Ce weekend, le monde de la Formule 1 se rend Outre-Atlantique pour le Grand Prix du Canada 2018. Il y a quinze jours, Ricciardo s’imposait depuis la pole au cours d’un Grand Prix de Monaco peu palpitant. Qui plus est, avec des problèmes techniques tôt dans la course. Aujourd’hui, cap sur le circuit Gilles-Villeneuve à Montréal, un tracé bien différent et exigeant tant en pneumatiques qu’en puissance moteur. D’ailleurs, la stratégie pneumatique semble très diverse selon les écuries. Rappelons que c’est sur ce circuit que Jean Alesi a obtenu la seule victoire de sa carrière, il y a 23 ans. Red Bull peut-elle confirmer la victoire de Monaco sur un tracé qui peut moins bien lui convenir ? Après tout, Ricciardo a connu sa première victoire ici en 2014. Retour sur le weekend de course.

Un tour sur le circuit Gilles Villeneuve dans les yeux de Grosjean. (Crédits : Formula 1)

Les Essais Libres : Verstappen veut faire taire les critiques.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les EL1 débutent avec non pas un, mais deux Canadiens en piste. Latifi, pilote de F2, est au volant de la Force India de Pérez en ce vendredi matin. D’ailleurs, qui de mieux qu’un Canadien pour aller embrasser son local mur des champions, comme l’a fait Villeneuve en 1999 ? Stroll ne finira pas le travail puisqu’il s’en sort avec une crevaison. Le chrono tourne et les pilotes sont plutôt calmes dans les premières minutes. S’il y en a un qui serait moins calme, c’est probablement Hülkenberg qui est immobilisé sur la piste. Le drapeau rouge est brandit. Verstappen s’empare ensuite rapidement du meilleur temps. Il signe son chrono en hyper tendre, pneumatique que Mercedes boude ce weekend. Le Néerlandais est actif bien qu’il ait connu une crevaison. En fin de séance, Sirotkin entre autres se fait remarquer en endommageant légèrement l’arrière de la Williams en touchant les TecPro. Le top 3 de la séance est composé lui de Verstappen en 1:13.302, suivi à 0.088 seconde par Hamilton (en pneu ultra tendre !) et Ricciardo à 0.216 seconde.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Lors des EL2, la nouvelle est tombée : la marmotte ne mettra plus le chocolat dans le papier alu. Elle profite paisiblement de son temps libre aux abords de la chicane. Raïkkönen lui, est le premier à fixer la référence dans cette séance. Ce n’est que plus tard que les Mercedes prennent temporairement les commandes. Après les difficultés d’Hülkenberg le matin, Sainz met à mal sa Renault en partant à la faute, percutant l’arrière de la monoplace dans le mur. Le drapeau rouge est de nouveau sortie. Après la passe de leadership Raïkkönen-Verstappen, le Néerlandais a le dernier mot. Vandoorne et sa McLaren s’immobilisent en piste après avoir touché le mur et déclenchent une VSC. En toute fin de séance, la marmotte qui profitait paisiblement de sa retraite en bord de piste connaît une mort tragique sous les roues de Grosjean, qui ne peut malheureusement rien faire. Toujours est-il qu’elle nous a quitté vivant de sa passion, et voyant Verstappen en tête en 1:12.198, suivi de Raïkkönen et Ricciardo à 0.130 et 0.405 seconde.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les EL3 le samedi se déroulent toujours sous un temps sec. Et Raïkkönen signe toujours le premier chrono en hyper tendres. Vettel lui est loin de son coéquipier, avant de prendre les commandes. Peu de temps après, le drapeau jaune est brandit dans le premier secteur. Vandoorne tire tout droit dans un échappatoire pour le moins étroit. Il sort finalement au bout d’un certain nombre de manœuvres et en faisant souffrir quelque peu sa McLaren. Vettel continue d’améliorer sa propre marque. Mais Raïkkönen et Hamilton son très près. Mais Verstappen prend la tête de très peu sur les Ferrari. Le Néerlandais finit devant Vettel et Raïkkönen qui se situent à moins 0.051 seconde !!!

