Alors que j’avais découvert avec bonheur la nouvelle génération de Volvo avec une V90 jusqu’aux Pays-Bas, j’attendais avec impatience mes prochains tours de roues à bord d’un modèle de la gamme. La V60 arrivée récemment sur le marché se présentait alors comme une évidence…

Côté look, extérieur ou intérieur d’ailleurs, point de surprise. On retrouve ici la même recette avec une échelle un peu plus réduite. Certains d’entre vous n’aime pas, chacun ses goûts, mais pour moi c’est une totale réussite. A la fois jolie et classe, elle s’inscrit parfaitement dans le panorama actuel, avec tout de même sa propre personnalité. On apprécie toujours le joli regard, ou encore son allure sportive tout en conservant les gênes du constructeur.

En choisissant une Volvo, l’acheteur se voit offrir une véritable expérience conducteur. Le niveau de finition est irréprochable, avec un travail sur le dessin de la planche de bord très séduisant. Le tout nettement sublimé si vous optez pour un habitacle clair comme celui-ci. Et puis, il n’y a pas que le style qui est au rendez-vous, l’ergonomie est irréprochable ; et malgré l’attirail de technologie, l’écran centrale 9 pouces aussi bien conçu qu’une tablette se prend toujours aussi facilement en main. Dommage juste, que le combiné d’instrumentation 100 % numérique, joue un peu trop dans le classique.

Au volant c’est presque un sans-faute. Sans aucun doute elle est très confortable et se montre idéale que ce soit pour des longs trajets ou en ville, du moment que vous avez appréhendé sa longueur de tout de même 4m76. Mais j’ai surtout été très heureux de retrouver le côté très dynamique que j’avais aimé sur la grande sœur. Je suis véritablement bluffé lorsque j’ai entre les mains une direction précise, offrant une remontée d’information irréprochable. La Volvo V60 montre rapidement cette qualité avec brio, et on savoure l’enchaînement des virages qui déroulent sous nos roues. Son châssis est très sain et les suspensions pilotées (900 €), qui sont onctueuses en conditions normales, permettent de virer à plat en haussant le rythme. Franchement, le plaisir que l’on peut prendre avec ce genre d’auto est tellement surprenant.

D’autant que derrière le volant avec des sièges aussi confortables et enveloppants, une sono Bowers & Wilkins (3300€) incroyable masquant les claquements du diesel et une agréable prise en main on ne voudrait pas que le trajet s’arrête. Les passagers sont aussi très bien servis, rassurez-vous. Il y a évidemment moins de place que dans le V90 mais ça reste bien suffisant pour trimballer une petite famille. D’autant que grâce à cette nouvelle plateforme, faisant gagner plus de 10 cm à l’auto, le coffre devient aujourd’hui intéressant avec un volume de 529 litres.

Sinon, la boîte Geartronic 8 est excellente dans de nombreuses situations et surtout très douce. Un bon point à nouveau pour votre confort au quotidien.  Mais il faut reconnaître qu’elle parait parfois un peu perdue, ne sachant pas quel rapport choisir. Cela entraîne une perte de relance et le kick down, lent à réagir, ne nous permet pas lui non plus d’activer la cavalerie lorsque nécessaire. Dommage, car cette cavalerie justement, peut faire des merveilles. Avec ce bloc diesel de 190 ch et 1739 kg, on obtient un honorable 0 à 100 km/h en seulement 7,9 secondes. De quoi bénéficier de belles accélérations mais surtout de très bonnes relances, merci au gros couple de 400 Nm. On se retrouve alors aux commandes d’un break très élégant, mais surtout très agile. Avec cette version dépourvue des quatre roues motrices (équipement à 2340 € supplémentaires), on conserve une belle dose de sécurité tout en obtenant une voiture un peu plus joueuse. En plus, vous y gagnez en consommation avec au moins 1 à 2 litres d’économisés avec une moyenne de 6 à 7 l/100 relevée sur notre périple aux routes variées. Sans oublier le malus qui s’établit à 60 € au lieu de 253 €. Une goutte d’eau il est vrai pour un modèle débutant à 37 500 € en D3 et 45 300 € en D4 et qui peut monter comme ici à 67 470 € après quelques options. En vrac : peinture métallisée à 1000 €, intérieur cuir à 2010 € ou caméra 360° à 570 €.

Complétement adaptée aux gros rouleurs, cette Volvo V60 vous suivra sans mal dans vos longs trajets de cadre dynamique ou les fastidieux départs en vacances. Le tout dans le calme, le confort, mais, et c’est bien là l’essentiel, en vous procurant tout le plaisir de conduire que vous pouvez rechercher dans une auto quand vous aurez envie de la titiller un peu. Grâce à son dynamisme exemplaire et toutes les qualités que j’ai cité plus haut, votre future voiture est bonne à tout faire, tout en vous démarquant.

Crédit photos : Thomas D. (Fast Auto)