute personne majeure avec les conditions suivantes :

  • Si vous êtes né(e) avant le 31 décembre 1987 : vous n’avez besoin d’aucun permis spécifique.
  • Si vous êtes né(e) après le 1er janvier 1988  : vous devez être titulaire d’un permis de conduire français ou délivré dans l’Union Européenne de type A, A1, A2, B ou BSR (permis AM), en cours de validité.

Le service est disponible de 7h à 23h (le reste du temps semble utilisé pour la maintenance des scooters et la charge de leurs batteries).

Pour réserver votre scooter il n’y a qu’à le choisir dans l’application puis valider. On obtient ensuite l’écran suivant :

cityscoot-gonzague-2

On a donc la position du scooter et son adresse (ils sont tous équipés de GPS) ainsi qu’un code à 4 chiffres permettant de le déverrouiller, l’autonomie restante de la batterie. Quand une réservation est placée, l’utilisateur a 10 minutes pour aller prendre le scooter.

Je suis donc allé chercher mon scooter :

cityscoot-gonzague-3

On tape son code sur le clavier :

cityscoot-gonzague-7

Une fois le bon code entré, le coffre se déverrouille ce qui donne accès à un casque stocké avec des charlottes pour éviter d’attraper les poux de l’utilisateur précédent. Le casque est à taille ajustable :

cityscoot-gonzague-6

On referme son coffre, on démarre le scooter avec le bouton « On » et là évidemment n’entend pas un bruit ce qui peut amener à faire des erreurs : en actionnant doucement l’accélérateur on peut commencer à faire avancer le scooter sans se faire peur.

En termes de performances, le scooter est assez rapide sans être une bombe : c’est un peu bridé sur l’accélération, donc ne vous attendez pas aux performances d’une Autolib ou du scooter électrique BMW.

Une fois la location finie, on remet le casque dans le coffre, on braque le guidon à gauche, on éteint l’alimentation, appuie sur « FIN » et hop .. le scooter se verrouille. Ce n’est pas toujours très clair donc l’idéal c’est de vérifier dans l’application que la location est terminée (ou non) :

cityscoot-gonzague-8

L’application permet de terminer sa location.. ce qui est bien pratique.

Question ergonomie, rien de surprenant sur ce scooter :tout tombe bien sous la main même si le bouton des clignotants n’est pas hyper pratique. L’engin est maniable et agréable. Ca me ferait presque abandonner mon vélo.

Côté cout : en libre service et sans acheter de minutes (système d’achat de minutes d’utilisation par avance), c’est 28 centimes / minute. En effectuant 2 trajets de 14 minutes, mon compte indique que je suis redevable de 4.2 euros.

A voir si c’est plus rentable que de posséder un scooter si quelqu’un est motivé pour nous faire le calcul 🙂