Les Qualifications : Une pole pour Ferrari en terre canadienne après une longue disette.

Les qualifications débutent avec la Q1 et Grosjean n’a même pas eu l’occasion de sortir des stands que son moteur est parti en fumée. Ses malheurs continuent ce weekend et il partira dernier. Il y avait mieux à espérer pour la Haas et le Français. Les Ferrari prennent rapidement les devants reléguant Magnussen 3ème à plus d’une seconde et demi. Les Mercedes et les Red Bull entrent en piste à moins de 11 minutes pour leur tour lancé. Mais Ricciardo reste derrière Ferrari, et même Ocon. Bottas s’intercale en 3ème position alors qu’Hamilton commet une erreur dans son tour rapide. Ericsson lui touche le mur et casse la suspension avant droite de sa Sauber, et manque de toucher l’arrière de Verstappen. Le local de l’étape, Stroll part aussi à la faute en tirant tout droit avant le mur des champions, et finit avec une roue au carré. Finalement ce sont les Ferrari, Vettel le premier, qui finissent devant et sont éliminés Grosjean, Ericsson, Stroll, Sirotkin et Gasly.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En Q2, les Ferrari sortent en ultra tendre et sont d’ailleurs plus rapides qu’en hyper. Mais Bottas est le plus rapide sur le premier tour devant les Ferrari. Les Red Bull font elles le pari des hyper, ce qui fonctionne pour Verstappen à nouveau premier, mais pas pour son coéquipier. Le meilleur des autres est alors Sainz. A moins de 5 minutes Raïkkönen ressort en hyper tendre, à peu près comme tous les autres, mais les Mercedes et Raïkkönen relâchent leur effort. Pas Vettel, qui rentre toutefois aux stands pour cause de trafic trop important. Les Red Bull sont logiquement au dessus en Q2 avec une stratégie différente des Mercedes et des Ferrari. Et les éliminés de la Q2 sont Magnussen, Hartley, Leclerc, Alonso et Vandoorne. Mauvaise performance pour les McLaren et Alonso qui fête son 300ème Grand Prix ce weekend. Ricciardo s’empare alors du nouveau record du circuit.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En Q3, il reste donc les Mercedes, les Ferrari les Red Bull, les Renault et les Force India. Hamilton et Bottas s’élancent. Le Finlandais est plus rapide que le Britannique. Bottas signe alors un nouveau record du circuit. Raïkkönen est derrière Bottas mais Vettel, lui, arrive à devancer le pilote Mercedes. Ricciardo n’est pas loin dans les deux premiers secteurs mais s’effondre dans le dernier. Comme son coéquipier Verstappen. Seules les Force India n’ont pas encore fait de chrono. À 2 minutes de la fin tout le monde ressort. Raïkkönen était le premier à se lancer mais dès le deuxième virage met deux roues dans l’herbe et la poussière, et avorte sa tentative. Hamilton est en amélioration mais bloque la roue avant dans l’épingle. Vettel améliore quant à lui sa marque devant Bottas, et Verstappen réussit à devancer Hamilton pour la 3ème position. Le record du circuit est désormais fixé à 1:10.764 signé par Vettel pour sa 54ème pole.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La grille prenant compte des pénalités est la suivante :

La Course : Vettel leader de bout en bout !

Jacques Villeneuve à bord de la victorieuse Ferrari de son père, Gilles.

