Emmanuel Valls, ministre de l’intérieur, l’a annoncé hier, il reporte au mois de mars 2013 l’entrée en application des sanctions (amende de 11€) pour absence d’éthylotest obligatoire dans les voitures. Cette mesure devait initialement s’appliquer le 1er novembre prochain mais le ministre reporte la verbalisation à cause des difficultés d’approvisionnement et ce délai doit permettre à l’ensemble des conducteurs de s’équiper dans de bonnes conditions et au juste prix. On se souviendra que cette obligation avait été décidée « pour inciter les usagers à s’auto-tester afin d’être assurés de prendre la route en toute sécurité ». Cette décision fut d’ailleurs une des dernières mesures de sécurité routière décidées sous la présidence Sarkozy. La loi dit que la présence d’un éthylotest chimique ou électronique est obligatoire depuis le 1er juillet 2012 dans tous les véhicules terrestres à moteur à l’exception des cyclomoteurs (<50 cm3 et Vmax : 45 km/h ).

On apprend aussi que le ministre de l’intérieur va proposer au comité interministériel de Sécurité Routière de profiter de ce délai supplémentaire pour faire une juste évaluation de ce dispositif. Même Chantal Perrichon, la présidente de la Ligue contre la violence routière (LCVR), dit que le report au 1er mars est une démarche raisonnable pour tous les malheureux qui cherche à s’équiper de ce gadget inutile et peu fiable. Chantal Perrichon d’ajouter que la pénurie d’appareils a entrainé une flambée des prix inacceptable pour une dispositif destiné à la sécurité de tous. Sachez par ailleurs que la Sécurité Routière préconise d’avoir toujours au moins deux éthylotests chimiques (dont le prix va normalement de 1 à 3 euros, mais a connu des augmentations récemment), au cas où le conducteur en utiliserait un avant de prendre le volant et se ferait contrôler par la police dans la foulée. L’éthylotest bien que plus onéreux est lui aussi autorisé.
Reste un gros problème, celui de l’étalonnage des dits appareils gonflables ou électroniques qui ne pourront pas tous passer entre les mains expertes des services des Poids et Mesures…

Un débat qui n’est pas prêt de s’arrêter notamment autour de l’utilité du procédé et de son coût mais on gardera toutefois à l’esprit que depuis 6 ans l’alcoolémie est en France la première cause de mortalité sur les routes avec près d’un tiers des morts. A suivre et restez sobre en montant en voiture !

Via Sécurité Routière.
Crédit illustration : Merci à Wingz pour le dessin.