Après vous avoir présenté il y a quelques jours le projet de Ferrari concernant un Shooting Brake surpuissant pour l’an prochain, j’ai constaté parmi vous quelques réactions de rejet, quelques refus ou même de très fortes critiques vis à vis de cette future belle italienne. Aussi je me suis plongé dans mes livres et sur le net afin de vérifier si ce type de carrosserie avait une légitimité dans la gamme Ferrari ou dans son histoire…Et sans hésiter, la réponse est oui car du coté de Maranello la tentation du Shooting Brake existe depuis 1952 et la Ferrari 212.

 Cette 212 date de 1952 et fut carrossée par Fontana. Elle reprenait la base de la 212  et possédait une carrosserie Break Export. Elle fut même utilisée en 1952 par les frères Mazotto qui s’en servirent comme voiture d’assistance rapide durant la course.

En 1962, après une pause de 10 ans, Ferrai revient au style Shooting Brake et cette fois c’est sur une auto de course puisque la base est une 250 GT SW de 1962 ( chassis 2819 ). Cette auto dessinée par Giotto Bizzarini sera surnommée « la camionnette », « Breadvan » ou four à pain par les amateurs et les mécanos de l’epoque. Cette voiture courra aux Mille Miglia, au Tour de Sicile, au Mansdans une version retouchée mécaniquement par Néri Bonaccini qui adapta sur son V12, les culasses de la 250 GTO et une superbe batterie de 6 carburateurs double corps Weber ( bonjour la séance de réglage ! ).

Ferrari fait un break jusqu’en 1968, année où apparait sur commande d’un client américain ( Bob Peak ) du Connecticut qui voulait un break de chasse Ferrari, la 330 GT by Vignale.

C’est Alfredo Vignale qui dessina en 1968 cette auto et qui la dévoila au salon de Turin 1968. Le carrossier alors au bord de la faillite sentait qu’il y avait peu être un coup à jouer mais hélas quelques mois plus tard, Ferrari cessait la production de la 330 GT et la 330 GT Vignale restera unique  et regagna vite une collection américaine.

1975 voit la naissance de la Daytona SW par Panther et Chinetti. Cette 365 GTB4 Daytona Sport Wagon est un projet de Luigi Chinetti Jr et est inspiré d’un dessin de Cadillac shooting brake jamais utilisé.

C’est Bob  Gittleman qui a dessiné pour Panther cette Ferrari mythique car longtemps il fut raconté que cette auto possédait un V12 turbo de 700 chevaux qui permetait à cette Daytona « break » de dépasser les 400 km/h, ce qui est rigoureusement faux car cette auto a toujours possédé le beau V12 d’origine déjà très performant. Surement que l’allure élancée de la voiture a participé à la légende !

En 1977, c’est au tour du suisse Felber ( sur une proposition de Michelotti ) de se pencher sur la proposition Shooting Brake sur base Ferrari et c’est la rare 365 GTC/4 qui est mise à contribution et qui sera dévoilée en 1977 au Salon de Genève. Pas vraiment la plus belle des réalisation sur base de Ferrari mais une proposition bien en accord avec les années 70.

Cette Ferrari prendra elle aussi la destination des USA et se retrouvera dans le garage d’un collectionneur.

Toujours dans les années 70, Felber se penche de nouveau sur une Ferrari et sur le cas Shooting Brake et cette fois là, c’est la 365 GT4 ( future 400, puis 412i ) qui sert de base pour donner la Ferrari Croisette ou le Shooting Brake taillé à la serpe…

Dans le courant des années 80, on découvre une Ferrari 412i Shooting Brake mais personne n’aura jamais d’informations au sujet de cette auto qui semble d’ailleurs avoir vraiment disparu ou qui est bien cachée au fond d’un garage !

 Dans les années 90, c’est sur commande du sultan de Brunei que le Shooting brake refait son apparition chez Ferrari avec la 456 GT Venice et ses deux dérivés ( le cabrio et la berline 4 portes ) qui sont déssinés par Pininfarina.

Il y a deux ou trois ans, c’est au tour du designer Michel Vandenbrink de propsoer son Shooting brake, fort réussi sur base de la F612 Scaglietti mais aucune réalisation réelle, seulement de beaux dessins.

 Tout ça pour nous conduire aux previews que je vous ai proposé il ya quelques jours et qui sont finalement très légitime tant il y a eu des expériences dans le genre du coté des autos de Maranello.

Puisque nous parlons de Shooting brake et de voitures italiennes, on peut aussi regarder du coté de Modène et Maserati car la marque à dévoilé ces dernières années, deux versions de sa belle Quattroporte.

Et pour finir, pour vous faire plaisir, une vraie rareté, le shooting brake à la française ça existe mais c’est assez rare et encore plus dans les années 80 ( un beau Shooting brake français, la 504 Riviera sur base de coupé 504 ), voici rien que pour vous, la Citroën BX Shooting Brake…. si si, spéciale chasse !

Via Carcatalog, A.Prunet, Freecarpage, Coachbuild.