Comme c’est régulièrement le cas depuis des mois, euh non depuis des années, le groupe Fiat est de nouveau l’objet de rumeurs mais aussi d’informations réelles ou démenties et ce jour il y a de quoi faire entre les annonces concernant les futurs modèles, les rumeurs de cession de Fiat Industrial, celles de la séparation de Ferrari de Fiat Group, celles de l’alliance entre la Holding Exor et Murdoch pour le rachat de la F1 ou l’affaire de l’usine Bertone…

Nous commencerons par l’usine ex Bertone de Grugliasco et son avenir puisqu’avait lieu la semaine passée le réferendum pour l’adoption du contrat de travail « Marchionne ». Comme à Mirafiori et à Pomigliano d’Arco, le OUI l’a emporté avec 88.8% des voix et un taux de participation de 93%. Cette victoire de l’Administrateur Délégué ouvre la voie à l’investissement de 550 millions d’euros et annonce la production de la future petite Maserati sur le site turinois. Et sur ce coup, même la FIOM, par dépit et dans le but de préserver les emplois. Reste désormais à la direction de Fiat à formaliser les résultats de ce nouveau référendum et d’obtenir la mise en place du contrat Marchionne sans aucun encombre avec les syndicats toujours très réticents face aux différentes décisions de Sergio Marchionne. Ce nouvel accord va permettre la réorganisation des chaines de production afin de les rendre adaptables à la demande du marché.

Fiat envisagerait de un projet de séparation entre la maison mère et le constructeur de Maranello à la façon du spin off qui a déjà été mis en place dans le groupe Fiat et selon Il Sole 24 Ore, il existerait bien un projet de séparation de Ferrari du groupe Fiat/Chrysler. L’idée n’en est actuellement qu’à sa phase d’analyse et d’évaluation par les cabinets d’analyses financières et les banques, le but final étant de rendre Ferrari indépendant de Fiat/Chrysler et de lui permettre de se rapprocher de la Holding Exor de la famille Agnelli. Mais cette possible séparation suscite quelques questions comme celle de l’argent gagné par Ferrari qui est une des principale source de bénéfices et donc de dividendes du groupe industriel italien.

Ferrari vaudrait selon l’A.D et les services financiers du Lingotto aux environs de 5 milliards d’euros, les économistes et les financiers situent le constructeur aux environ de 3 milliards d’euros et les experts boursiers estiment que si Ferrari entrait en bourse dans quelques mois, la marque pourrait valoir de l’ordre de 10 milliards dans 24 ou 36 mois. En 2010, Ferrari à réalisé un chiffre d’affaire de 1.92 milliards d’euros mais représente 15% des bénéfices opérationnels de Fiat. Selon les analystes cette scission pourrait être dommageable à Fiat SpA du point de vue financier mais aussi en terme d’image et pour le moment Maserati ne dispose pas du même capital que le constructeur de Maranello donc le risque est grand d’avoir plus à perdre qu’à gagner dans l’affaire. En plus, Sergio Marchionne a exclu pour le moment la possibilité d’introduire en bourse le constructeur de supercar. Attendons quelques mois et le résultats des audits sur le sujet mais il semble difficile d’imaginer quelques gains pour Fiat sauf celui immédiat de la valeur de la vente de parts de Ferrari. Reste à connaitre les besoins de Fiat en matière de trésorerie !

L’autre information financière concerne Fiat Industrial et selon le quotidien La Repubblica, le patron du groupe Fiat envisagerait de vendre la division industrielle du groupe afin de pouvoir investir dans l’alliance avec Chrysler LLC. Toujours selon le journal italien, Fiat aurait même mandaté différentes banques d’affaires afin de trouver un ou plusieurs acquéreurs pour Fiat Industrial qui interesserait plusieurs fonds de pension ou d’investissement. La vente de la filiale industrielle donnerait à Fiat SpA les moyens d’investir plus lourdement dans Chrysler et ses projets. Tout cela est bien sur à mettre pour l’instant au conditionnel car un porte parole de Fiat a dit qu’il ne ferait aucun commentaire, John Elkann a fait savoir que pour l’instant aucune cession d’actifs de Fiat Industrial n’était prévue et… comme à son habitude, Sergio Marchionne est intervenu le dernier dans cette affaire et il a déclaré ce jeudi que les propos du journal étaient dénués de tout fondement et qu’il démentait formellement les dires des journalistes. Rien de très étonnant dans cette sortie de l’A.D puisque c’est son mode habituel de communication ! Là aussi patientons un peu pour y voir plus clair.

