Nouvelle ? Oui et non. Plus réussie et plus performante que l’actuelle California ? Oui sans aucun doute possible.

Voici donc la nouvelle Ferrari California T qui sera présentée officiellement dans trois semaines au salon de Genève.

Ferrari California T 2014.0

Si Ferrari nous explique qu’il faut chercher des éléments de style et d’inspiration du coté de la Ferrari 250 Testa Rossa, on voit aussi très clairement l’influence de la belle F12 Berlinetta. Cela est notamment visible du coté de la partie avant de cette quasi nouveauté car il ne faut pas se le cacher, cette California T tient plus du très gros restylage et de la belle mise à niveau mécanique que de la vraie nouveauté mais en définitive cela importe peu car l’évolution ne peut qu’améliorer la « petite » Ferrari d’entrée de gamme.

Nous apprenons que cette évolution du style est due au travail commun et habituel du centre de style Ferrari et de Pininfarina. Le museau s’est affiné et évolue sensiblement au point de laisser croire que l’on est en face d’une F12. Les ailes avant sont elles aussi modifiées puisqu’on note la disparition des petites ouïes latérales au profit d’une prise d’air qui prend naissance sur l’arrière du passage de roue avant comme c’est le cas sur les F12 et FF.
Le profil évolue peu ou pas jusqu’à la roue arrière avec un nouveau bouclier qui signe la disparition des échappements superposés façon Lexus IS-F  pour revenir à une disposition plus classique comme sur la F12… Les 4 sorties encadrent un beau diffuseur et le masque noir que l’on trouvait sous le coffre disparait pour un ensemble redessiné et peint couleur carrosserie. On notera aussi l’apparition de nouvelles jantes alu en 19 pouces (monte Pirelli P-Zero) et de deux nouveaux coloris de carrosserie, le Blu California et le Rosso California.
Le toit de la California reste toujours en dur et sa fermeture ou son ouverture électrique demande 14 secondes. Il est proposé en version couleur de carrosserie ou en version noire.

Avec la California T, Ferrari nous renvoie à un excellent souvenir, la F40. Non pas pour son design ou son implantation mécanique mais pour son coeur qui revient à la suralimentation par turbocompresseur. Exit donc le V8 4.3 L atmosphérique de 460 ch, place à un nouveau bloc V8 ouvert à 90° qui cube 3855 cm3. Ce moteur est à injection directe et suralimenté par deux turbos IHI de type TwinScroll à faible inertie. Ce bloc est différent de celui des Maserati qui avance « seulement » 3799 cm3. Ferrari explique d’ailleurs que ce bloc est spécifique à la firme de Maranello.
Ce nouveau moteur permet à la California T de faire un bond en avant en matière de puissance puisqu’elle passe de 490 ch à 560 ch à 7500 trs/min (+14.3%). Le couple moteur croit de… 250 Nm, excusez du peu mais on sent ici l’effet du souffle des turbos. La California T voit ainsi son couple passer de 505 Nm à 5000 trs à 755 Nm à 4750 trs. Ce V8 annonce une puissance spécifique de 145 ch/L. Ce nouveau bloc à 8 cylindres est associé à une boite de vitesse robotisée F1 à 7 rapports dont le fonctionnement et la vitesse de passage des rapports ont été améliorés par les ingénieurs italiens et ceux de Getrag.
La sportive profite aussi de trains roulants revu avec de nouveaux réglages et d’une suspension MagneRide de dernière génération qui gérera au mieux les effets de couple et de vitesse de passage en courbe pour plus de confort et d’efficacité. Le freinage mis au point par Brembo utilise désormais des disques en carbone-céramique.

L’utilisation de nouveaux matériaux pour la structure et la carrosserie ont permis à la Ferrari de gagner plus d’une centaine de kilogrammes. L’italienne voit ainsi sa masse à vide passer de 1735 kg à 1625 kg. La répartition des masses est la suivante : 47%  sur l’avant – 53% sur l’arrière
Les dimensions extérieures de la California n’évoluent guère puisque seule la longueur prend un centimètre pour passer de 4.56 à 4.57 m. Longueur de l’empattement, largeur et hauteur restent identiques à celles du modèle actuel.

Ferrari California T 2014.5

La nouvelle Califonia T revendique une Vmax de 316 km/h (+ 6 km/h) et plie l’exercice du 0 à 100 km/h en seulement 3.6 secondes (vs 4.0 secondes). La consommation mixte est de 10.5 L/100 km et les émissions de CO2 s’élèvent à 250 g/km. Ces chiffres sont inférieurs de 15% à ceux de la version 2014 de la découvrable de Ferrari.

L’habitacle évolue plus discrètement avec un nouveau volant, un mobilier de planche de bord discrètement redessiné qui intègre mieux le système d’infotainment (hifi, navigation, connexion Bluetooth) mis au point par Harman Becker. On note aussi l’apparition entre les deux aérateurs centraux d’un manomètre numérique de pression de turbo. On découvre de nouveaux sièges au dessin plus sportif et aux appuies têtes intégrés. De prim’abord l’ensemble parait mieux fini et plus luxueux que sur le modèle actuel. Ferrari nous en dira plus dans quelques semaines au sujet de la liste des équipements de série et optionnels.

La Ferrari California T dans une première vidéo officielle.

Présentation officielle le 4 mars prochain sur les bords du Léman et arrivée de la sportive découvrable dans les show rooms dans le courant de l’été prochain.

Il nous reste désormais à patienter avant de découvrir les premiers essais et le premier match qui opposera cette Ferrari à la F-Type V8-S (voir même la version avec le V8 en 550 ch), l’Aston Martin V8 Vantage Volante et la Mercedes Benz SL63 AMG. A revoir.

Via Ferrari, Youtube.