Photo de classe saison 2018 !

Il est venu le temps d’ouvrir le rideau 2018 officiellement. Le temps a passé depuis le Grand Prix d’Abou Dabi en novembre 2017 et la victoire de Bottas. Les monoplaces 2018 se sont dévoilées il y a à peine un mois et ont pu se parfaire durant les essais hivernaux de Barcelone. Ce week-end, le grand cirque de la Formule 1 fait donc enfin son retour avec l’ouverture de la saison à Melbourne pour le Grand Prix d’Australie 2018. A quel point Mercedes, qui a été discrète durant les essais hivernaux, a-t-elle caché son jeu ? Pour ceux qui ne seraient pas du matin, retour en détail sur la première manche du championnat.

Les Essais Libres : Le champion du monde en titre annonce la couleur.

Ricciardo peut-il décrocher son premier podium à domicile ?

C’est sous un ciel éclairci et ensoleillé ainsi qu’une chaleur de plomb qu’ont été lancés les EL 1. Autant dire des conditions bien différentes de Barcelone ! Les premières minutes permettent alors aux pilotes de prendre leurs marques sur le circuit, avec le halo. Alors que Grosjean et Vettel sortent les premiers au feu vert, c’est Sirotkin qui signe un premier chrono de référence avant que le reste de la grille ne le suive et améliore. Mercedes et Red Bull ont joué le chrono lors de cette séance avec les gommes ultra tendres tandis que Ferrari était plus sage en travaillant avec le pneu tendre. Globalement, la séance s’est déroulée sans incident, même si McLaren a pu craindre que le cauchemar de Barcelone continue avec un problème d’échappement pour Alonso. C’est au final Hamilton qui s’offre la première place de la séance en signant un 1:24.026, suivi de son coéquipier Bottas, toutefois relégué à 0.551 seconde ! Verstappen boucle le trio de tête à 0.745 seconde.

Les EL 2, où il fait toujours plus chaud, permettent aux écuries d’engranger de précieuses informations bien que de la pluie soit prévue pour le samedi. Les pilotes ont donc pu attaquer, parfois au-delà des limites. C’est ainsi qu’Ocon a fait une exploration dans les graviers, en en conservant forcément plein dans sa monoplace. Au même virage, Bottas a également tiré vers les graviers, non sans être quelque peu gêné par la Ferrari de Raïkkönen ? D’ailleurs, la session a été interrompue quelques minutes par un drapeau rouge pour un élément sur la ligne de départ arrivée. Ce drapeau rouge coûtera 3 places de pénalité au local de l’épreuve, Ricciardo qui n’a pas respecté le temps minimal imposé en cas de drapeau rouge. A la fin de la séance, c’est toujours Hamilton en haut de la feuille en 1:23.931 suivi par la Red Bull de Verstappen à 0.127 seconde et Bottas à 0.228 seconde. A noter la bonne forme de Grosjean ce vendredi qui amène sa Haas en 6e position.

Les EL 3 ne se déroulent pas dans les mêmes conditions que la veille. La pluie prévue est arrivée ! La piste est donc détrempée et aura permis aux pilotes de chausser les pneus pluie, puis les intermédiaires. Toutefois, la piste s’est améliorée au fil que la séance passait, et Sainz vire en tête, avant que Vettel ne décide de sortir en pneus slicks pour la fin de la séance. Il en est de même pour Raïkkönen et Ercisson qui sortent en ultra tendres. C’est donc Vettel qui s’est adjugé le meilleur temps en 1:26.067, suivi de son coéquipier Raïkkönen à 2.432 secondes et Ericsson à 2.823 secondes.

Les Qualifications : Hamilton.

C’est sur une piste sèche que partiront les voitures à la différence du samedi matin pluvieux qu’ils viennent de connaître. C’est d’abord Hülkenberg qui signe un premier temps de référence puisqu’il est le premier à être sorti mais très vite corrigé. Raïkkönen prend alors le commandement de la séance alors que Vettel lui, est un peu plus loin. Hamilton semble en difficultés, avec beaucoup de glisse dans les derniers virages sur un tour lancé. Il échoue dans un premier temps en restant derrière Raïkkönen avant un troisième tour lancé en 1:22.824 qui lui permet alors de prendre la tête de la Q1. Derrière les 3 top teams, la bataille est plus rude, notamment entre les Haas, les McLaren et les Renault qui peuvent être en mesure de jouer la Q3. La Haas arrive à devenir la meilleure des autres confirmant sa bonne forme des essais libres. Au fond, les Sauber ont du mal à décoller, tout comme les Toro Rosso. D’ailleurs Gasly, dans son dernier tour lancé par dans les graviers et termine dernier. Ocon chez Force India, se sauve de justesse. Hamilton finit alors devant Raïkkönen qui est à 0.272 seconde et Vettel à 0.524 seconde.

