F1 Grand Prix de Hongrie 2021 : Un Dimanche Bleu-Blanc-Rouge.

Ta tête quand tu allumes ta TV et que tu découvres le classement au 4e tour du Grand Prix de Hongrie.

Si le temps me manque pour assurer l’écriture de chaque week-end de Grand Prix, il y a des courses qui méritent de faire ressortir la plume. L’année dernière, dans le contexte de la crise sanitaire (qui continue), le grand cirque de la F1 avait été particulièrement chamboulé. S’il y certaines choses ne changeaient pas, comme la domination des Mercedes depuis 2014, il n’en restait pas moins quelques courses surprise. A ce titre, en bon franchouillard, nous avions vécu une victoire française en Grand Prix pour la première fois en 24 ans (demandez à Julien Fébreau la durée exacte) grâce à Gasly.

Cette saison 2021 marque également un tournant puisque 2022 verra un nouveau concept de F1 impliquant de nombreux changements (tant visuels que techniques !). On ne s’attendait donc pas à une évolution drastique des forces en présence entre 2020 et 2021, le règlement technique ayant peu évoluer entre ces deux dates.

Toutefois, 2021 a le mérite de nous offrir quelques surprises inattendues à l’instar de la saison 2020. Le Grand Prix de Hongrie 2021 est une succession d’événements inattendus, menant à un résultat d’autant plus inattendu !

Contexte de la saison : Des batailles à tous les étages avant le Grand Prix de Hongrie 2021.

Image du contact entre Verstappen et Hamilton au virage de Copse lors du Grand Prix de Grande-Bretagne.

La surprise, c’est que la domination de Mercedes est mise à mal par Red Bull en cette première moitié de saison. Seul Hamilton fait honneur aux Flèches d’Argent, Bottas lui est à la peine. Aussi, Perez a su se montrer plus compétitif dans la deuxième Red Bull que ses prédécesseurs. Résultat : Verstappen et Red Bull arrivent en Hongrie en tête du classement avec 5 victoires au compteur (6 avec la victoire de Perez à Bakou), contre 4 pour Hamilton et Mercedes. Verstappen était d’ailleurs sur une série de 3 victoires lors du “Triple-Header” (France-Styrie-Autriche). Il signait la pole position via le nouveau format de la course Sprint testé sur le Grand Prix de Grande-Bretagne pour la première fois.

Néanmoins, la rivalité entre Verstappen et Hamilton est montée d’un niveau en Grande-Bretagne. Les deux adversaires se sont livrés un combat agressif dès le premier tour, ce qui a résulté en un clash inéluctable. Les conséquences sont lourdes pour Red Bull : la Mercedes envoyait la Red Bull dans le mur à très forte vitesse au virage de Copse. La Mercedes d’Hamilton, elle, a pu s’en sortir et remporter la course. Alors que le châssis de la Red Bull de Verstappen était pulvérisée. La tension était donc palpable à Budapest et tout le monde avait aux lèvres ce clash et la réponse en piste donnée par Verstappen.

Les Essais Libres et les Qualifications du Grand Prix de Hongrie 2021 – Avantage Mercedes.

Au niveau des Essais Libres du Grand Prix de Hongrie 2021, difficile de dégager une tendance claire, si ce n’est que c’est serré. La première séance est dominée par Verstappen, d’un rien devant Bottas (+0.061s). La deuxième séance est dominée par Bottas d’un rien devant Hamilton (+0.027s). La troisième séance est dominée par Hamilton d’un rien devant Verstappen (+0.088s). Seule certitude, la Red Bull de Perez ne joue pas les trouble-fêtes dans ce week-end de Grand Prix de Hongrie 2021.

En qualifications, ce sont néanmoins les Mercedes qui prennent le dessus avec Hamilton en pole, alors que Verstappen et Perez sont en embuscade. Néanmoins, les deux écuries misent sur des stratégies pneumatiques différentes : Mercedes en pneus jaunes et Red Bull en pneus rouges. Comme il est difficile de dépasser sur l’Hungaroring, le départ est crucial et on peut penser à un départ intéressant. Sauf que la pluie est passée par là juste avant le départ.

Ainsi tombent à l’eau les stratégies, tout le monde part en pneus intermédiaires. 

Le Grand Prix de Hongrie 2021, un total carnage et un total raté. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans ce genre de conditions, l’erreur n’est jamais bien loin, surtout au départ. La question n’est pas “va-t-il y avoir un accrochage ?”, mais plutôt “quand ?”.