Du coté de la famille Agnelli et de leur Holding Exor, on suit depuis quelques jours la rumeur qui veut que Exor s’allie au milliardaire australien Ruppert Murdoch pour racheter la Formule 1 et tous les droits qui s’y rattachent mais Bernie fait savoir ce savoir ce samedi qu’il est très sceptique sur l’affaire et il met en avant, comme d’autres d’ailleurs, un vrai conflit d’intéret qui ferait de Ferrari le principal actionnaire de la F1… Reste que John Elkann, président d’Exor et Murdoch ont fait savoir ce mercredi qu’ils travaillaient de concert sur l’éventualité du rachat du Championnat de F1 qui appartient, je le rappelle, à CVC Capital Partners depuis déjà 5 ans ( championnat racheté à prix d’or à un certain Bernie Ecclestone  ). Là aussi, c’est un dossier à suivre même s’il semble que les probabilités d’aboutissement de l’affaire soient faibles.

 

Revenons un peu vers les autos et la disparition annoncée de la très jolie et plutôt performante Fiat Bravo qui va sonner le glas des compactes chez Fiat. Après une triste Stilo, la Bravo lancée en 2007 avait la charge de faire mieux que sa prédécesseure mais ce n’est pas le cas sur le marché aussi Sergio Marchionne a pris la décision de ne pas renouveler la compacte et de la remplacer par un crossover compact qui fera d’une pierre deux coups en succédant à la Bravo mais aussi à la Sedici ( Immats France 2010 – Bravo : 2409 ex, Sedici : 1026 ex- ). Il est d’ailleurs étonnant de constater que Fiat, de modèle en modèle, vend depuis 30 ans de moins en moins de compactes avec :

Ritmo : 2.044.393 ex

Tipo : 1.905.276 ex

Bravo/Brava : 1.235.496 ex

Stilo : 680.000 ex

Ainsi Fiat devrait disposer d’ici à 24 mois maximum d’un SUV/Crossover capable d’aller chercher les Tiguan, Kuga, RAV4, Koleos ou autres Sportage mais le challenge sera difficile Fiat n’étant pas présent sur ce marché depuis son explosion au début des années 2000. Reste qu’il est dommage que le constructeur turinois sacrifie ce segment investi ou réinvesti par tous les constructeurs ou presque ( sauf Nissan pour le moment mais du coté du constructeur japonais, on réfléchit à un retour sur ce segment du marché ! ). Reste que du coté de la direction de Fiat on semble avoir fait le choix d’éviter les « petits » succès pour ne pas dire les échecs non pas en les surmontant mais en arrêtant d’être présent sur le segment concerné et en arrêtant de fabriquer des autos… Cela sera t-il payant à moyen terme pas sur sur surtout si les modèles à venir ne rencontrent pas le succès escompté.

 

Dernière information a développer dans les prochains jours et/ou prochaines semaines, Sergio Marchionne aurait confirmé la mise en R&D de 4 nouvelles voitures destinées au marques Dodge et Chrysler qui seront développées sur la base de plateforme Fiat. La fabrication de ces futures autos sera assurée par les usines italiennes du groupe par ailleurs Sergio Marchionne n’aurait fait aucune déclaration lors de cette réunion concernant la cas Alfa Romeo, son avenir et la l’avancement des « futurs » modèles de la marque ce qui laisse encore une fois la place au doute… notamment pour les alfistes. Quant à Lancia, l’avenir passera par une symbiose encore accentuée entre Chrysler et le constructeur turinois ce qui laisse présager, par exemple, que la Delta en 2014 ou 2015 ne sera pas forcément remplacée par une auto italienne ! A suivre là aussi.

 

Via LesEchos, LaRepubblica, IlSole24Ore, LeFigaro, Autoblog, Bloomberg.