S’il est bien un moteur emblématique de l’association entre PSA et Renault (avec Volvo à l’époque), c’est bien le fameux moteur V6 PRV que l’on a retrouvé durant des dizaines d’années sur les voitures françaises haut de gamme mais aussi sous les capots de voiture comme les Volvo, DeLorean, Lancia, Alpine, Venturi, Dodge ou les WM et Venturi de compétition.

La Fran çaise de Mécanique de Douvrin.1

L’histoire commence en 1969 et durera donc jusqu’à cette fin d’année 2013. Les deux groupes  automobiles français viennent de décider de mettre fin à ce long partenariat industriel qui visait dès sa création à rationaliser la production de moteurs en France afin de mieux résister à la montée en puissance des constructeurs automobiles allemands dans les années 70. Suite à cette annonce Renault et PSA ont fait le choix de modifier leur implication dans la Française de Mécanique (Douvrin) mais aussi dans la Société de Transmissions Automatiques (Pas de Calais) qui est associée à l’entreprise de moteurs.

Si l’on en croit les dernières informations, d’une part PSA va faire l’acquisition des 50 % de parts que possède Renault dans la Française de Mécanique (Douvrin), d’autre part Renault reprendra pour lui les 20% détenus par PSA dans STA (usine de BVA à Ruitz). Cette future répartition parait presque normale puisque la FDM produit encore près de 80 % des moteurs du groupe automobile franc comtois et de son coté Renault est plus gros consommateur de BVA que PSA.
Selon les deux groupes industriels, cette nouvelle situation n’aura pas d’impact sur l’emploi dans le nord puisque les salariés sont conservés dans leurs postes (NDLA : En juillet dernier, la Française de Mécanique a tout de même entériné un plan social qui prévoit que 830 départs en retraite ne seront pas remplacés entre 2014 et début 2018). Reste que l’entreprise de Douvrin devrait voir sa production annuelle baisser dans les prochaines années puisque si 990.000 moteurs sortiront des chaînes cette année, seulement 650.000 seront produits en 2017….
Du coté de STA, aucune information et aucun mouvement de personnel sont attendus dans les prochains mois.
Via AP, AFP, LesEchos.