A l’extinction des feux Vettel prend le large et Verstappen est au niveau de Bottas mais est contraint de lever le pied pour éviter le contact. Derrière c’est le grabuge entre Hartley et Stroll. Entre les virages 5 et 6, Hartley est à l’intérieur au niveau du Canadien mais ce dernier fait un travers et tasse le Néo-Zélandais contre le mur. Les deux finissent leur course avec leurs voitures complètement détruites. La voiture de sécurité est logiquement sortie. Le top 4 est inchangé. Raïkkönen perd cependant une place.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A la fin du 4ème tour, la voiture de sécurité rentre et tout le monde repart. Sainz et Pérez se touchent au premier virage et le Mexicain part presque en tête à queue en revenant sur la piste. Fort heureusement il revient dans le sens de la piste mais se fait passer par Magnussen et Alonso des deux côtés. Plus haut, les Renault se font pressentes sur la Force India d’Ocon.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vettel creuse l’écart sur Bottas et au 10ème tour, a déjà presque 3 secondes et demi d’avance. Pérez rentre quant à lui aux stands et chausse des pneus super tendre pour tenter une stratégie différente vu la course. Ocon qui faisait bouchon rentre aux stands à la fin du 11ème tour sur la même stratégie que son coéquipier, mais l’arrêt s’éternise. Les Renault rentrent quelques tours plus tard avec un arrêt en 3,8 secondes, loin des standards de F1.

Hamilton est en difficulté avec ses pneus qui semblent en surchauffe et Ricciardo en profite pour le repousser dans ses retranchements. Mais le Britannique rentre à la fin du 16ème tour comme Verstappen pour chausser eux aussi la gomme rouge. Ricciardo qui rentre un tour plus tard réussit à prendre le dessus sur Hamilton à la sortie ds stands. Ferrari reste en piste avec leurs pneus ultra tendres qui tiennent. Les deux pilotes améliorent d’ailleurs leur chrono et Hamilton risque d’être également menacé par Iceman. Bottas aussi est resté en piste.

Gasly est le premier non arrêté en 7e position. Il devance Magnussen et Grosjean qui ne se sont pas arrêtés non plus et qui créent un bouchon sur les Renault et Ocon. Gasly et Magnussen rentrent aux stands à la fin du 24ème tour.

Le trio de tête Vettel, Bottas et Raïkkönen est plus rapide que ceux qui se sont arrêtés derrière eux. Vettel au 30ème tour signe le record du tour en 1:15.059 d’ailleurs. Et Hamilton est en dehors de la fenêtre de Raïkkönen lorsque ce dernier rentrera aux stands. Le Finlandais rentre aux stands à la fin du 32ème tour et celui-ci ne ressort que de très peu derrière le Britannique. Mais Iceman bénéficie de pneus bien plus frais. Le Finlandais signe rapidement le record du tour en course. Bottas s’arrête à la fin du 36ème tour. Vettel lui emboîte le pas un tour plus tard. Il ressort très facilement devant Bottas.

Le seul pilote à ne pas s’être arrêté est Grosjean, qui pointe à la 9e position avec ses ultra tendres, avec un rythme qui tient celui des Renault devant lui. A la fin du 42ème tour, Alonso est contraint à l’abandon, rentrant aux stands au ralenti. Deuxième abandon après Monaco pour l’Espagnol qui fêtait son 300ème Grand Prix. 8ème abandon en 16 participations au Grand Prix du Canada.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Grosjean rentre finalement à la fin du 49ème tour alors qu’Ocon venait de le passer dans la ligne droite, tout en le tassant dans l’herbe. Peu d’actions en piste, au point que Bottas en voulant dépasser Sainz, retardataire, part à la faute eu 1er virage en mordant l’herbe. A 5 tours de l’arrivée, l’écart se resserre entre Ricciardo et Hamilton qui retombe sur des retardataires. Ocon se montre d’ailleurs pressant sur la Renault de Sainz. Au 67ème tour Hamilton peut tenter le dépassement dans la ligne droite mais glisse à l’épingle.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le drapeau à damier est brandit un tour trop tôt mais Vettel le sait. Vettel s’impose pour sa 50ème victoire, 40 ans après la victoire de Gilles Villeneuve. Il est accompagné de Bottas et Verstappen sur le podium.

Côté classement ça bouge avec la victoire de Vettel et la mauvaise performance d’Hamilton (5e). L’Allemand reprend la tête du championnat pour un point avant le retour du Grand Prix de France au Castellet dans 15 jours !

Crédits photos : Formula 1