Au départ, les pilotes avec leurs pneus intermédiaires sont un peu en difficulté. Bottas, 2e sur la grille, est celui qui semble le plus en difficulté sur le départ. Le finlandais se fait déborder des deux côtés par les Red Bull d’une part, et la McLaren de Norris d’autre part, qui aborde le premier virage juste devant Bottas. C’était sans compter sur un freinage loupé du finlandais, et la Mercedes qui entre dans l’arrière de la McLaren. Les deux Red Bull, qui abordaient le premier virage à l’extérieur, sont des victimes collatérales de cet accrochage : Bottas harponne dans son élan Perez alors que la McLaren de Norris s’échoue sur le flan droit de la Red Bull de Verstappen. Miraculeusement, ce dernier est le seul des quatre impliqués à continuer son chemin. C’en est donc fini pour Bottas, Norris et Perez. Gasly, qui était encore plus à l’extérieur, évite l’ensemble des voitures en perdition en tirant tout droit mais repart en fond de peloton.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans le même temps, pas beaucoup plus loin sur la grille, Stroll dans un style similaire à Bottas loupe son freinage. Il tente d’éviter les voitures en allant dans l’herbe : le Canadien participe au strike général, évite Ocon, mais élimine Leclerc. Par effet boule de neige, la Ferrari envoie Ricciardo en tête à queue. Les dégâts globaux sont importants et la Safety Car est déployée, puis rapidement après, le drapeau rouge est brandit. 5 voitures abandonnent dès le premier tour et on se retrouve alors avec Hamilton, Ocon et Vettel aux trois premières places !

Les voitures restées sur le carreau débarrassées et les débris nettoyés, la course peut alors reprendre avec un départ lancé.

Un deuxième départ au Grand Prix de Hongrie 2021 complètement inédit !  

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le second départ de ce Grand Prix de Hongrie 2021 est tout simplement … lunaire ! Les pilotes dans leur tour de mise en grille constatent que la pluie a cessé de tomber et que la piste séchait rapidement. Les pilotes étaient eux chaussés de pneus intermédiaires lors du tour de mise en grille. A l’approche de dernier virage, Hamilton, en tête, se positionne sur la pole position alors que derrière lui, tous les pilotes rentrent aux stands pour chausser des pneus slicks ! Le britannique est le seul à prendre le départ arrêté de cette course, du jamais vu ! Ce départ avait un air de Grand Prix des Etats-Unis 2005, où seules les six monoplaces équipées de pneus Bridgestone avaient pris le départ de la course. 

Et le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est Hamilton qui y a perdu au change. Le reste de la grille a tout de suite trouver du rythme au point de se retrouver derrière la Mercedes qui rentrait donc à la fin du troisième tour, et laissait la tête de la course à Ocon ! Derrière lui se trouvent Vettel et … Latifi ! C’est une chance inespérée pour Ocon et Vettel, car la Williams ne peut tenir le rythme des deux premières, et sur un circuit comme Budapest, le Canadien fait office de bouchon, laissant l’Alpine et l’Aston Martin s’envoler. 

Un début de course difficile.

Hamilton lui repart bon dernier. Pire, le britannique bute plusieurs tours derrière Giovinazzi. Verstappen, victime collatérale du premier virage, a pu continuer la course au bénéfice du drapeau rouge, bien que sa Red Bull est clairement endommagée. Avec la Haas de Schumacher en 10e position sur un circuit où il est difficile de dépasser, les voitures derrière perdent un temps précieux à chaque tour passé derrière celle-ci, ce qui est le cas d’un Verstappen, d’un Gasly ou d’un Hamilton. Il faut dire que pour une fois, l’allemand n’a pas à céder sa place pour cause de drapeau bleu, il est dans le même tour que les autres ! Et Schumi Jr ne se laisse pas faire, au prix d’une défense agressive, notamment face à Verstappen. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Aux avant-postes, Ocon et Vettel gèrent tranquillement, les deux pilotes se maintenant à un peu plus d’une seconde, parfois moins. Derrière eux, Latifi mène un train de voitures, notamment Tsunoda et Sainz, mais sont déjà relégués à plus de 10 secondes du leader. Au 19ème tour, Hamilton est l’un des premiers pilotes à s’arrêter. Ricciardo et Verstappen s’arrêtent un tour plus tard. Un tour de trop. Hamilton réalise l’undercut et dépasse les deux pilotes qui sortent de la voix des stands. Le pilote Mercedes est sur un gros rythme et va revenir dans la zone des points rapidement suite des arrêts aux stands des uns et des autres. Ferrari considère alors qu’il s’agit du bon moment pour faire rentrer sa seule voiture encore en course. En effet, Sainz est bloqué derrière la Williams et l’AlphaTauri en 5e position. Mais l’espagnol refuse catégoriquement, précisant qu’il a encore du rythme et qu’il ne doit surtout pas rentrer maintenant. A juste titre.  

Des arrêts aux stands qui changent tout.

Latifi et Tsunoda qui trustaient les honorables 3e et 4e positions en course se sont arrêtés ensuite aux stands. Et cela permet au pilote Ferrari de remonter petit à petit sur Ocon et Vettel qui avaient creusés un certain écart avec le reste de la grille grâce à Latifi et Tsunoda au pilote Williams et au pilote AlphaTauri. Sainz revient à moins de 10 secondes au 32ème tour lorsqu’Hamilton se défait de Tsunoda pour le gain de la 5e place, avec le champ libre devant lui pour aligner les records du tour. C’est le moment choisi par la Ferrari pour rentrer aux stands chausser des gommes plus fraîches.

