Pour la rentrée de Paris Auto Events, l’Autodrome de Montlhery s’était aujourd’hui mis à l’heure anglaise. Clubs, propriétaires et visiteurs costumés, propriétaires individuels, tous étaient réunis le temps d’une journée pour faire renaître l’esprit “gentleman driver” à travers plusieurs plateaux de roulage confectionnés avec attention. Je vous propose de découvrir cette journée à travers un résumé en photos.

La météo était de la partie pour cette belle journée placée sous le signe de l’Outre-Manche et célébrant trois anniversaires, et non des moindres : les 70 ans de la Jaguar XK120, voiture de série la plus rapide du monde de l’époque, les 40 ans du Club Healey France et enfin les 60 ans du légendaire Taxi Londonien. Avec un peu d’appréhension concernant le plateau sur le chemin de l’aller, je découvre avec plaisir des espaces clubs remplis et des visiteurs au rendez-vous pour cette première édition. Les clubs ont joué le jeu et répondu présents pour continuer à faire revivre et perpétuer la mémoire de ce lieu de légende qu’est l’Autodrome de Linas-Montlhery.

Le club Lotus et le club Sevener étaient tous deux parmi les plus représentés avec plusieurs dizaines de voitures dont certaines très motivées sur la piste. Je retiens une Elise S1 British Racing Green qui a fait sensation par son engagement sur le tracé et ses trajectoires aux petits oignons mais également l’Evora 410 et la Caterham 485 S turquoise (mon petit coup de cœur de la journée). Un plateau fourni et coloré, les “Lot Of Trouble Usually Serious” n’ont décidément pas effrayé les aficionados du Light is Right.

Mais ce sont principalement les anciennes qui étaient à l’honneur, avec parfois de belles bagarres sur la piste comme en témoigne ce superbe duo Austin Healey Sprite / MG Midget qui s’est livré bataille du début à la fin pour la plus grande joie des spectateurs admiratifs d’un indéniable coup de volant.

J’ai toutefois regretté l’absence remarquée de l’Aston Martin Owners Club (AMOC), en dégommage de printemps à la même date. Quelques amateurs ont toutefois fait le déplacement à l’image de ces DB4, DB4 GT ou encore DBS Volante.

God save the car 2018, c’était enfin l’occasion de redécouvrir ou découvrir pour certains quelques curiosités peu répandues dans nos contrées continentales mais typiques d’outre-manche, que ce soit en termes de fiabilité, de finition mais surtout de charme ! À noter dans l’ordre : une rarissime Caterham 21 (qui n’a donc pas fait que des Seven), une joliment configurée Marcos Mantula, l’intemporelle et élégante Jensen Interceptor et les plus connues mais toujours impressionnantes Morgan Threewheeler.

Je n’ai définitivement pas pu m’empêcher de terminer ce petit compte-rendu par cette photo, un problème de batterie apparemment… Peanuts pour un moteur plus habitué aux joints de culasse capricieux…
Un bel événement qu’il me tarde de retrouver l’année prochaine et de voir évoluer.

Crédits Photos : Ancelin Schoenhentz