Flashé 94 fois avec son X6, il échappe à toute condamnationC’était vendredi dernier au tribunal correctionnel de Versailles lors du rendu de la décision de justice qui a permis au  gérant d’une entreprise normande de fruits et légumes de Normandie de rentrer chez lui avec son BMW X6 !
Le SUV BMW a été chronométré des dizaines de fois au delà de la fameuse limite des 50 km/h au dessus de la vitesse autorisée notamment dans 9 cas où il roulait à plus de 180 km/h sur des portions de routes limitées à 70 km/h, notamment sous le tunnel de l’A86 où le X6 a été flashé à 235 km/h…

En novembre dernier lors du procès, le procureur de la République avait demandé une peine d’un an de prison ferme assortie de trois années de suspension du permis de conduire. Le procureur avait même qualifié le comportement de ce chauffard de « fou et d’ inconscient » pour ne pas dire criminel ! Le conducteur poursuivi en situation de récidive (les 94 infractions ont été contrôlée de la mi 2011 à la mi 2012) a contesté dès le départ de l’affaire être à l’origine de ces infractions routières aggravées. L’homme a expliqué que la BMW X6 flashée pouvant être utilisé par des collaborateurs  de l’entreprise ou des proches. Le chef d’entreprise quadragénaire a systématiquement dit dans son processus défense : « Je ne suis pas systématiquement le conducteur de la voiture » … Pourtant les forces de l’ordre ont géolocalisé le portable de l’homme au moment de excès de vitesse, fait son suivi de badge de télépéage et bien sur tous les indices concordaient mais, cet homme surement bien assisté par l’avocat Maitre Weil a maintenu qu’il était impossible de prouver qu’il était l’auteur de ces infractions sauf dénonciation. Comme il ne fut pas dénoncé, que le conducteur de ce X6 a fait témoigner des gens qui ont dit que de temps à autres ils étaient au volant de ce SUV, que l’homme n’a jamais nié être à bord du véhicule et que le flash prenait par l’arrière, les juges ont donné raison à ce chef d’entreprise qui est reparti du tribunal avec son permis et son auto récemment ré-immatriculée en France car jusqu’à il y a quelques semaines, le  X6 portait étrangement des plaques luxembourgeoises.

Que dire de ce verdict ? Qu’il y a dysfonctionnement du système judiciaire français dans l’application de la loi, que les forces de l’ordre auraient du le prendre en chasse et le stopper en flagrant délit, que les juges sont laxistes, que la loi est mal faite, que les radars qui flashent les plaques arrières ne sont pas fiables… et donc que nous pouvons tous contester les PV qui nous sont envoyés suite à un flash par l’arrière  ?
C’est, selon moi, un peu de tout cela et c’est surtout une nouvelle preuve que ces radars ne sont là que pour taxer et taxer encore les automobilistes au profit du budget de l’état et non de la sécurité sur les routes !

Via Paris-Normandie