A mi-course, il reste encore à Ocon et Vettel de s’arrêter, mais aussi Alonso, qui est provisoirement 3e. Hamilton lui est revenu dans les rétroviseurs de Sainz pour le gain de la 4e place, mais avec des pneus plus usés. A la fin du 36e tour, Vettel, 2e, rentre aux stands, non sans difficultés pour un arrêt moyen, et de tenter l’undercut sur l’Alpine. Ocon rentre le tour suivant pour un arrêt sans accroc et ressort juste devant l’Aston Martin de Vettel ! L’allemand avec des gommes chauffées a pu menacer sérieusement le français le temps de quelques virages, sans succès. On retrouve alors Alonso leader provisoire pour quelques tours dans ce Grand Prix de Hongrie 2021. Il ressortira 5e de son arrêt aux stands, derrière Sainz et Hamilton. 

Alonso, qui a des gommes d’ailleurs bien plus fraîches qu’Hamilton, remonte rapidement sur le britannique. L’espagnol signe le record du tour alors qu’Hamilton bute toujours sur Sainz. On décide alors de faire rentrer Hamilton à la fin du 47ème tour pour un dernier relais en pneus médiums, jusqu’à la fin de la course. Il ressort 5e derrière Alonso.

Une bataille de champion du monde !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Hamilton, ressort à une dizaine de secondes d’Alonso, mais revient comme un boulet de canon sur les leaders, gagnant plusieurs secondes au tour ! Alonso pendant ce temps est dans les roues de Sainz pour la 4e place. Hamilton, lui, fait la jonction sur Alonso au 55ème tour. C’est alors le début de dix tours d’anthologie dans ce Grand Prix de Hongrie 2021 dans lesquels on va suivre la bataille entre Mercedes et Alpine (on ne pensait jamais dire ça !). Alonso défend corps et âmes sa position face à la Mercedes, en aidant également son équipier en première position pour éviter qu’il ne se fasse manger par le bulldozer Hamilton. La bataille est propre, parfois limite, mais digne de deux champions du monde. Le pilote Alpine retiendra Hamilton pendant dix tours, avant de céder suite à un loupé dans son point de freinage au premier virage. Il ne reste alors plus que six tours de course.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dès la fin du tour, Hamilton est dans les échappements de Sainz, qui a laissé filé Ocon et Vettel devant à plusieurs secondes. Sainz, néanmoins, tiendra bien moins longtemps Hamilton que son compatriote Alonso. Certes pas aidé par Ricciardo qui se faisait prendre un tour par ces pilotes. Hamilton est alors à dix secondes de Vettel à quatre tours de l’arrivée. Pas suffisant pour changer la fin du classement du podium. Ocon s’impose devant Vettel et Hamilton, qui échoue à moins de cinq secondes de la victoire ! 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vettel après la course sera néanmoins disqualifié pour ne pas avoir pu apporter un échantillon d’essence suffisant dans sa monoplace, ce qui place Hamilton 2e et Sainz, qui hérite d’un nouveau podium sans pouvoir le célébrer. Aston Martin a néanmoins fait appel de la décision et à l’heure où j’écris ces lignes, la décision n’est pas encore tombée. 

Un Grand Prix de Hongrie 2021 qui va rester dans les annales.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est la première victoire d’Alpine en F1 pour sa première saison officielle, mais sous-entendu aussi la première de Renault depuis son retour dans la catégorie reine en 2016. C’est aussi la première victoire pour Ocon, sur un circuit qui avait vu la première victoire de son coéquipier en 2003, déjà à l’époque pour Renault. Gasly lui signe le meilleur tour en course et termine 5e. Cette fois, il n’aura fallu que onze mois par rapport à la dernière victoire d’un français en F1, c’était Gasly au Grand Prix d’Italie 2020. Cependant, pour voir un pilote français victorieux avec une écurie française, il faut remonter au Grand Prix d’Autriche … 1983 ! C’était Prost au volant d’une Renault qui s’imposait. Cocorico !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Du côté de Williams, c’est aussi la fête avec les 7e et 8e place de Latifi et Russell (suite à la disqualification de Vettel). C’est la première fois que deux Williams terminent dans les points depuis le Grand Prix d’Italie 2018. Ce sont les premiers points des deux pilotes pour le compte de l’écurie Williams (Russell avait marqué quelques points l’année dernière lorsqu’il a remplacé Hamilton au Grand Prix de Sakhir, pour le compte de Mercedes).

C’est aussi la première fois de l’histoire que nous ne voyons qu’un seul pilote de F1 prendre le départ sur la grille. Au Grand Prix des Etats-Unis 2005, ils étaient 6 à prendre le départ.

Maintenant, place à la trêve estivale, et un retour fin août pour le Grand Prix de Belgique, qu’on espère tout aussi passionnant !

Crédits Photos : Formula 1, Alpine F1 Team, Canal+ Sport, L’Equipe