L’an dernier, entre deux gros SUV chers et boursouflés, la Mini Countryman hybride rechargeable a été la seconde meilleure vente du genre dans notre pays. Et si c’était elle la meilleure auto du monde ? 

La meilleure auto du monde, rien que ça ? Vas-y, fais-nous rêver ! 

Bah oui. Avant tout, c’est une Mini. Ca veut dire que pour ceux qui sont sensible à cet univers, eh bien, on a tout le charme d’une Mini. Le look, pour commencer, avec ces formes, certes boursouflées par rapport à la Mini originelle (et j’en parle d’autant plus librement que je fus l’heureux propriétaire d’une Mini Chic de 1999, vert anglais, cuir beige, tableau de bord en bois, jantes à trous façon Jaguar XJ). Bref, tout cela pour dire que l’on s’installe dans cette Mini et que si l’on est un peu sensible à l’ambiance et à la chose automobile, on ne peut que kiffer. 

Et la seconde meilleure vente, donc ?

Yes. Avec 1332 exemplaires vendus (soit une hausse de 119 % par rapport à l’année précédente), elle se place en seconde position, entre le Volvo XC60 T8 et le Mistubishi Outlander PHEV, deux autos déjà essayées pour vous sur le blog. 

Sur le plan technique ?

En réalité, c’est vraiment la même chose que le BMW 225 xe Active Tourer, avec laquelle notre Mini partage la base technique. Du coup, on retrouve le 3 cylindres 1.5 qui développe 136 ch, accouplé à un moteur électrique de 88 chevaux. Mini annonce une autonomie en électrique de 42 km et un moteur thermique qui peut se couper en dessous de 125 km/h. 

Et côté efficience ?

Bah c’est pas mal du tout ! Avec les batteries pleines, on arrive, sur les 42 km d’autonomie annoncés, à une vraie grosse trentaine de kilomètres sans bruler une seule goutte de carburant, ce qui est assez remarquable. Ce qui est aussi remarquable, c’est tout le système électronique qui gère l’ensemble. En réalité, c’est assez transparent, sauf à user des boutons « save » ou « e-Drive » qui permet au choix de sauvegarder l’énergie des batteries ou de l’utiliser en priorité. 

Et qu’est-ce qui fait que ce n’est pas la meilleure auto du monde ?

Tout simplement l’autonomie. Une fois les batteries vides, on se retrouve dans la vraie vie avec une consommation qui frise les 8,5 l/100, ce qui peut se concevoir au vu du poids (plus de 1700 kilos) de l’auto. Sauf qu’avec le réservoir de 36 litres, si on garde un peu de marge, on se retrouve à faire le plein tous les 300 kilomètres quand on part faire un grand trajet. Et ça, ce n’est pas très cool… 

Alors, ses qualités ?

Silence. Autonomie. Vivacité. Look extérieur et intérieur avec un sens du détail que peu de concurrentes sont en mesure de procurer, et puis pas mal d’espace intérieur, aussi… Bon, évidemment, les chiffres officiels de consommation, Mini annonce 2,1 l/100 en conso mixte, mais ça va dépendre de votre usage. La semaine, j’ai pu recharger au bureau et comme je suis à exactement 14 km de distance, j’ai sauvé la planète en ne consommant pas une goutte d’essence. Pour le week-end, par contre, comme déjà mentionné, j’ai fait 8,5 l/100 (certes avec beaucoup de route, et en mode pressé – mais prudent !). Du coup, les 49 grammes de CO2 rejetés, on oublie. Par contre, ce qui marque, c’est le 0 à 100 couvert en 6,8 secondes et la vitesse de pointe de 198 km/h, suffisante dans le contexte actuel. En réalité, cette Mini est vraiment vive, en toutes circonstances. Et puis j’aime bien le son du petit trois cylindres. 

Et ses défauts ?

Ils ne sont pas nombreux, mais ils peuvent être rédhibitoires pour certains : d’abord, on note quelques à-coups dans la transmission à basse vitesse, alors que ces autos sont censées vous placer dans un environnement d’une zénitude absolue. Là, on n’en est pas loin, mais ce n’est pas tout à fait ça. Ensuite, quand on utilise la face B de cette Countryman, c’est à dire une grande routière avec ses 224 chevaux, on se rend compte que si ses aptitudes à dévaler de la centaine de kilomètres sur autoroute sont réelles, le petit réservoir de 36 litres oblige à faire le plein vraiment trop souvent. Et cela lui coûte le prix de la voiture idéale car quand on part en voyage, faire le plein tous les 300 km, c’est pénible ! Côté prix, on est à partir de 39800 €… 

Photos : Gabriel Lecouvreur