Pour la Q2, le choix des pneumatiques est primordial pour ceux qui iraient en Q3. Verstappen et Ricciardo, à la différence des autres pilotes, font le choix de signer un chrono en pneus super tendres, pour une stratégie décalée. Si Hamilton s’empare une nouvelle fois de la tête en signant le record de la piste, c’est Vettel qui a le dernier mot cette fois-ci en signant un incroyable 1:21.944 devant Hamilton et Bottas qui sont respectivement à 0.107 et 0.145 seconde.

En Q3, Hamilton sort rapidement et entame son tour lancé. Toutefois celui-ci est vite avorté par un drapeau rouge. Son coéquipier Bottas, mord l’herbe entre le 1er et le 2ème virage et écrase sa voiture contre le mur, sans avoir pu signer de chrono. Lorsque la Q3 est relancée, Hamilton signe un premier chrono tout juste devant Vettel qui était pourtant plus rapide dans les deux premiers secteurs. Les Haas et les Renault sortent ensuite avec un moment un peu chaud dans les stands entre Grosjean et Sainz, qui sont côte à côte. Toutefois, se sont les Haas qui prennent le dessus sur les voitures jaunes, confirmant leur très grande forme et peuvent nourrir de grandes ambitions. Hamilton fait taire toute la concurrence en signant sa 73e pole position 1:21.164 devant Raïkkönen qui est à plus d’une demi seconde ! (0.664 seconde) et de Vettel à 0.674 seconde. La grille prend compte des pénalités de Ricciardo (3 places) et Bottas (5 places) :

La Course : Vettel comme en 2017, à la surprise de tous !

A l’extinction des feux, Hamilton conserve sa première position. Magnussen gagne une place en dépassant Verstappen. Le départ est sage, sans incident. Le premier abandon de la saison est à mettre au crédit de Sirotkin pour un problème avec la pédale de frein, suivi quelques instants après par Ericsson qui rentre au ralenti dans les stands.

Pendant ce temps, Verstappen n’arrive pas à dépasser Magnussen qui est toujours 4ème alors que dans le même temps, Ricciardo a pris le dessus sur Hülkenberg, désormais 7ème. Pire, au 10ème tour, en difficultés avec ses pneus, Verstappen part en tête à queue au 1er virage sans pour autant taper le mur, mais il est relégué en 8ème position. Devant, Hamilton ne prend pas le large, à un peu plus de deux secondes de Raïkkönen, qui lui enchaine les records du tour. Bottas dans le même temps reste dans la galère : il stagne en 13ème position et peine à dépasser les concurrents. Au 15ème tour, Gasly est au ralenti et est contraint de repasser aux stands.

Au 19ème tour, Raïkkönen est le premier des hommes de tête à repasser par les stands, pour tenter l’undercut sur Hamilton, en chaussant les pneus tendres pour aller jusqu’en fin de course. Hamilton est contraint de l’imiter un tour plus tard. Magnussen, qui est alors 4e passe lui aussi par les stands quelques tours plus tard mais est contraint d’abandonner plus loin. Il annonce une casse moteur alors que l’énervement de ses mécaniciens laisserait penser plutôt à une roue mal serrée.

Quelques tours plus tard, Grosjean s’arrête aux stands et abandonne également avec la Haas fumante ! Catastrophe chez l’écurie américaine qui était solidement aux 4e et 5e positions ! Cependant, sur les images, on voit bien que la roue avant gauche n’est pas fixée. La Virtual Safety Car est alors déclenchée, et Vettel en profite pour rentrer aux stands puis ressortir devant Hamilton et Raïkkönen !!!

La voiture de Grosjean n’ayant clairement pas bougée, c’est finalement la voiture de sécurité qui est sortie, avec Vettel leader et en pneus neufs. La voiture de sécurité rentre au 31ème tour et Vettel lance la meute en conservant le leadership devant Hamilton et Raïkkönen, sous la menace de Ricciardo. Alonso est lui 5e au bénéfice de la VSC !

Vettel arrive à contenir Hamilton qui tout en restant dans la zone de DRS, peine à déclencher une manœuvre sur l’Allemand. Énervé, il attaque mais surchauffe sa voiture. Mais il bloque au virage n°9 avec deux roues dans l’herbe et perd pratiquement 2 secondes dans cette aventure. S’il arrive à refaire l’écart, les derniers tours ne peuvent qu’amener vaincu le britannique qui est alors à 5 secondes de Vettel, au point même de laisser Raïkkönen et Ricciardo revenir dans ses rétroviseurs dans le dernier tour !

C’est donc une Ferrari, celle de Vettel qui s’impose dans ce Grand Prix d’Australie comme en 2017 et prend logiquement la tête du championnat. Il inscrit son 100e podium. Il est suivi d’Hamilton et Raïkkönen sur le podium. Rendez-vous dans 15 jours pour le Grand Prix de Bahreïn.